Les modèles dans la recherche

Jeudi 22 avril 2021, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique1. Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, les modèles dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages2. Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle … – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

[1] Chorley (R. J.), Haggett (P.) (éd.) Socio-economic models in geography : part I and III of models in geography, Londres, ed. Methuen & co, coll. « University paperbacks », 1967, p.249

[2] Thalheim (B.), Nissen (I.), Wissenschaft und Kunst der Modellierung (Science and Art of Modeling) – Kieler Zugang zur Definition, Nutzung und Zukunft, Berlin, ed. De Gruyter, 2015.


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Réélaborer un modèle d’étude du pythagorisme : l’air de famille pythagoricien

Dans son ouvrage consacré à l’historiographie du pythagorisme, G. Cornelli reprenait les propos de H. Kahn sur la nécessité de ne plus produire de nouveaux outils et modèles sur le pythagorisme, mais de suivre une approche rigoureuse de critique des sources. Cette critique portait surtout sur les reconstructions a priori qui avaient marqué les XIXe et XXe siècles en menant à des malentendus ou des erreurs d’interprétation. L’approche historiographique a cependant souligné les limites des différents paradigmes et dégagé l’idée que le pythagorisme n’a pas présenté d’unité doctrinale avant sa reformulation néo-pythagoricienne à la fin de l’époque hellénistique et durant l’époque impériale. Cette situation met le chercheur face à une grande quantité de notions précédemment développées qui ne peuvent s’appliquer à un système cohérent.

Il est donc nécessaire de trouver un nouveau modèle d’étude du pythagorisme afin de tester les concepts de la recherche antérieure. Il ne s’agit pas de développer une nouvelle théorie qui contredirait les arguments de Kahn, mais de travailler à partir des résultats déjà existants. En l’absence d’unité doctrinale, de rapports de maître à élève dans un système d’enseignement pythagoricien, d’ambition politique commune ou de mode de vie partagé par tous, il est possible de se tourner vers les outils de la philosophie du langage de Wittgenstein. Le concept d’air de famille, développé par le philosophe allemand, permet alors de comprendre comment s’est constituée l’idée d’un groupe pythagoricien sans caractéristique commune évidente. Ce nouveau modèle, s’appuyant sur des réseaux de ressemblance et de superposition, permet d’envisager plus sereinement l’étude du pythagorisme sans recourir à un système reconstitué a priori.

Il s’agira dans un premier temps de montrer la non-opérabilité des constructions doctrinales ou systématiques précédentes. Dans un second temps, l’introduction de l’air de famille wittgensteinien permettra de comprendre comment s’est construit le groupe pythagoricien sans critère de classification initial. Enfin, quelques exemples permettront de tester la pertinence de ce nouveau modèle.


Lizzie Scholtus (Archimède, UMR 7044)

Titre à venir.

Texte à venir.

Appel à communications – Les modèles dans la recherche

Le troisième et dernier séminaire 2020-2021 du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) se tiendra le jeudi 22 avril 2021 après-midi, en visioconférence. La thématique retenue suite au sondage dédié porte sur « Les modèles dans la recherche ». Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’appel à communications, pour lequel nous vous remercions de nous envoyer vos propositions avant le 9 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demi-page environ, pour des communications d’une durée entre 20 et 30 minutes suivies d’une demi-heure de discussion.

Appel à communications « Les modèles dans la recherche »

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique (Chroley, Haggett 1967). Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite aussi avoir avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, ils dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages (Thalheim, Nissen 2015). Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle… – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

Modèle idéalisé – Abbé Marc-Antoine Laugier, frontispice de la 2e édition de l’Essai sur l’architecture, 1755. © BnF, Paris. La petite cabane rustique que nous venons de décrire est le modèle sur lequel on a imaginé toutes les magnificences de l’Architecture, c’est en se rapprochant dans l’exécution de la simplicité de ce premier modèle, que l’on évite les défauts essentiels, que l’on saisit les perfections véritables.

Recueil de modèles – Anton Seder, Die Pflanze in Kunst und Gewerbe, Vienne, Gerlach & Schenk, 1886. Planche d’ornements inspirés de la faune et de la flore. Photo Musées de Strasbourg.

Ainsi, les modèles développés par la recherche jouent un rôle important dans la formulation et la communication des théories en tant que structures de la pensée. En tant que références, ils structurent aussi la création et la réalisation d’œuvres. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, interroger la manière dont les doctorants reconnaissent et s’approprient ces outils et les sujets de recherche liés.

Dans le contexte scientifique, comment insérer sa recherche dans le cadre d’un modèle existant ? Comment créer son propre modèle ? Comment le diffuser et le faire accepter par la communauté scientifique ? Dans le cadre de l’analyse typologique d’un corpus d’œuvres, comment déterminer l’origine d’un modèle, ses inspirations et ses évolutions ? Mais aussi quels en sont les usages et les significations ?

Les modalités de connexion au séminaire en visioconférence seront communiquées lors de l’envoi du programme de ce séminaire.

Pratiques funéraires et identité(s)

Le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) a le plaisir de vous convier aux journées d’études organisées par Juliette Floquet, doctorante en archéologie orientale (Archimède, UMR 7044 ), Corentin Voisin, doctorant en histoire et archéologie grecque, (Archimède, UMR 7044 ), Laura Waldvogel, doctorante en préhistoire (Archimède, UMR 7044 ).

 20-21 avril  2021

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de conférence, Strasbourg

Base de données, bibliothèque numérique, édition critique

Lundi 1er mars 2021, 9h00-11h00

Atelier de formation aux humanités numériques en visioconférence

Anne Réach-Ngô, maitresse de conférence ILLE (Université de Haute-Alsace) proposera un atelier pour circuler dans les données d’un projet de recherche ramifié. Cet atelier aura lieu à distance. Pour y assister, contactez le SIDSHA : seminaireinterdoctorants@gmail.com

Environnements naturels, environnements culturels

Jeudi 21 janvier 2021, 15h00-17h00

Séminaire en visioconférence

Le choix de ce thème lors de notre sondage, vient illustrer l’affirmation et l’importance prise par l’environnement au cœur des sujets d’étude en sciences humaines et sociales. « On assiste, depuis une trentaine d’années au moins, à l’émergence et à la multiplication de champs des sciences humaines et sociales qui non seulement affichent l’environnement ou l’écologie pour objet, mais revendiquent aussi de voir leur épistémologie transformée par cet objet » [1]. De nombreux champs s’imposent et sont aujourd’hui mis en avant dans le cadre de thèses en histoire environnementale, en sociologie et droit de l’environnement, en anthropologie de la nature, ou encore en économie écologique… Les humanités environnementales s’organisent désormais, autour de revues internationales (Environmental Humanities, créée en 2012), de cursus universitaires (environmental.humanities.ucla.edu), ou de portails interdisciplinaires (humanitesenvironnementales.fr).

À l’échelle internationale, les humanités environnementales proposent de remettre en question une série de frontières qui segmentent aujourd’hui le monde de la recherche. Les différents champs se réclamant de l’approche environnementaliste développent de nouvelles méthodologies et pratiques savantes, afin de repenser les fractures disciplinaires. Leur premier chantier revient ainsi sur la fracture fondamentale qui oppose, dans nos sociétés modernes, les sphères de la Nature et de la Culture. « Par-delà Nature et Culture » [2], c’est ainsi la rupture originelle entre sciences de l’Homme et sciences de la Nature (parfois appelées « sciences dures ») que ces nouveaux paradigmes proposent d’interroger. « Environnements naturels, environnements culturels », ce thème invite à mettre en lumière les approches que nous développons, en tant que doctorants, pour dépasser ces fractures au coeur de nos études et dans les choix de nos problématiques.

[1] Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017, p.7.

[2] Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Gallimard, Paris, 2005.


Claire Milon, doctorante en histoire contemporaine, (Arche, UR3400).

La randonnée, apparition d’un loisir et d’une pratique sociale dans l’Allemagne du Deuxième Empire (1871-1914)

La randonnée en tant qu’objet d’étude de l’historien n’est pas un sujet classique ou un champ de recherche structuré et unifié. Il est cependant possible de souligner le rôle central de l’Allemagne dans l’apparition de la marche de loisir à la fin du XIXème siècle, d’une part à travers le romantisme qui encourage une exploration de lieux jusque-là redoutés (la forêt, la montagne), et d’autre part grâce à la présence d’organisations collectives permettant l’émergence de cette pratique. Les perspectives portées par l’histoire environnementale sont encore relativement récentes dans le paysage académique français et permettent de renouveler le regard sur la randonnée et ses débuts, en l’envisageant comme une pratique structurant l’espace et participant pleinement de la redéfinition complexe des relations entre les hommes et leur environnement. Ainsi, les travaux d’histoire environnementale ont mis en lumière les dynamiques de co-construction entre les villes et leurs « hinterland » pour reprendre l’expression de William Cronon qui étudie le cas de Chicago, en analysant en particulier les circulations de matières premières. De la même manière, mais à plus petite échelle, certaines villes structurent des périphéries plus lointaines. Kenneth Pomeranz parle ainsi des « hectares fantômes » dont dispose Manchester en tirant parti des denrées importées des plantations américaines. Ces études tendent à remettre en cause l’opposition entre l’urbain et la « nature », en signalant leur imbrication non seulement économique mais aussi environnementale, tant en matière de pollution que de conflits d’usage ou de structuration de l’espace et des paysages. En se plaçant dans la lignée de ces travaux, il s’agit ici de compléter cette analyse par l’étude d’une pratique renversant la hiérarchie entre ces espaces : c’est bien l’urbain qui se trouve en position d’ « hinterland » pour les randonneurs, tant physiquement que symboliquement.

[3] Nous avons choisi de placer ce terme entre guillemets pour signaler le caractère construit, socialement et historiquement de cette notion. Nous évoquons cette question plus loin dans le texte.


Jean-Baptiste Ortlieb, doctorant en hisotire contemporraine (Sage, UMR7363 – Envirhus)

Présentation d’un chapitre d’ouvrage en cours de rédaction : « Les sommets des « Hautes Vosges » : communs, ressources et agrosystèmes sociaux (XIVe – XVIIIe siècle) »

La communication consistera en la présentation d’un chapitre d’ouvrage collectif en cours de rédaction, pour une publication consacrée aux « communaux » de montagne.  Les nouveaux paradigmes de l’histoire environnementale modifient la compréhension de certains phénomènes sociaux et des conditions d’émergence du monde moderne, en employant une méthode fondée sur un rapport transdisciplinaire aux sources. Au sein des problématiques de l’histoire environnementale, celles qui touchent aux « communs » font aujourd’hui l’objet d’un intérêt croissant en questionnant les rapports à la propriété des ressources naturelles. L’approche environnementaliste est l’occasion de décentrer le regard sur un objet historique ancien mais parfois mal identifié, la montagne. Une nouvelle étude consacrée au massif vosgien, en faisant du « sommet » un objet historique à part entière, a pour objectif de mettre en évidence les relations complexes qui lient les hommes à ces milieux particuliers, à partir d’une enquête menée sur le « temps long ». La période étudiée, s’étendant du bas Moyen Âge à la période révolutionnaire, est de plus marquée par l’émergence d’un nouveau rapport des sociétés occidentales à la nature, et aux espaces d’altitude.

Les historiens environnementalistes ont su développer de nombreux outils pour interroger le rapport entre les environnements et les sociétés anciennes. L’agrosystème social en est un. Développé par l’historien Erik Thoen, l’agrosystème social propose de déterminer les modes d’organisations sociales de la production agraire, sur un plan régional. Le but du chapitre en cours de rédaction est de tester l’efficacité de ce concept, avec l’objectif de mettre en évidence les dynamiques propres à l’émergence des communs sur les sommets des Hautes-Vosges. L’enjeu est de montrer que les sommets mettent en relation plusieurs réalités sociales différentes, selon les vallées et les acteurs qui exploitent les sommets – sous la forme ou non de communs. Ces agrosystèmes sociaux sont en réalité changeants, dans le temps comme dans l’espace. Le chapitre n’étant pas achevé, la communication aura pour objet d’exposer les premières réflexions autour de ce thème, et d’en obtenir des retours, en s’attachant aux problématiques portées par l’histoire environnementale.

Panorama des outils numériques

Jeudi 14 janvier 2021, 15h00-17h00

Atelier de formation aux humanités numériques en visioconférence

Vous êtes en thèse ? Vous vous demandez de quelle manière l’informatique peut vous aider à répondre à vos problématiques ? La Plateforme des Humanités Numériques (PHUN) soutient les chercheurs, étudiants et ingénieurs en SHS au sein de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA). Ses actions incluent l’information, la formation, l’accompagnement technique, le soutien et la valorisation.
 
Régis Witz, ingénieur d’études PHUN (Unistra) proposera un panorama des acteurs et des outils à votre disposition pour aider votre thèse à prendre au mieux le virage du numérique !
 
Cet atelier aura lieu à distance. Pour y assister, contactez le SIDSHA : seminaireinterdoctorants@gmail.com Pour plus d’informations sur la Plateforme des Humanités Numériques : donnees-et-savoirs@misha.fr

La Loi de programmation de la recherche (LPR)

Jeudi 26 novembre 2020, 15h00-17h00

Séminaire-débat en visioconférence

Accès à l’intégralité du séminaire-débat.

Julien Gossa, MCF en informatique à l’université de Strasbourg, animateur du blog « Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire », présentera la Loi de programmation de la recherche (LPR) et ce qu’elle implique plus particulièrement pour les doctorants et jeunes docteurs. Au cours de cette séance, les questions suivantes (liste non exhaustive) seront abordées :

  • Quelles sont les conséquences de l’affaiblissement de la qualification par le CNU ?
  • Comment se déroulera désormais le recrutement des enseignants-chercheurs ?
  • Quelle autonomie pour la recherche ? En particulier vis-à-vis des intérêts privés à l’université.
  • Quel statut pour les enseignants chercheurs ? Quels statuts disparaissent et quels nouveaux statuts sont créés (CPJ, CDI de mission) ?
  • Quelles conséquences pour les contrats doctoraux, particulièrement en sciences humaines et sociales ? Quid des contrats doctoraux CIFRE ?
  • Que signifie le développement du financement par projet ? En particulier pour les ingénieurs de recherche ?
  • Qu’est-ce qu’implique la recherche et l’enseignement supérieur dans le respect des « valeurs de la République » ?

Travail et « non-travail » chez le doctorant

Jeudi 5 novembre 2020, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Quelle que soit sa discipline, quels que soient son sujet ou ses axes de recherche, le doctorant est amené à définir et organiser ses temps de travail, depuis le début de sa thèse jusqu’à l’instant de sa soutenance. Ce premier événement, qui viendra s’intéresser à la frontière parfois mince entre ce « travail » et le « non-travail », proposera d’apporter des réponses à une question importante dans la vie des jeunes chercheurs.

Ces interventions et les échanges qui suivront pourront aborder de nombreux thèmes : celui de la figure publique du chercheur, de son statut, de sa « production » et de la valorisation de cette production ; mais aussi de sa rémunération, de la précarité du doctorant et de ses perspectives professionnelles, particulièrement dans le milieu des sciences de l’Homme. Les temps de « travail » des doctorants, hétérogènes, se composent du temps de la recherche et de l’écriture, de la communication des résultats et des échanges avec les pairs, autant que des diverses missions d’enseignement et de projets, ou des périodes de terrain, que chaque jeune chercheur peut être amené à engager. « Travail » et « non-travail » revient également à questionner les temps de repos (weekends, congés), encadrés juridiquement mais souvent mis à profit par les chercheurs pour leurs études. Le doctorant se trouve également confronté à des phénomènes comme le « syndrome de l’imposteur » et des difficultés de médiation. Enfin la question du travail pose celle de l’encadrement concret du doctorant par les différents acteurs de l’Université, où il s’impose comme un maillon essentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur.


Guillaume Gass et Aurélien Landon (Archimède, UMR 7044)

Progresser dans sa thèse par le biais du « non-travail » : l’exemple de l’enseignement dans le secondaire

Le « non-travail » du doctorant pour ses recherches peut représenter son quotidien bien plus que sa thèse. En effet, à l’heure actuelle, un tiers seulement des thèses en sciences humaines sont financées par des contrats doctoraux. Dès lors, une grande partie des doctorants se retrouvent dans l’obligation d’exercer une autre activité professionnelle pour financer leurs recherches. Cette activité professionnelle peut différée complètement des problématiques de recherche du doctorant dans la cadre de sa thèse. Bien qu’il y ait un écart important entre le travail de la thèse et l’activité professionnelle (« non-travail » pour la thèse), le doctorant peut mettre à profit cet écart. Cette communication se propose d’analyser le travail du doctorant, sa valorisation et sa production dans le cadre de l’enseignement dans le secondaire.

Le non-travail de la thèse au quotidien pour le doctorant peut être vécu comme une source d’angoisse ou de craintes. Pourtant, il demeure un facteur de « repos » face à la recherche et l’occasion d’améliorer la clarté de sa réflexion. Cette dernière peut s’effectuer dans le cas de la préparation, mais aussi de la pratique de certains cours pour le secondaire. En effet, même si le sujet de thèse n’est pas directement abordé par le programme ou un chapitre, il peut être abordé et faire parfois l’objet de questions des élèves. Dès lors, les interrogations de la part de complets néophytes sont un moyen de remettre à plat certaines problématiques, de les vulgariser. Ce travail de vulgarisation est un point nécessaire dans le travail que le doctorant mène sur sa thèse.

Au-delà de cette possibilité de vulgarisation et de remise à plat, le non-travail du doctorant représente une source possible de valorisation de son travail doctoral. Ainsi, dans son activité professionnelle, le doctorant peut être amener à discuter de ses recherches. Les réactions sont majoritairement positives. Ce soutien peut avoir différentes origines (hiérarchie, collègues, etc.). Ce soutien a une importance notamment dans le quotidien du doctorant. La production d’une thèse nécessite une organisation qui, pour un doctorant avec une activité professionnelle en parallèle, implique un emploi du temps complexe. En effet, il faut alterner entre les obligations doctorales, professionnelles, familiales, les imprévus mais aussi un repos indispensable. L’ensemble de ces obligations constituent un réel défi pour le doctorant.

Le non-travail peut aussi créer un éloignement de l’école doctorale, de l’équipe de recherche et du directeur de thèse. Dès lors, cela nécessite de renouveler les moyens de communication et de saisir des opportunités qui n’étaient pas présentes initialement. L’éloignement de l’école doctorale peut créer de nouvelles opportunités de formation dans ce nouvel environnement.

Cette communication aborde dans une vision positive le non-travail. Bien entendu, pour chaque argument que nous présentons, il y a des contre-exemples ou des points négatifs. Néanmoins, la thèse reste la synthèse d’un ensemble de facteurs aussi bien endogènes qu’exogènes.


Maëlle Partouche (LIER-FYT, École des Hautes Études en Sciences Sociales)

« Je travaille tout le temps ! » Ou la question du degré d’implication du chercheur à l’égard de son terrain

Travaillant sur le rapport des Juifs français et américains à Israël et aux effets de l’émergence de ce nouvel État sur leur conception de la citoyenneté, ma méthode d’enquête repose avant tout sur l’observation participante et la réalisation d’entretiens ethnographiques. Ces techniques d’enquête, on le sait, impliquent un certain nombre de contraintes et ne cessent de soulever des interrogations renouvelées quant à la possibilité d’objectivation de la position du chercheur et de la justesse de ses observations.

En m’appuyant sur la littérature existante qui traite des enjeux de la pratique ethnographique [1] [2] [3], je souhaiterais, dans un premier temps, proposer une réflexion sur les difficultés posées par un terrain relativement poreux et qui présente certaines spécificités dont il convient de tenir compte. Si l’on rappelle souvent les obstacles liés à la comptabilisation des Juifs en France où les statistiques religieuses et ethniques sont prohibées mais aussi parce que la question de savoir qui est juif reste toujours ouverte, ces enjeux se retrouvent également sur le terrain. Au fil de mon enquête, ces derniers apparaissent de manière d’autant plus frappante dans les moments souvent inattendus. Ainsi, en proportion, nombreux sont les enquêtés rencontrés dans un cadre complètement informel et a priori extérieur à mon terrain. Il arrive régulièrement que la simple évocation de mes recherches provoque des propositions d’entretiens. Pourtant, contrairement à certains sociologues partisans de l’enquête circonscrite à son milieu comme gage d’authenticité [4], cet enthousiasme (comment le qualifier autrement ?) à la fois auprès des Juifs laïcs et parmi des milieux plus pieux, n’avait pas été anticipé. Dès lors, comment faire la part des choses entre terrain et vie privée pour ne pas avoir l’impression que « je travaille tout le temps » ?

Je souhaiterais, dans un second temps, ouvrir une discussion autour de ce qui apparaît comme l’une des conséquences de cette proximité sociologique avec une partie de mes enquêtés, les difficultés rencontrées en tant que jeune femme réalisant une enquête de terrain. Si peu de sociologues semblent avoir pris le temps – ou eu la possibilité – de parler ouvertement des problématiques posées par les rapports de genre au cours de leur enquête, il semble essentiel de les objectiver de manière à pouvoir les neutraliser au mieux. Dans le cadre de mon enquête, force a été de constater qu’il s’agissait d’un élément décisif dans la motivation de plusieurs enquêtés que je sollicitais pour des entretiens. Ainsi, depuis le début de mes recherches, plusieurs d’entre eux ont cherché à entreprendre une relation d’un autre ordre avec moi ou encore à me présenter à des amis qui étaient alors en quête « d’une fiancée à présenter à leurs parents ». Cette propension à vouloir me marier reste pour moi, certes source d’étonnement, mais surtout de doute quant à l’attitude morale à suivre. En discuter dans le cadre du SIDSHA serait l’occasion d’échanger autour d’un aspect problématique dans le travail du sociologue et qui reste, selon moi, encore trop peu traité d’un point de vue épistémologique.

[1] Daniel Cefaï, éd., L’enquête de terrain, Recherches (Paris: La Découverte, 2003).

[2] Howard S. Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2002).

[3] Jean (1939- ) Peneff, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2009).

[4] « Depuis les années 1980, toutefois, une place centrale est de plus en plus souvent attribuée à la personne du chercheur et à son rôle politique, au motif que toute connaissance du monde social met en jeu l’individualité d’un créateur singulier et se doit d’être émancipatrice. Selon les mouvements féministes, les milieux alternatifs et les critiques littéraires qui sont à l’origine de cette perspective, ce serait l’unique voie de salut pour rompre enfin avec le mode de pensée positiviste, pris pour le pendant de la domination capitaliste, coloniale, androcentrique. Une conséquence possible en est la réduction des thèmes d’étude aux seules expériences du chercheur et de sa communauté́. » In Daniel Bizeul, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique Vol. 57, no 1 (2007): 69‑89.

Appel à contributions – séminaire 5 novembre 2020

Chères doctorantes et chers doctorants,

À la suite de nos précédents messages, nous avons le plaisir de revenir vers vous pour vous soumettre l’appel à contributions de la prochaine rencontre du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA). Le premier séminaire de cette année universitaire si particulière se tiendra le jeudi 5 novembre 2020 après-midi, en visioconférence.

Vous avez été nombreux à répondre au sondage, nous permettant de choisir le thème du prochain séminaire, et nous vous en remercions ! Nous sommes heureux de vous annoncer que le sujet arrivé en tête (27 % des votes), et donc retenu, est le suivant :

Travail et « non-travail » chez le doctorant.

La vocation du SIDSHA à favoriser les temps d’échanges entre jeunes chercheurs de l’ED 519 nous incite à nous réjouir du choix d’un tel thème pour notre prochaine rencontre.

Quelle que soit sa discipline, quels que soient son sujet ou ses axes de recherche, le doctorant est amené à définir et organiser ses temps de travail, depuis le début de sa thèse jusqu’à l’instant de sa soutenance. Ce premier événement, qui viendra s’intéresser à la frontière parfois mince entre ce ce « travail » et le « non-travail », proposera d’apporter des réponses à une question importante dans la vie des jeunes chercheurs.

Dans le cadre de la rencontre du 5 novembre 2020, un thème aussi transversal que le travail et « non-travail » chez le doctorant peut se poser sous plusieurs formes.

Nous sommes bien entendu très intéressés par des interventions qui pourront être proposées par des jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, quand elles questionnent directement les thématiques du travail, ses définitions et ses pratiques dans nos sociétés. Il sera alors intéressant de situer la figure du doctorant dans le paysage professionnel et intellectuel actuel.

Nous sommes également ouverts aux communications de doctorants ou de jeunes docteurs qui sauront proposer un regard critique et investigateur sur leurs propres pratiques et sur leur expérience. Tous les cas de figure pourront faire l’objet d’une présentation et gagneront à être confrontés, du doctorant en première année au doctorant en fin de thèse, du doctorant financé à celui qui exerce une profession à temps plein ou partiel, etc.

Ces interventions et les échanges qui suivront pourront aborder de nombreux thèmes : celui de la figure publique du chercheur, de son statut, de sa « production » et de la valorisation de cette production ; mais aussi de sa rémunération, de la précarité du doctorant et de ses perspectives professionnelles, particulièrement dans le milieu des sciences de l’Homme. Les temps de « travail » des doctorants, hétérogènes, se composent du temps de la recherche et de l’écriture, de la communication des résultats et des échanges avec les pairs, autant que des diverses missions d’enseignement et de projets, ou des périodes de terrain que chaque jeune chercheur peut être amené à engager. « Travail » et « non-travail » revient également à questionner les temps de repos (weekends, congés), encadrés juridiquement mais souvent mis à profit par les chercheurs pour leurs études. Le doctorant se trouve également confronté à des phénomènes comme le « syndrome de l’imposteur » et des difficultés de médiation. Enfin la question du travail pose celle de l’encadrement concret du doctorant par les différents acteurs de l’Université, où il s’impose comme un maillon essentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Les propositions de communications sont à transmettre avant le lundi 26 octobre 2020, à l’adresse suivante : seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques – une demi-page environ. Le 5 novembre 2020, les communicants disposeront de 20 à 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion environ.

Les informations générales sont à retrouver sur le carnet du SIDSHA et sur notre groupe Facebook .

Les modalités de connexion à l’outil de visioconférence seront communiquées ultérieurement, dès que le choix des intervenants aura été fait.

Programme de l’année 2020-2021 des ateliers numériques de la MISHA

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique (1er étage), Strasbourg

Chaque atelier est thématique mais adaptable en fonction des participants et de leurs besoins. Toutes les séances ont lieu le mercredi de 12h à 14h.

Les séances auront dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

Pour toute remarque ou question, n’hésitez pas à contacter les membres du pôle « Données numériques et savoirs en SHS » à l’adresse suivante : donnees-et-savoirs@misha.fr.

 

Activités du SIDSHA 2020-2021

Le Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) a cette année encore le plaisir de vous proposer des temps de rencontres et d’échanges entre jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales. Intégrées à l’offre de formation de l’ED 519 SHS-PE, les séminaires du SIDSHA vous permettent de valider des crédits ECTS au titre de la formation doctorale.

En cette année universitaire particulière, dans la continuité des mesures prises et en raison des limites de rassemblements dans les campus, le SIDSHA prend le parti d’organiser ses événements en visioconférence, tant que la situation sanitaire l’imposera. Malgré l’absence de rencontres physiques, nous tenons à conserver autant que possible la dynamique d’échanges initiée l’année dernière, entre doctorants issus de différentes disciplines. Cette année, nous proposerons de suivre nos séminaires et ateliers de formations aux humanités numériques, ainsi que des séances de débats autour de l’actualité de la recherche.

Comme l’année passée, nous souhaitons répondre à vos attentes de la meilleure des manières. Nous réitérons donc la mise en place de sondages, vous permettant de choisir les thèmes des prochaines rencontres. Nous vous remercions ainsi de bien vouloir renseigner vos préférences dans le sondage accessible ici, et qui ne vous prendra qu’une minute ! Ce premier sondage nous permettra d’arrêter les thèmes du premier séminaire, qui se tiendra le jeudi 5 novembre, et de la première séance de débat, qui se tiendra le 26 novembre.

Que ce soit physiquement ou à travers nos écrans, nous avons hâte de vous retrouver pour ces prochains temps d’échanges et de rencontres ! Vous trouverez de plus amples informations sur le site internet du SIDSHA, ainsi que sur le groupe Facebook.

Formation au logiciel R

Mardi 18 février 2020, 14h00-18h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique

R est un logiciel très puissant s’appuyant sur un langage orienté vers le traitement de données et l’analyse statistique. Il présente également l’avantage d’être flexible puisqu’il fonctionne avec son propre langage de programmation qui permet à l’utilisateur de manipuler ses fonctionnalités à l’aide de lignes de codes. Dans R, les données, mais aussi les variables, les fonctions, les résultats, etc., sont stockées sous forme d’objets. L’utilisateur agit sur ces objets avec des opérateurs (arithmétique, logique, de comparaison…) et des fonctions. Pour ce faire, il utilise le langage R (Paradis 2005 ; Barnier 2013 ; Nakoinz, Knitter 2016).

De plus, R étant un programme libre, il existe une grande communauté d’utilisateur en ligne qui anime de nombreux forums d’aide, mais aussi qui crée, et laisse à disposition, des algorithmes prêts à l’emploi. En effet, à l’installation R comprend déjà un certain nombre de « paquets » contenant des opérations statistiques basiques, mais il offre également la possibilité d’en télécharger d’autres, plus complexes, créés et améliorés par la communauté. Ainsi, ce logiciel permet un large choix pour la manipulation des données et leur étude statistique.

L’objectif de cet atelier est d’apprendre aux participants les bases du langage R afin qu’ils puissent être autonomes avec ce logiciel. Ce sera aussi l’occasion de présenter les multiples possibilités qu’il offre, en particulier appliqué aux Sciences humaines et sociales. Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances en statistique ou en langage informatique pour participer à cet atelier.