Sources et images en SHS

Lundi 6 décembre 2021, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie, Strasbourg, et en visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.

La question des sources est essentielle pour les chercheurs et chercheuses de toutes disciplines en sciences humaines et sociales. Leur nature est très variable, et différentes méthodologies amènent la recherche à s’intéresser aussi bien aux textes, qu’aux images, cartes, discours ou encore données statistiques. La mise en commun, entre plusieurs disciplines, de certaines sources et approches tend à se renforcer avec le développement de la trans- et de la pluridisciplinarité, encourageant le rapprochement entre traditions disciplinaires : géohistoire (Braudel, 1949 ; Jacob-Rousseau, 2009 ; Gramond, 2014), géo-légale (Garcier, 2009 ; Santoire et al., 2020), géographie sociale (Raffestin, 1983), ou socio-histoire (Noiriel, 2006 ; Offenstadt, 2010).

Alors que le débat sur la subjectivité et la neutralité de la recherche se fait de plus en plus présent (Louargant & Ghiotti, 2008 ; Pereira, 2018), il s’applique notamment au rapport aux sources, impliquant la nécessité de questionner leur origine : pourquoi ont-elles été produites, par et pour qui, par quel moyen, dans quel intérêt ? Finalement, il s’agit d’interroger le « point de vue » de celles et ceux qui ont produit les sources étudiées (Darré, 2018). En contrepoint, l’absence de sources n’est pas non plus anodine et le questionnement peut alors porter sur les raisons et significations de cette absence ou de cette disparition. Le corollaire à la question de l’objectivité des sources est celle de leur interprétation, nécessitant de prendre du recul sur les outils d’analyse mobilisés et sur le contexte même de la recherche menée (Duprat, 2007).

Pour les portraits, ils ne sont pas de ceux que l’on voit d’ordinaire dans d’autres livres ; ils n’ont pas été bâtis par le caprice d’un graveur qui les ait supposés pour amuser le caprice d’un ignorant ; ils sont si véritables et tirés sur de si bons originaux qu’afin que les plus incrédules les puissent justifier on y a marqué exprès les lieux d’où on les a pris.

(De Mézeray, François-Eudes, Histoire de France depuis Pharamond jusqu’au règne de Louis le Juste, 1685)

Sources et images sont liées par une dialectique réciproque. L’image est une source en soi, qui permet de collecter des données puis d’en proposer une interprétation. Alors qu’elle peut se revendiquer objective, notamment dans le cas de la photographie (Delage, 2006 ; Franchomme, 2008), elle peut aussi être un outil puissant pour diffuser des informations tronquées ou orientées, notamment par la carte (Besse & Tiberghien, 2017 ; Preci, 2020). Réciproquement, l’image est aussi une représentation du réel, volontaire ou involontaire « construction d’une figure imaginaire » (Duprat, 2010) que l’on peut comprendre dans sa dimension immatérielle (« image mentale », « vision du monde » et « modes d’identification »). L’image offre dès lors un moyen pour interroger notre rapport au monde, à l’espace, au temps, à la société. Il s’agit alors de mobiliser des sources pour comprendre l’image qu’un individu a du monde et ce qui l’influence : images véhiculées par son entourage et plus largement la société, intérêts personnels ou mécanismes de défense psychologique. « Car l’on ne figure que ce que l’on perçoit ou imagine, et l’on n’imagine et perçoit que ce que l’habitude nous a enseigné à découper dans la trame de nos rêveries et à discerner dans le flux des impressions sensibles. » (Descola, 2021) Parmi toutes les sources auxquelles chercheuses et chercheurs ont accès, « l’image est le seul moyen dont nous disposons pour voir ce que les autre voient […] – en d’autres lieux, en d’autres temps, selon d’autres codes figuratifs » (idem).

Comment accéder alors à ces représentations du monde ? Quelles sources mobiliser et comment les interpréter ? Quelles nouvelles problématiques émergent enfin autour du développement des outils numériques, dans la diffusion des sources et particulièrement des images sous des formes nouvelles – bibliothèques, collections iconographiques et fonds d’archives en ligne ? Quel impact sur la collecte et la transmission, le format et le statut des sources numérisées (Bonfait, Courtin, Klammt, 2021) ?

Dans leurs travaux, les jeunes chercheurs et les jeunes chercheuses sont amenés à se positionner très tôt sur leur rapport aux sources et à l’image. Le SIDSHA invite ainsi doctorantes et doctorants à présenter leur approche de ces objets et problématiques dans leurs travaux de recherche, autour par exemple :

  • des questions de méthodologie : choix des sources et images, accès, traitement, analyse ;
  • des réflexions sur les conditions de production de ces sources et images ;
  • des réflexions sur le rôle et les significations de l’image en tant que source.

Télécharger l’appel à communications

Bibliographie :

Besse, J.-M. et Tiberghien, G., dir. (2017), Opérations cartographiques, Actes Sud, Arles.

Bonfait, O., Courtin, A., Klammt, A. (dir.) (2021), « Humanités numériques. De nouveaux récits en histoire de l’art ? », Histoire de l’art, n° 87

Boucheron, P. (2015), Conjurer la peur : essai sur la force politique des images : Sienne, 1338, Points, Paris.

Braudel, F. (1949), La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, Paris.

Darré, J.-P. (2018). « La production de connaissance dans les groupes locaux d’agriculteurs », in J.-P. Chauveau, É. Mollard, & M.-C. Cormier Salem, éd., L’innovation en agriculture: Questions de méthodes et terrains dobservation (p. 93‑112). IRD Éditions. http://books.openedition.org/irdeditions/15726

Delage, C. (2006), La vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël.

Descola, P. (2021), Les Formes du visible. Une anthropologie de la figuration, Seuil, Paris, Les livres du nouveau monde.

Duprat, A. (2007), Images et histoire. Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin

Duprat, A. (2010) « Histoire et images », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.307-312

Dupuys, P. (2002), Histoire, images, imaginaire, Plus, Pise.

Franchomme, M. (2008). Du cadastre napoléonien à la trame verte, le devenir des petites zones humides périurbaines en région Nord-Pas-de-Calais [PhD Thesis]. Lille 1.

Garcier, R. (2009). « Le droit et la fabrique de l’espace. Aperçus méthodologiques sur l’usage des sources juridiques en géographie », in P. Forest éd., Géographie et Droit (p. 69‑90). Presses de l’Université Laval. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01277998

Gramond, D. (2014). Géohistoire environnementale: Contours sémantiques et conceptuels. Discussions sur les héritages et patrimoines reconnus aux zones humides fluviales. Développement durable et territoires, Vol. 5, n°3. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10585

Grataloup, C. (2011), Représenter le monde, Documentation photographique, Les dossiers, n°8084, La documentation française, Paris.

Jacob, C. (1992), L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, A. Michel, Paris.

Hansen, T., & Coenen, L. (2015). The geography of sustainability transitions: Review, synthesis and reflections on an emergent research field. Environmental Innovation and Societal Transitions, 17, 92‑109. https://doi.org/10.1016/j.eist.2014.11.001

Latour, B. (2015), Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte.

Louargant, S., & Ghiotti, S. (2008). Les démarches comparatives sur la montagne : Quelles connaissances ? 12.

Noiriel, G. (2006). Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Collection Repères.

Offenstadt, N. (2010), « Socio-histoire », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.618-624.

Pereira, I. (2018). « La neutralité « neutralisée » ? La recherche entre scientifique et politique. Entretien avec Irène Pereira », in Terrains/Théories, 9, Article 9. https://doi.org/10.4000/teth.1821

Preci, A. (2020). « Fixing the territory, a turning point: The paradoxes of the Wichí maps of the Argentine Chaco », The Canadian Geographer / Le Géographe Canadien, 64(1), 20‑31. https://doi.org/10.1111/cag.12595

Raffestin, C. (1983). Introduction à la géographie sociale des frontières. Espace Populations Sociétés, 1(1), 87‑88. https://doi.org/10.3406/espos.1983.907

Santoire, E., Desroche, J., & Garcier, R. (2020). « Quelles méthodes d’enquête pour les recherches géo-légales ? Retour d’expérience à partir de la mise en concurrence des concessions hydroélectriques en France », Annales de géographie, N°733-734(3), 228. https://doi.org/10.3917/ag.733.0228


Di Fan (Arche, UR 3400)

Le regard du corps disséqué dans le paysage naturel : le modèle d’André Vésale


Lucas La Barbera (Arche, UR 3400)

Le rapport à l’image dans l’histoire de l’architecture médiévale : le cas de l’architecture gothique en Bourgogne


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Parfums de myrrhe et serpents ailés en Etrurie : retour sur un sarcophage de Tarquinia

Programme 2021-2022

 

Pour l’année universitaire 2021-2022, c’est en tout 7 événements que nous vous proposons. Le programme des rencontres, séminaires, journées d’études et formations aux humanités numériques est à retrouver ci-dessous, ou en ligne via le carnet Hypotheses (sidsha.hypotheses.org) et la page Facebook du SIDSHA (facebook.com/groups/SIDSHA). Comme chaque année, nos rencontres sont intégrées à l’offre de formation de l’ED519 SHS-PE. Les séances du SIDSHA vous permettront ainsi de valider des crédits ECTS, par le biais d’un émargement que nous assurerons à chaque rencontre. Enfin, le retour au présentiel marquera le retour des instants de convivialité, autrement dit du traditionnel verre qui suit chacune de nos rencontres.

Genre et recherche

Mardi 9 novembre 2021, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie, Strasbourg

Le nouveau format des Rencontres du SIDSHA a vocation à engager un échange libre autour d’une thématique définie. Un lien de visioconférence permettra également aux doctorantes et doctorants qui le souhaitent de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail aux personnes en faisant la demande, par le biais de l’adresse suivante : seminaireinterdoctorants@gmail.com
 
En introduction, Mathias Valverde (SAGE UMR 7363 – CRH UMR 8558) proposera un regard historique sur la construction genrée des milieux de la recherche (XVIIIe-XIXe siècles) et Cécile Rivière (ARCHE UR 3400) une mise en perspective sur le milieu de l’enseignement et de la pratique de l’architecture (XIXe-XXe siècles).
 
Aujourd’hui en France, les femmes représentent seulement 28% des effectifs dans la recherche. Si elles sont majoritaires parmi les étudiant·es, dès le doctorat leur part diminue parmi les enseignant·es chercheur·euses au fur et à mesure que le niveau hiérarchique augmente pour, finalement, n’être qu’une minorité de présidentes d’université. Mais au-delà même de ces chiffres, des comportements (manterrupting, victimisation, décrédibilisation dans des débats et controverses scientifiques…) minent la légitimité et la crédibilité des chercheuses. Les membres du SIDSHA vous invitent à un atelier de réflexion autour de ces enjeux : mise en commun, partage d’expérience et discussions permettront, nous l’espérons, de proposer des solutions pour lutter contre ces discriminations, et rompront le sentiment d’isolement qui pèse encore trop souvent sur les (jeunes) chercheuses.

Les modèles dans la recherche

Jeudi 22 avril 2021, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique1. Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, les modèles dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages2. Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle … – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

[1] Chorley (R. J.), Haggett (P.) (éd.) Socio-economic models in geography : part I and III of models in geography, Londres, ed. Methuen & co, coll. « University paperbacks », 1967, p.249

[2] Thalheim (B.), Nissen (I.), Wissenschaft und Kunst der Modellierung (Science and Art of Modeling) – Kieler Zugang zur Definition, Nutzung und Zukunft, Berlin, ed. De Gruyter, 2015.


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Réélaborer un modèle d’étude du pythagorisme : l’air de famille pythagoricien

Dans son ouvrage consacré à l’historiographie du pythagorisme, G. Cornelli reprenait les propos de H. Kahn sur la nécessité de ne plus produire de nouveaux outils et modèles sur le pythagorisme, mais de suivre une approche rigoureuse de critique des sources. Cette critique portait surtout sur les reconstructions a priori qui avaient marqué les XIXe et XXe siècles en menant à des malentendus ou des erreurs d’interprétation. L’approche historiographique a cependant souligné les limites des différents paradigmes et dégagé l’idée que le pythagorisme n’a pas présenté d’unité doctrinale avant sa reformulation néo-pythagoricienne à la fin de l’époque hellénistique et durant l’époque impériale. Cette situation met le chercheur face à une grande quantité de notions précédemment développées qui ne peuvent s’appliquer à un système cohérent.

Il est donc nécessaire de trouver un nouveau modèle d’étude du pythagorisme afin de tester les concepts de la recherche antérieure. Il ne s’agit pas de développer une nouvelle théorie qui contredirait les arguments de Kahn, mais de travailler à partir des résultats déjà existants. En l’absence d’unité doctrinale, de rapports de maître à élève dans un système d’enseignement pythagoricien, d’ambition politique commune ou de mode de vie partagé par tous, il est possible de se tourner vers les outils de la philosophie du langage de Wittgenstein. Le concept d’air de famille, développé par le philosophe allemand, permet alors de comprendre comment s’est constituée l’idée d’un groupe pythagoricien sans caractéristique commune évidente. Ce nouveau modèle, s’appuyant sur des réseaux de ressemblance et de superposition, permet d’envisager plus sereinement l’étude du pythagorisme sans recourir à un système reconstitué a priori.

Il s’agira dans un premier temps de montrer la non-opérabilité des constructions doctrinales ou systématiques précédentes. Dans un second temps, l’introduction de l’air de famille wittgensteinien permettra de comprendre comment s’est construit le groupe pythagoricien sans critère de classification initial. Enfin, quelques exemples permettront de tester la pertinence de ce nouveau modèle.


Lizzie Scholtus (Archimède, UMR 7044)

Appel à communications – Les modèles dans la recherche

Le troisième et dernier séminaire 2020-2021 du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) se tiendra le jeudi 22 avril 2021 après-midi, en visioconférence. La thématique retenue suite au sondage dédié porte sur « Les modèles dans la recherche ». Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’appel à communications, pour lequel nous vous remercions de nous envoyer vos propositions avant le 9 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demi-page environ, pour des communications d’une durée entre 20 et 30 minutes suivies d’une demi-heure de discussion.

Appel à communications « Les modèles dans la recherche »

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique (Chroley, Haggett 1967). Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite aussi avoir avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, ils dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages (Thalheim, Nissen 2015). Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle… – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

Modèle idéalisé – Abbé Marc-Antoine Laugier, frontispice de la 2e édition de l’Essai sur l’architecture, 1755. © BnF, Paris. La petite cabane rustique que nous venons de décrire est le modèle sur lequel on a imaginé toutes les magnificences de l’Architecture, c’est en se rapprochant dans l’exécution de la simplicité de ce premier modèle, que l’on évite les défauts essentiels, que l’on saisit les perfections véritables.

Recueil de modèles – Anton Seder, Die Pflanze in Kunst und Gewerbe, Vienne, Gerlach & Schenk, 1886. Planche d’ornements inspirés de la faune et de la flore. Photo Musées de Strasbourg.

Ainsi, les modèles développés par la recherche jouent un rôle important dans la formulation et la communication des théories en tant que structures de la pensée. En tant que références, ils structurent aussi la création et la réalisation d’œuvres. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, interroger la manière dont les doctorants reconnaissent et s’approprient ces outils et les sujets de recherche liés.

Dans le contexte scientifique, comment insérer sa recherche dans le cadre d’un modèle existant ? Comment créer son propre modèle ? Comment le diffuser et le faire accepter par la communauté scientifique ? Dans le cadre de l’analyse typologique d’un corpus d’œuvres, comment déterminer l’origine d’un modèle, ses inspirations et ses évolutions ? Mais aussi quels en sont les usages et les significations ?

Les modalités de connexion au séminaire en visioconférence seront communiquées lors de l’envoi du programme de ce séminaire.

Pratiques funéraires et identité(s)

Le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) a le plaisir de vous convier aux journées d’études organisées par Juliette Floquet, doctorante en archéologie orientale (Archimède, UMR 7044 ), Corentin Voisin, doctorant en histoire et archéologie grecque, (Archimède, UMR 7044 ), Laura Waldvogel, doctorante en préhistoire (Archimède, UMR 7044 ).

 20-21 avril  2021

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de conférence, Strasbourg

Environnements naturels, environnements culturels

Jeudi 21 janvier 2021, 15h00-17h00

Séminaire en visioconférence

Le choix de ce thème lors de notre sondage, vient illustrer l’affirmation et l’importance prise par l’environnement au cœur des sujets d’étude en sciences humaines et sociales. « On assiste, depuis une trentaine d’années au moins, à l’émergence et à la multiplication de champs des sciences humaines et sociales qui non seulement affichent l’environnement ou l’écologie pour objet, mais revendiquent aussi de voir leur épistémologie transformée par cet objet » [1]. De nombreux champs s’imposent et sont aujourd’hui mis en avant dans le cadre de thèses en histoire environnementale, en sociologie et droit de l’environnement, en anthropologie de la nature, ou encore en économie écologique… Les humanités environnementales s’organisent désormais, autour de revues internationales (Environmental Humanities, créée en 2012), de cursus universitaires (environmental.humanities.ucla.edu), ou de portails interdisciplinaires (humanitesenvironnementales.fr).

À l’échelle internationale, les humanités environnementales proposent de remettre en question une série de frontières qui segmentent aujourd’hui le monde de la recherche. Les différents champs se réclamant de l’approche environnementaliste développent de nouvelles méthodologies et pratiques savantes, afin de repenser les fractures disciplinaires. Leur premier chantier revient ainsi sur la fracture fondamentale qui oppose, dans nos sociétés modernes, les sphères de la Nature et de la Culture. « Par-delà Nature et Culture » [2], c’est ainsi la rupture originelle entre sciences de l’Homme et sciences de la Nature (parfois appelées « sciences dures ») que ces nouveaux paradigmes proposent d’interroger. « Environnements naturels, environnements culturels », ce thème invite à mettre en lumière les approches que nous développons, en tant que doctorants, pour dépasser ces fractures au coeur de nos études et dans les choix de nos problématiques.

[1] Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017, p.7.

[2] Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Gallimard, Paris, 2005.


Claire Milon, doctorante en histoire contemporaine, (Arche, UR3400).

La randonnée, apparition d’un loisir et d’une pratique sociale dans l’Allemagne du Deuxième Empire (1871-1914)

La randonnée en tant qu’objet d’étude de l’historien n’est pas un sujet classique ou un champ de recherche structuré et unifié. Il est cependant possible de souligner le rôle central de l’Allemagne dans l’apparition de la marche de loisir à la fin du XIXème siècle, d’une part à travers le romantisme qui encourage une exploration de lieux jusque-là redoutés (la forêt, la montagne), et d’autre part grâce à la présence d’organisations collectives permettant l’émergence de cette pratique. Les perspectives portées par l’histoire environnementale sont encore relativement récentes dans le paysage académique français et permettent de renouveler le regard sur la randonnée et ses débuts, en l’envisageant comme une pratique structurant l’espace et participant pleinement de la redéfinition complexe des relations entre les hommes et leur environnement. Ainsi, les travaux d’histoire environnementale ont mis en lumière les dynamiques de co-construction entre les villes et leurs « hinterland » pour reprendre l’expression de William Cronon qui étudie le cas de Chicago, en analysant en particulier les circulations de matières premières. De la même manière, mais à plus petite échelle, certaines villes structurent des périphéries plus lointaines. Kenneth Pomeranz parle ainsi des « hectares fantômes » dont dispose Manchester en tirant parti des denrées importées des plantations américaines. Ces études tendent à remettre en cause l’opposition entre l’urbain et la « nature », en signalant leur imbrication non seulement économique mais aussi environnementale, tant en matière de pollution que de conflits d’usage ou de structuration de l’espace et des paysages. En se plaçant dans la lignée de ces travaux, il s’agit ici de compléter cette analyse par l’étude d’une pratique renversant la hiérarchie entre ces espaces : c’est bien l’urbain qui se trouve en position d’ « hinterland » pour les randonneurs, tant physiquement que symboliquement.

[3] Nous avons choisi de placer ce terme entre guillemets pour signaler le caractère construit, socialement et historiquement de cette notion. Nous évoquons cette question plus loin dans le texte.


Jean-Baptiste Ortlieb, doctorant en hisotire contemporraine (Sage, UMR7363 – Envirhus)

Présentation d’un chapitre d’ouvrage en cours de rédaction : « Les sommets des “Hautes Vosges” : communs, ressources et agrosystèmes sociaux (XIVe – XVIIIe siècle) »

La communication consistera en la présentation d’un chapitre d’ouvrage collectif en cours de rédaction, pour une publication consacrée aux “communaux” de montagne.  Les nouveaux paradigmes de l’histoire environnementale modifient la compréhension de certains phénomènes sociaux et des conditions d’émergence du monde moderne, en employant une méthode fondée sur un rapport transdisciplinaire aux sources. Au sein des problématiques de l’histoire environnementale, celles qui touchent aux “communs” font aujourd’hui l’objet d’un intérêt croissant en questionnant les rapports à la propriété des ressources naturelles. L’approche environnementaliste est l’occasion de décentrer le regard sur un objet historique ancien mais parfois mal identifié, la montagne. Une nouvelle étude consacrée au massif vosgien, en faisant du “sommet” un objet historique à part entière, a pour objectif de mettre en évidence les relations complexes qui lient les hommes à ces milieux particuliers, à partir d’une enquête menée sur le « temps long ». La période étudiée, s’étendant du bas Moyen Âge à la période révolutionnaire, est de plus marquée par l’émergence d’un nouveau rapport des sociétés occidentales à la nature, et aux espaces d’altitude.

Les historiens environnementalistes ont su développer de nombreux outils pour interroger le rapport entre les environnements et les sociétés anciennes. L’agrosystème social en est un. Développé par l’historien Erik Thoen, l’agrosystème social propose de déterminer les modes d’organisations sociales de la production agraire, sur un plan régional. Le but du chapitre en cours de rédaction est de tester l’efficacité de ce concept, avec l’objectif de mettre en évidence les dynamiques propres à l’émergence des communs sur les sommets des Hautes-Vosges. L’enjeu est de montrer que les sommets mettent en relation plusieurs réalités sociales différentes, selon les vallées et les acteurs qui exploitent les sommets – sous la forme ou non de communs. Ces agrosystèmes sociaux sont en réalité changeants, dans le temps comme dans l’espace. Le chapitre n’étant pas achevé, la communication aura pour objet d’exposer les premières réflexions autour de ce thème, et d’en obtenir des retours, en s’attachant aux problématiques portées par l’histoire environnementale.

Travail et « non-travail » chez le doctorant

Jeudi 5 novembre 2020, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Quelle que soit sa discipline, quels que soient son sujet ou ses axes de recherche, le doctorant est amené à définir et organiser ses temps de travail, depuis le début de sa thèse jusqu’à l’instant de sa soutenance. Ce premier événement, qui viendra s’intéresser à la frontière parfois mince entre ce « travail » et le « non-travail », proposera d’apporter des réponses à une question importante dans la vie des jeunes chercheurs.

Ces interventions et les échanges qui suivront pourront aborder de nombreux thèmes : celui de la figure publique du chercheur, de son statut, de sa « production » et de la valorisation de cette production ; mais aussi de sa rémunération, de la précarité du doctorant et de ses perspectives professionnelles, particulièrement dans le milieu des sciences de l’Homme. Les temps de « travail » des doctorants, hétérogènes, se composent du temps de la recherche et de l’écriture, de la communication des résultats et des échanges avec les pairs, autant que des diverses missions d’enseignement et de projets, ou des périodes de terrain, que chaque jeune chercheur peut être amené à engager. « Travail » et « non-travail » revient également à questionner les temps de repos (weekends, congés), encadrés juridiquement mais souvent mis à profit par les chercheurs pour leurs études. Le doctorant se trouve également confronté à des phénomènes comme le « syndrome de l’imposteur » et des difficultés de médiation. Enfin la question du travail pose celle de l’encadrement concret du doctorant par les différents acteurs de l’Université, où il s’impose comme un maillon essentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur.


Guillaume Gass et Aurélien Landon (Archimède, UMR 7044)

Progresser dans sa thèse par le biais du « non-travail » : l’exemple de l’enseignement dans le secondaire

Le « non-travail » du doctorant pour ses recherches peut représenter son quotidien bien plus que sa thèse. En effet, à l’heure actuelle, un tiers seulement des thèses en sciences humaines sont financées par des contrats doctoraux. Dès lors, une grande partie des doctorants se retrouvent dans l’obligation d’exercer une autre activité professionnelle pour financer leurs recherches. Cette activité professionnelle peut différée complètement des problématiques de recherche du doctorant dans la cadre de sa thèse. Bien qu’il y ait un écart important entre le travail de la thèse et l’activité professionnelle (« non-travail » pour la thèse), le doctorant peut mettre à profit cet écart. Cette communication se propose d’analyser le travail du doctorant, sa valorisation et sa production dans le cadre de l’enseignement dans le secondaire.

Le non-travail de la thèse au quotidien pour le doctorant peut être vécu comme une source d’angoisse ou de craintes. Pourtant, il demeure un facteur de « repos » face à la recherche et l’occasion d’améliorer la clarté de sa réflexion. Cette dernière peut s’effectuer dans le cas de la préparation, mais aussi de la pratique de certains cours pour le secondaire. En effet, même si le sujet de thèse n’est pas directement abordé par le programme ou un chapitre, il peut être abordé et faire parfois l’objet de questions des élèves. Dès lors, les interrogations de la part de complets néophytes sont un moyen de remettre à plat certaines problématiques, de les vulgariser. Ce travail de vulgarisation est un point nécessaire dans le travail que le doctorant mène sur sa thèse.

Au-delà de cette possibilité de vulgarisation et de remise à plat, le non-travail du doctorant représente une source possible de valorisation de son travail doctoral. Ainsi, dans son activité professionnelle, le doctorant peut être amener à discuter de ses recherches. Les réactions sont majoritairement positives. Ce soutien peut avoir différentes origines (hiérarchie, collègues, etc.). Ce soutien a une importance notamment dans le quotidien du doctorant. La production d’une thèse nécessite une organisation qui, pour un doctorant avec une activité professionnelle en parallèle, implique un emploi du temps complexe. En effet, il faut alterner entre les obligations doctorales, professionnelles, familiales, les imprévus mais aussi un repos indispensable. L’ensemble de ces obligations constituent un réel défi pour le doctorant.

Le non-travail peut aussi créer un éloignement de l’école doctorale, de l’équipe de recherche et du directeur de thèse. Dès lors, cela nécessite de renouveler les moyens de communication et de saisir des opportunités qui n’étaient pas présentes initialement. L’éloignement de l’école doctorale peut créer de nouvelles opportunités de formation dans ce nouvel environnement.

Cette communication aborde dans une vision positive le non-travail. Bien entendu, pour chaque argument que nous présentons, il y a des contre-exemples ou des points négatifs. Néanmoins, la thèse reste la synthèse d’un ensemble de facteurs aussi bien endogènes qu’exogènes.


Maëlle Partouche (LIER-FYT, École des Hautes Études en Sciences Sociales)

« Je travaille tout le temps ! » Ou la question du degré d’implication du chercheur à l’égard de son terrain

Travaillant sur le rapport des Juifs français et américains à Israël et aux effets de l’émergence de ce nouvel État sur leur conception de la citoyenneté, ma méthode d’enquête repose avant tout sur l’observation participante et la réalisation d’entretiens ethnographiques. Ces techniques d’enquête, on le sait, impliquent un certain nombre de contraintes et ne cessent de soulever des interrogations renouvelées quant à la possibilité d’objectivation de la position du chercheur et de la justesse de ses observations.

En m’appuyant sur la littérature existante qui traite des enjeux de la pratique ethnographique [1] [2] [3], je souhaiterais, dans un premier temps, proposer une réflexion sur les difficultés posées par un terrain relativement poreux et qui présente certaines spécificités dont il convient de tenir compte. Si l’on rappelle souvent les obstacles liés à la comptabilisation des Juifs en France où les statistiques religieuses et ethniques sont prohibées mais aussi parce que la question de savoir qui est juif reste toujours ouverte, ces enjeux se retrouvent également sur le terrain. Au fil de mon enquête, ces derniers apparaissent de manière d’autant plus frappante dans les moments souvent inattendus. Ainsi, en proportion, nombreux sont les enquêtés rencontrés dans un cadre complètement informel et a priori extérieur à mon terrain. Il arrive régulièrement que la simple évocation de mes recherches provoque des propositions d’entretiens. Pourtant, contrairement à certains sociologues partisans de l’enquête circonscrite à son milieu comme gage d’authenticité [4], cet enthousiasme (comment le qualifier autrement ?) à la fois auprès des Juifs laïcs et parmi des milieux plus pieux, n’avait pas été anticipé. Dès lors, comment faire la part des choses entre terrain et vie privée pour ne pas avoir l’impression que « je travaille tout le temps » ?

Je souhaiterais, dans un second temps, ouvrir une discussion autour de ce qui apparaît comme l’une des conséquences de cette proximité sociologique avec une partie de mes enquêtés, les difficultés rencontrées en tant que jeune femme réalisant une enquête de terrain. Si peu de sociologues semblent avoir pris le temps – ou eu la possibilité – de parler ouvertement des problématiques posées par les rapports de genre au cours de leur enquête, il semble essentiel de les objectiver de manière à pouvoir les neutraliser au mieux. Dans le cadre de mon enquête, force a été de constater qu’il s’agissait d’un élément décisif dans la motivation de plusieurs enquêtés que je sollicitais pour des entretiens. Ainsi, depuis le début de mes recherches, plusieurs d’entre eux ont cherché à entreprendre une relation d’un autre ordre avec moi ou encore à me présenter à des amis qui étaient alors en quête « d’une fiancée à présenter à leurs parents ». Cette propension à vouloir me marier reste pour moi, certes source d’étonnement, mais surtout de doute quant à l’attitude morale à suivre. En discuter dans le cadre du SIDSHA serait l’occasion d’échanger autour d’un aspect problématique dans le travail du sociologue et qui reste, selon moi, encore trop peu traité d’un point de vue épistémologique.

[1] Daniel Cefaï, éd., L’enquête de terrain, Recherches (Paris: La Découverte, 2003).

[2] Howard S. Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2002).

[3] Jean (1939- ) Peneff, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2009).

[4] « Depuis les années 1980, toutefois, une place centrale est de plus en plus souvent attribuée à la personne du chercheur et à son rôle politique, au motif que toute connaissance du monde social met en jeu l’individualité d’un créateur singulier et se doit d’être émancipatrice. Selon les mouvements féministes, les milieux alternatifs et les critiques littéraires qui sont à l’origine de cette perspective, ce serait l’unique voie de salut pour rompre enfin avec le mode de pensée positiviste, pris pour le pendant de la domination capitaliste, coloniale, androcentrique. Une conséquence possible en est la réduction des thèmes d’étude aux seules expériences du chercheur et de sa communauté́. » In Daniel Bizeul, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique Vol. 57, no 1 (2007): 69‑89.

Appel à contributions – séminaire 5 novembre 2020

Chères doctorantes et chers doctorants,

À la suite de nos précédents messages, nous avons le plaisir de revenir vers vous pour vous soumettre l’appel à contributions de la prochaine rencontre du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA). Le premier séminaire de cette année universitaire si particulière se tiendra le jeudi 5 novembre 2020 après-midi, en visioconférence.

Vous avez été nombreux à répondre au sondage, nous permettant de choisir le thème du prochain séminaire, et nous vous en remercions ! Nous sommes heureux de vous annoncer que le sujet arrivé en tête (27 % des votes), et donc retenu, est le suivant :

Travail et « non-travail » chez le doctorant.

La vocation du SIDSHA à favoriser les temps d’échanges entre jeunes chercheurs de l’ED 519 nous incite à nous réjouir du choix d’un tel thème pour notre prochaine rencontre.

Quelle que soit sa discipline, quels que soient son sujet ou ses axes de recherche, le doctorant est amené à définir et organiser ses temps de travail, depuis le début de sa thèse jusqu’à l’instant de sa soutenance. Ce premier événement, qui viendra s’intéresser à la frontière parfois mince entre ce ce « travail » et le « non-travail », proposera d’apporter des réponses à une question importante dans la vie des jeunes chercheurs.

Dans le cadre de la rencontre du 5 novembre 2020, un thème aussi transversal que le travail et « non-travail » chez le doctorant peut se poser sous plusieurs formes.

Nous sommes bien entendu très intéressés par des interventions qui pourront être proposées par des jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, quand elles questionnent directement les thématiques du travail, ses définitions et ses pratiques dans nos sociétés. Il sera alors intéressant de situer la figure du doctorant dans le paysage professionnel et intellectuel actuel.

Nous sommes également ouverts aux communications de doctorants ou de jeunes docteurs qui sauront proposer un regard critique et investigateur sur leurs propres pratiques et sur leur expérience. Tous les cas de figure pourront faire l’objet d’une présentation et gagneront à être confrontés, du doctorant en première année au doctorant en fin de thèse, du doctorant financé à celui qui exerce une profession à temps plein ou partiel, etc.

Ces interventions et les échanges qui suivront pourront aborder de nombreux thèmes : celui de la figure publique du chercheur, de son statut, de sa « production » et de la valorisation de cette production ; mais aussi de sa rémunération, de la précarité du doctorant et de ses perspectives professionnelles, particulièrement dans le milieu des sciences de l’Homme. Les temps de « travail » des doctorants, hétérogènes, se composent du temps de la recherche et de l’écriture, de la communication des résultats et des échanges avec les pairs, autant que des diverses missions d’enseignement et de projets, ou des périodes de terrain que chaque jeune chercheur peut être amené à engager. « Travail » et « non-travail » revient également à questionner les temps de repos (weekends, congés), encadrés juridiquement mais souvent mis à profit par les chercheurs pour leurs études. Le doctorant se trouve également confronté à des phénomènes comme le « syndrome de l’imposteur » et des difficultés de médiation. Enfin la question du travail pose celle de l’encadrement concret du doctorant par les différents acteurs de l’Université, où il s’impose comme un maillon essentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Les propositions de communications sont à transmettre avant le lundi 26 octobre 2020, à l’adresse suivante : seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques – une demi-page environ. Le 5 novembre 2020, les communicants disposeront de 20 à 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion environ.

Les informations générales sont à retrouver sur le carnet du SIDSHA et sur notre groupe Facebook .

Les modalités de connexion à l’outil de visioconférence seront communiquées ultérieurement, dès que le choix des intervenants aura été fait.

Historiographies et positionnement

Vendredi 14 février 2020, 15h00-19h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de la Table Ronde, Strasbourg

En accord avec les choix exprimés au premier semestre, le thème de cette seconde demi-journée est intitulé « Historiographies et positionnement ».

Le thème de cette demi-journée est axé sur l’un des enjeux qui intervient très tôt dans la réflexion d’un sujet de thèse : son positionnement face à l’historiographie et aux travaux antérieurs.

En effet, l’historiographie est un travail préalable à tout sujet de recherche en Sciences Humaines. Il s’agit à la fois d’un outil méthodologique permettant de rassembler les sources disponibles, mais aussi d’une réflexion se rapprochant de l’histoire de la discipline permettant de positionner ces éléments dans leur contexte. Ainsi, l’historiographie a aussi pour objectif de rapprocher les hypothèses passées des différents paradigmes et du discours social dont elles sont issues, afin de mieux les comprendre et pouvoir en proposer de nouvelles (Rieckhoff 2006). 

La discussion finale de la rencontre de décembre 2019 avait déjà permis de mettre en lumière l’importance de nos pratiques respectives de l’interdisciplinarité, en fonction des champs de recherche dans lesquels nous avons fait le choix de nous insérer. Interroger et débattre ensemble de notre expérience autour du positionnement historiographique du jeune chercheur permettra ainsi de témoigner de la maturation de nos projets : comment s’insérer dans l’historiographie de son sujet et/ou de son champ de recherche ? Par quels moyens peut-on affirmer son positionnement vis à vis de travaux antérieurs en proposant un état des lieux de nos disciplines ? Pourquoi a-t-on pu être amené à modifier son inscription dans les grands paradigmes ou les controverses auxquelles se confrontent nos recherches ? Quelle importance prend l’historiographie dans nos recherches et dans l’élaboration de nos propres hypothèses ?

Rieckhoff, Sabine (dir.), 2006, Celtes et gaulois, l’archéologie face à l’histoire : Celtes et Gaulois dans l’Histoire, l’historiographie et l’idéologie moderne, Glux-en-Glenne : Bibracte, Centre Archéologique Européen.

Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) (dir.), Historiographies, Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010.

Interdisciplinarité et échanges

Mercredi 11 décembre 2019, 14h00-18h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de la Table Ronde, Strasbourg

Nous proposons ici de penser l’interdisciplinarité et les échanges interdisciplinaires autour de deux axes : l’interdisciplinarité au cœur des réflexions et des paradigmes de la recherche, pour les sujets de thèses favorisants la transdisciplinarité, mais également les échanges interdisciplinaires dans le quotidien du jeune chercheur. Les doctorants travaillant à la croisée de différents champs disciplinaires pourront exposer leur sujet d’étude et les méthodologies qu’ils adoptent pour favoriser le dialogue entre des spécialités distinctes. Ceux qui désirent décloisonner le milieu de la recherche pourront retracer leur trajectoire personnelle et révéler des stratégies pour sortir des cantonnements disciplinaires.

Au regard des quatre communications exprimées lors de cette séance de séminaire, il apparaît que l’interdisciplinarité et la compréhension même de ce que ce terme recouvre varient profondément selon la discipline que l’on considère.

L’archéologie, par exemple, est interdisciplinaire par nature. Elle nécessite de travailler en collaboration avec différentes disciplines afin de mieux appréhender des données souvent difficiles à interpréter. L’archéologue a donc besoin de maîtriser différentes sciences (épigraphie, géomorphologie, anthropologie, informatique, etc.) afin de les faire interagir. Surtout, parmi les sciences de l’Homme, l’archéologie serait la plus à même de jeter un pont entre sciences humaines et sciences de la nature (ou « sciences dures »).

Il en va de même pour l’architecture qui emprunte aux autres disciplines ses techniques, mais qui n’a pas de méthodologie propre. Cela pose d’autres problèmes, plus politiques, sur la question de cette matière dans le champ de la recherche et oblige les architectes à réfléchir à une définition de la recherche en architecture.

En histoire, si l’École des Annales a largement mis en valeur les enjeux de l’échange interdisciplinaire, cet aspect semblerait moins évident. Chez les historiens, des sciences notamment, les questions de l’interdisciplinarité et de la constitution des champs disciplinaires se seraient davantage imposées comme un sujet d’étude. En fonction de la pratique et des champs dans lesquels chaque historien s’inscrit, il serait parfois difficile de valoriser l’usage d’autres réflexions et questionnements que ceux propres à la discipline.

Finalement, la notion d’interdisciplinarité regroupe à la fois l’interdisciplinarité de la recherche, la recherche de l’interdisciplinarité, mais aussi la recherche sur l’interdisciplinarité. L’interdisciplinarité est à l’origine des grands débats, contradictions et évolutions de la science, mais elle se coule néanmoins difficilement dans la structure universitaire française. Pourtant, l’interdisciplinarité serait aujourd’hui la solution pour échapper à l’impasse de la spécialisation du savoir qui s’est construite en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles. Cette architecture, édifiée à partir du modèle gréco-romain, pose de plus des questions de légitimité hors du champ occidental des sciences. Surtout, le grand partage entre sciences dures et sciences humaines doit être dépassé, car la science est interdisciplinaire par nature.


Émile Boistelle (Arche UR 3400, Unistra)

Comment appréhender l’Autriche-Hongrie ?

L’Autriche-Hongrie est un pays négligé analytiquement ou du moins c’est un pays dont la réalité a été détournée. En effet en France, il avait conservé cet aspect rétrograde et désuet. Comme le dénonce Pieter Judson dans son article des Annales. Histoire, Sciences Sociales de mars 2008, la double monarchie austro-hongroise est un pays dont l’analyse historique est en plein changement.

En effet, les historiens ont modifié leur approche de la bimonarchie. Le vieil adage historique de prisons des peuples a pris un virage à cent quatre-vingts degrés pour épouser celui d’émancipateur des minorités. Cette nouvelle approche nous fait avoir un pied dans la science politique frôlant même le domaine philosophique. Effectivement, ce pays au cœur de l’Europe dite Mitteleuropa était un pays au cœur de l’Europe. Il regroupait donc dans ses frontières une myriade de minorités ethniques dont le seul lien les unissant était la dynastie. La science politique se basant sur la Révolution française ne pouvait pas concevoir l’Autriche-Hongrie comme un État-nation. Dès lors, ce pays prenait l’aspect d’une hérésie étatique.

La France révolutionnaire avait pris comme allégorie la figure de Marianne dont Maurice Agulhon s’est fait le grand spécialiste. L’emblème républicain de la France prit l’apparence d’une femme dont l’une des deux poitrines est dévoilée. Elle est l’emblème de la liberté dont Vienne s’était toujours voulue être la pourfendeuse du message. La contre- Révolution avait ainsi pris l’apparence des Habsbourg. L’essence révolutionnaire de l’État- nation français trouvait son opposé au travers de Vienne. Napoléon III avait exposé sa trame idéologique dans son écrit intitulé Des Idées napoléoniennes. Il y expose le principe d’État-nation et sa volonté de poursuivre l’œuvre de son oncle (Napoléon). L’état habsbourgeois était donc l’anti-modèle car l’État-nation moderne promulgué par la Révolution militait pour une unité totale au sein d’un même pays.

Par conséquent en évoquant l’Autriche-Hongrie, l’interdisciplinarité est obligatoire. En même temps, les échanges idéologiques, artistique ou encore économique se voulait un impératif au sein de la monarchie duale. Pourtant, comme l’affirme Steven Beller dans son livre traitant l’Histoire de l’Autriche-Hongrie, c’est l’aspect arbitraire du pays habsbourgeois qui avait conduit à sa perte. L’Autriche-Hongrie est donc un pays riche par sa variété qui se traduit par son interdisciplinarité et par ses échanges liés à sa composition interne.

Comment faut-il dès lors appréhender un tel pays ? Une approche politique (dynastique, parlementaire, promotion identité locale) ; une approche ethnique (Slaves, Allemands, Latin) ; une approche intellectuelle (peinture, littéraire, musique).

Steven Beller, Histoire de l’Autriche, 2011.

Jean Berenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg : 1273-1918, 1995.

Paul Pasteur, Histoire de l’Autriche, de l’empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles), 2011.

Gilles Feyel, La presse en France des origines à 1944 : histoire politique et matérielle, 1999.


Monika Likov (Arche UR 3400, Unistra)

Le rôle des échanges entre peintres et scientifiques dans les expérimentations plastiques menées par les artistes Musicalistes (1919-1960).

Le mouvement Musicaliste, dont le premier Manifeste paraît en 1932 dans le journal Comoedia, a pour théoriciens majeurs les peintres Henry Valensi (1883-1960) et Charles Blanc-Gatti (1890-1966). Si les innovations techniques découlant des découvertes scientifiques de la Belle Epoque (la dynamogénie, la dimension « temps » et la relativité) ont en grande partie nourri les expérimentations plastiques de ces créateurs, il est important de souligner l’impact des travaux réalisés par Valensi et Blanc-Gatti en collaboration avec des chercheurs actifs dans l’Entre-Deux-Guerres et plus encore après la Seconde Guerre Mondiale sur les projets Musicalistes.

Comment définir le rôle joué par cette collaboration pluridisciplinaire dans leurs créations, tant plastiques que théoriques ?

Henry Valensi et Charles Blanc-Gatti sont chacun auteur d’une peinture animée réalisée à la fin des années 1930 puis perfectionnée après la Seconde Guerre Mondiale. La Symphonie Printanière de Valensi, qui a été exposée ces dernières années dans les collections permanentes du Musée National d’Art Moderne et Chromophonie pour Blanc-Gatti, conservée au Musée d’Art de Pully près de Lausanne. Néanmoins, les expérimentations visuelles de ces deux peintres sont loin de se résumer aux essais dans le domaine cinématographique. Les études approfondies qu’ils ont mené sur la portée psychologique de la couleur, définie par le néologisme de « résonance sentimentale » ainsi que sur l’incorporation du rythme et de l’espace-temps justifient le choix des formes et des couleurs réalisées au sein de chaque film. Le potentiel offert par l’électricité sur le rythme et la couleur (mise en mouvement, réglage de l’intensité), permettant de créer une « œuvre d’Art totale » capte également leur attention. Parallèlement aux recherches dans le domaine optique, Valensi et Blanc-Gatti s’intéressent aux capteurs hertziens et à la transmission colorée dans le cinéma et la télévision. Les travaux menés par Valensi, qui fut attaché de recherche au CNRS au sortir de la Seconde Guerre Mondiale et par Blanc-Gatti, titulaire d’un brevet pour « l’écran-orchestre chromophonique » met en valeur la richesse de la coopération entre les Musicalistes et le monde de la recherche universitaire. Les nombreux échanges menés entre ces deux artistes et des intellectuels, notamment physiciens (Louis Villard, spécialiste en acoustique ou Richard Anschutz) mais aussi ingénieurs (Gabriel Germinet), psychologues (Pierre Janet) ou sociologues (Adrien Ferrière, sociologue de l’éducation) sont présentés dans l’intervention; qu’ils soient sous la forme de correspondances, de citations ou d’articles scientifiques.

Raymond Bayer, Entretiens sur l’art abstrait, 1965.

Charles Blanc-Gatti, Des sons et des couleurs, 1934.

Henri Valensi,  Le musicalisme, 1936.

Henri Valensi, « Un mariage de l’Art et de l’Industrie : palette et caméra », Esthétique Industrielle, p. 122-131, 1952.

Henri Valensi, « Essai sur la résonance sentimentale des couleurs », La revue d’esthétique, Paris, tome 8, fascicule 4, p. 333-367, octobre-décembre 1955.


François Magar (CRESAT EA 3436, Université de Haute-Alsace/Archimède UMR 7044, Unistra)

L’archéologie de la métallurgie du fer dans le massif vosgien, à la croisée des sciences.

Le massif vosgien a connu une activité soutenue d’extraction minière et de métallurgie du fer autour de deux grands ensembles métallifères : la haute vallée de la Bruche et l’Alsace du Nord. Les gisements d’Alsace du Nord ont donné naissance à une grande dynastie industrielle, les De Dietrich, devenue depuis une grande entreprise à renommée mondiale. Mais nous touchons là les derniers siècles de cette activité. Les premières mentions remontent seulement au XIIIe siècle et les premières archives au début du XVIe siècle. Au cours du XVIe siècle, la documentation nous en apprend beaucoup sur la localisation des sites, parfois leur organisation, leurs zones d’approvisionnement en minerai et en combustible, la diffusion de leurs produits. De nombreuses zones d’ombre subsistent cependant. Nombreux sont les sites de forges où une unique mention nous rappelle leur existence, nombreux sont les sites où nous ne savons rien de leur organisation, de leur contexte. Nous touchons là aux limites de l’histoire. L’archéologie survient alors, avec la nécessité d’aller chercher l’information sur le terrain. Dans ces domaines, elle est vite contrainte par la difficulté de maitriser des disciplines variées. Les prospections géomagnétiques permettent alors de cerner les limites d’une forge du XVIe siècle dont on ignore presque tout. L’anthracologie éclaire les pratiques forestières pour alimenter les fourneaux. La géomorphologie enquête sur l’impact de sites miniers du haut Moyen Âge. Les analyses par le Carbone 14 reconstituent la chronologie d’une histoire préindustrielle. Le dialogue des disciplines éclaire alors ce qui semblait perdu pour l’histoire.

Marion Berranger, Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du VIIe au Ier siècle avant J.-C.,  2014.

Philippe-Frédéric De Dietrich, Description des gîtes de minerai, forges, salines, verreries, tréfileries, fabriques de fer-blanc, porcelaine, faïence, etc., de la Haute et Basse-Alsace, 1789.

Alexandre Disser, Production et circulation du fer en Lorraine (VIe s. av. J.-C. – XVe S. ap. J.-C., 2014, : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01224171

Cécile Le Carlier, Marc Leroy et Paul Merluzzo, Archéologie du fer en Lorraine, minette et production du fer en bas fourneaux dans l’Antiquité et au Moyen Âge, 2015.

Denis Leypold, Mines et métallurgie du fer dans le massif vosgien de l’Antiquité au XIXème siècle : l’exemple de la Vallée de la Bruche, 1996.

François Magar, La Bruche, ancienne vallée du Fer, Sidérurgie ancienne dans la vallée de la Bruche, des bas fourneaux aux premiers hauts fourneaux, 2017.


Corentin Voisin (Archimède UMR 7044, Unistra)

Nouvelle approche métrologique des temples paestans : autour de l’hypothèse pythagoricienne

Depuis les observations de R. Ross Holloway, puis N Nabers et S. Ford Wiltshire sut le temple d’Athéna à Poseidonia, l’hypothèse d’une architecture sacrée à la fin de l’époque archaïque dans la cité grecque a émergé. L’observation et l’interprétation de rapports spécifiques, mais aussi de mesures liées aux connaissances mathématiques grecques à la fin du VIe et au début du Ve siècle, invite à envisager que le plan d’ensemble de certains édifices sacrés ait été conçu en suivant les préceptes scientifiques et philosophico-religieux des pythagoriciens. Cette hypothèse réémerge régulièrement dans la littérature scientifique au sujet d’autres monuments, comme la tholos de Delphes ou le Phare d’Alexandrie. Néanmoins, la recherche se heurte toujours à des problèmes métrologiques qui provoquent le scepticisme de nombreux chercheurs.

Le développement d’un arsenal mathématique moderne pour résoudre ces difficultés n’empêche pas ces doutes d’émerger. Le cloisonnement des disciplines et le manque de formation en mathématiques des archéologues se font souvent sentir. Au mieux, ces derniers voient l’application de calculs théoriques et de statistiques comme un « tour de magie » impressionnant, au pire, ils n’y prêtent aucune attention. Une présentation claire du corpus des méthodes métrologiques applicables à l’architecture grecque est donc devenue indispensable.

Dans le cadre du programme doctoral « Interdisciplinarité et échanges », il apparaît possible de présenter ces méthodes en les appliquant à quelques édifices paestans. Le développement du codage informatique permet maintenant d’aboutir à des résultats satisfaisants et de comparer l’usage des méthodes. La discussion avec des ingénieurs, menée dans le cadre d’une première étude durant mes années de master, aboutit à la conception sur Mathlab et R de programmes statistiques cohérents (saut matriciel par antipharèse, cosquantogramme de Kendall, méthode des moindres carrés) qui doivent être repris et améliorés.

Dans le cadre de la communication, il sera donc proposé de faire un point sur les méthodes mathématiques et archéologiques qui permettent de mener des réflexions métrologiques. Quelques exemples tirés de mes travaux de mémoire seront aussi étudiés de manière à soumettre à la critique chaque méthode. Enfin, l’exploration de l’hypothèse pythagoricienne pour le temple d’Athéna au moyen d’outils arithmétiques et mathématiques fera l’objet d’un dernier grand axe de l’étude.

Jean Bousquet, 1993, « La tholos de Delphes et les mathématiques préeuclidiennes », BCH, 117, 1, p. 285-313.

Ruud De Zwarte, « Pythagoras’ Inheritance at Paestum in South Italy », BABesch, 79, p. 41-50, 2004.

Ruud De Zwarte, « Pythagorean harmony mathematics and building techniques: the second temple of Hera (‘Poseidon’) at Paestum », Talanta, 38-39, p. 71-96, 2007.

Daniel Gaignoux, Les Coordinations dimensionnelles dans l’architecture antique classique : VIe siècle av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C., 1999.

Isabelle Hairy, « Pharos, l’Égypte et Platon », dans Gilles Sauron, Françoise-Hélène Massa-Pairault (dir.), Images et modernités hellénistiques, appropriation et représentation du monde d’Alexandre à César, p. 61-89, 2007.

Ned Nabers, Susan Ford Wiltshire, « The Athena Temple at Paestum and Pythagorean Theory », GRBS, 21, p. 207-215, 1980.

Jari Pakkanen, « The Erechtheion and the length of the “Doric-Phaedonic” foot », Talanta, 38-39, p. 97-122, 2007.

Robert Ross Holloway, « Architettura sacra e matematica pitagorica a Paestum », Parola del Passato, 106, p. 60-64, 1966.