La Loi de programmation de la recherche (LPR)

Jeudi 26 novembre 2020, 15h00-17h00

Séminaire-débat en visioconférence

Accès à l’intégralité du séminaire-débat.

Julien Gossa, MCF en informatique à l’université de Strasbourg, animateur du blog « Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire », présentera la Loi de programmation de la recherche (LPR) et ce qu’elle implique plus particulièrement pour les doctorants et jeunes docteurs. Au cours de cette séance, les questions suivantes (liste non exhaustive) seront abordées :

  • Quelles sont les conséquences de l’affaiblissement de la qualification par le CNU ?
  • Comment se déroulera désormais le recrutement des enseignants-chercheurs ?
  • Quelle autonomie pour la recherche ? En particulier vis-à-vis des intérêts privés à l’université.
  • Quel statut pour les enseignants chercheurs ? Quels statuts disparaissent et quels nouveaux statuts sont créés (CPJ, CDI de mission) ?
  • Quelles conséquences pour les contrats doctoraux, particulièrement en sciences humaines et sociales ? Quid des contrats doctoraux CIFRE ?
  • Que signifie le développement du financement par projet ? En particulier pour les ingénieurs de recherche ?
  • Qu’est-ce qu’implique la recherche et l’enseignement supérieur dans le respect des « valeurs de la République » ?

Travail et « non-travail » chez le doctorant

Jeudi 5 novembre 2020, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Quelle que soit sa discipline, quels que soient son sujet ou ses axes de recherche, le doctorant est amené à définir et organiser ses temps de travail, depuis le début de sa thèse jusqu’à l’instant de sa soutenance. Ce premier événement, qui viendra s’intéresser à la frontière parfois mince entre ce « travail » et le « non-travail », proposera d’apporter des réponses à une question importante dans la vie des jeunes chercheurs.

Ces interventions et les échanges qui suivront pourront aborder de nombreux thèmes : celui de la figure publique du chercheur, de son statut, de sa « production » et de la valorisation de cette production ; mais aussi de sa rémunération, de la précarité du doctorant et de ses perspectives professionnelles, particulièrement dans le milieu des sciences de l’Homme. Les temps de « travail » des doctorants, hétérogènes, se composent du temps de la recherche et de l’écriture, de la communication des résultats et des échanges avec les pairs, autant que des diverses missions d’enseignement et de projets, ou des périodes de terrain, que chaque jeune chercheur peut être amené à engager. « Travail » et « non-travail » revient également à questionner les temps de repos (weekends, congés), encadrés juridiquement mais souvent mis à profit par les chercheurs pour leurs études. Le doctorant se trouve également confronté à des phénomènes comme le « syndrome de l’imposteur » et des difficultés de médiation. Enfin la question du travail pose celle de l’encadrement concret du doctorant par les différents acteurs de l’Université, où il s’impose comme un maillon essentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur.


Guillaume Gass et Aurélien Landon (Archimède, UMR 7044)

Progresser dans sa thèse par le biais du « non-travail » : l’exemple de l’enseignement dans le secondaire

Le « non-travail » du doctorant pour ses recherches peut représenter son quotidien bien plus que sa thèse. En effet, à l’heure actuelle, un tiers seulement des thèses en sciences humaines sont financées par des contrats doctoraux. Dès lors, une grande partie des doctorants se retrouvent dans l’obligation d’exercer une autre activité professionnelle pour financer leurs recherches. Cette activité professionnelle peut différée complètement des problématiques de recherche du doctorant dans la cadre de sa thèse. Bien qu’il y ait un écart important entre le travail de la thèse et l’activité professionnelle (« non-travail » pour la thèse), le doctorant peut mettre à profit cet écart. Cette communication se propose d’analyser le travail du doctorant, sa valorisation et sa production dans le cadre de l’enseignement dans le secondaire.

Le non-travail de la thèse au quotidien pour le doctorant peut être vécu comme une source d’angoisse ou de craintes. Pourtant, il demeure un facteur de « repos » face à la recherche et l’occasion d’améliorer la clarté de sa réflexion. Cette dernière peut s’effectuer dans le cas de la préparation, mais aussi de la pratique de certains cours pour le secondaire. En effet, même si le sujet de thèse n’est pas directement abordé par le programme ou un chapitre, il peut être abordé et faire parfois l’objet de questions des élèves. Dès lors, les interrogations de la part de complets néophytes sont un moyen de remettre à plat certaines problématiques, de les vulgariser. Ce travail de vulgarisation est un point nécessaire dans le travail que le doctorant mène sur sa thèse.

Au-delà de cette possibilité de vulgarisation et de remise à plat, le non-travail du doctorant représente une source possible de valorisation de son travail doctoral. Ainsi, dans son activité professionnelle, le doctorant peut être amener à discuter de ses recherches. Les réactions sont majoritairement positives. Ce soutien peut avoir différentes origines (hiérarchie, collègues, etc.). Ce soutien a une importance notamment dans le quotidien du doctorant. La production d’une thèse nécessite une organisation qui, pour un doctorant avec une activité professionnelle en parallèle, implique un emploi du temps complexe. En effet, il faut alterner entre les obligations doctorales, professionnelles, familiales, les imprévus mais aussi un repos indispensable. L’ensemble de ces obligations constituent un réel défi pour le doctorant.

Le non-travail peut aussi créer un éloignement de l’école doctorale, de l’équipe de recherche et du directeur de thèse. Dès lors, cela nécessite de renouveler les moyens de communication et de saisir des opportunités qui n’étaient pas présentes initialement. L’éloignement de l’école doctorale peut créer de nouvelles opportunités de formation dans ce nouvel environnement.

Cette communication aborde dans une vision positive le non-travail. Bien entendu, pour chaque argument que nous présentons, il y a des contre-exemples ou des points négatifs. Néanmoins, la thèse reste la synthèse d’un ensemble de facteurs aussi bien endogènes qu’exogènes.


Maëlle Partouche (LIER-FYT, École des Hautes Études en Sciences Sociales)

« Je travaille tout le temps ! » Ou la question du degré d’implication du chercheur à l’égard de son terrain

Travaillant sur le rapport des Juifs français et américains à Israël et aux effets de l’émergence de ce nouvel État sur leur conception de la citoyenneté, ma méthode d’enquête repose avant tout sur l’observation participante et la réalisation d’entretiens ethnographiques. Ces techniques d’enquête, on le sait, impliquent un certain nombre de contraintes et ne cessent de soulever des interrogations renouvelées quant à la possibilité d’objectivation de la position du chercheur et de la justesse de ses observations.

En m’appuyant sur la littérature existante qui traite des enjeux de la pratique ethnographique [1] [2] [3], je souhaiterais, dans un premier temps, proposer une réflexion sur les difficultés posées par un terrain relativement poreux et qui présente certaines spécificités dont il convient de tenir compte. Si l’on rappelle souvent les obstacles liés à la comptabilisation des Juifs en France où les statistiques religieuses et ethniques sont prohibées mais aussi parce que la question de savoir qui est juif reste toujours ouverte, ces enjeux se retrouvent également sur le terrain. Au fil de mon enquête, ces derniers apparaissent de manière d’autant plus frappante dans les moments souvent inattendus. Ainsi, en proportion, nombreux sont les enquêtés rencontrés dans un cadre complètement informel et a priori extérieur à mon terrain. Il arrive régulièrement que la simple évocation de mes recherches provoque des propositions d’entretiens. Pourtant, contrairement à certains sociologues partisans de l’enquête circonscrite à son milieu comme gage d’authenticité [4], cet enthousiasme (comment le qualifier autrement ?) à la fois auprès des Juifs laïcs et parmi des milieux plus pieux, n’avait pas été anticipé. Dès lors, comment faire la part des choses entre terrain et vie privée pour ne pas avoir l’impression que « je travaille tout le temps » ?

Je souhaiterais, dans un second temps, ouvrir une discussion autour de ce qui apparaît comme l’une des conséquences de cette proximité sociologique avec une partie de mes enquêtés, les difficultés rencontrées en tant que jeune femme réalisant une enquête de terrain. Si peu de sociologues semblent avoir pris le temps – ou eu la possibilité – de parler ouvertement des problématiques posées par les rapports de genre au cours de leur enquête, il semble essentiel de les objectiver de manière à pouvoir les neutraliser au mieux. Dans le cadre de mon enquête, force a été de constater qu’il s’agissait d’un élément décisif dans la motivation de plusieurs enquêtés que je sollicitais pour des entretiens. Ainsi, depuis le début de mes recherches, plusieurs d’entre eux ont cherché à entreprendre une relation d’un autre ordre avec moi ou encore à me présenter à des amis qui étaient alors en quête « d’une fiancée à présenter à leurs parents ». Cette propension à vouloir me marier reste pour moi, certes source d’étonnement, mais surtout de doute quant à l’attitude morale à suivre. En discuter dans le cadre du SIDSHA serait l’occasion d’échanger autour d’un aspect problématique dans le travail du sociologue et qui reste, selon moi, encore trop peu traité d’un point de vue épistémologique.

[1] Daniel Cefaï, éd., L’enquête de terrain, Recherches (Paris: La Découverte, 2003).

[2] Howard S. Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2002).

[3] Jean (1939- ) Peneff, Le goût de l’observation : comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Repères (Paris: La Découverte, 2009).

[4] « Depuis les années 1980, toutefois, une place centrale est de plus en plus souvent attribuée à la personne du chercheur et à son rôle politique, au motif que toute connaissance du monde social met en jeu l’individualité d’un créateur singulier et se doit d’être émancipatrice. Selon les mouvements féministes, les milieux alternatifs et les critiques littéraires qui sont à l’origine de cette perspective, ce serait l’unique voie de salut pour rompre enfin avec le mode de pensée positiviste, pris pour le pendant de la domination capitaliste, coloniale, androcentrique. Une conséquence possible en est la réduction des thèmes d’étude aux seules expériences du chercheur et de sa communauté́. » In Daniel Bizeul, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique Vol. 57, no 1 (2007): 69‑89.