Préparer la soutenance de thèse

Lundi 20 juin 2022, 17h00-18h30

En visioconférence

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier du SIDSHA, et vous proposons un format très « pratique » sur la soutenance de thèse. Lizzie Scholtus, jeune docteure en archéologie (actuellement coordinatrice scientifique et technologique à la Christian-Albrechts-Universität zu Kiel), nous présentera l’organisation et la préparation de la soutenance de thèse et (surtout) répondra à toutes vos questions sur le sujet.

L’atelier sera accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-1zu-cis-nfq.

L’objectif de cet atelier est de favoriser la transmission d’expérience entre doctorant·es et jeunes docteur·es dans une ambiance peu formelle : n’hésitez pas à réfléchir en amont à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le sujet.

Histoire des animaux et communautés hybrides : apports historiographiques et pistes méthodologiques

Mardi 10 mai 2022, 15h00-17h00

En visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.
 
Présentation de Thomas Brignon (Framespa UMR 5136), Clément Birouste (Traces UMR 5608), Margot Constans (Framespa UMR 5136), Thomas Galoppin (PLH EA 4601) et Lucie Schneller Lorenzoni (Framespa UMR 5136) des activités du « Séminaire d’Histoire des Animaux : Recherche et Diffusion », qui s’est tenu à un rythme mensuel de février à juin 2021, et qui a montré que l’une des dynamiques qui parcourt l’histoire des animaux est l’articulation et la gradation qu’établissent les sociétés humaines avec des animaux proches et distants, à la fois vis-à-vis de l’espace, du corps et du temps.
 
Ils ont constaté que depuis le début des années 2000, l’histoire des animaux a évolué et a été enrichie par deux grandes approches méthodologiques : d’une part, une démarche centrée sur l’identification et la définition de communautés constituées d’animaux, prenant place dans des « collectifs » plus amples, intégrant des humains et d’autres animaux (voir notamment les travaux dirigés par Charles Stépanoff et Jean-Denis Vigne). De l’autre, une recherche visant à faire émerger des expériences individuelles animales (on peut signaler les travaux de Eric Baratay sur les « biographies animales ») ou des échanges inter-individuels entre humains et non-humains (cette démarche renvoie au travail de Dominique Lestel, L’animal singulier, 2004, et à sa définition de la communauté hybride).
 
Ils souhaitent interroger les dimensions du collectif et de l’individuel dans l’histoire des animaux et la relation de proximité et de distance entre animaux humains et/ou non-humains. Comment cette dialectique apparaît dans les restes, sources et documents à disposition des historiennes et des historiens des animaux ? Mais aussi, de quels outils heuristiques dispose-t-on afin d’interpréter ces données ? Ils souhaitent inviter historiens, historiennes, archéologues, anthropologues et littéraires à comparer, à travers des études de cas, des situations complexes depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Ils proposent d’entendre proximité et distance à trois niveaux, complémentaires et interdépendants, intéressant toutes les disciplines, bien que certains de ces enjeux aient été traités plus volontiers par l’une ou l’autre : proximité et distance spatiales, proximité et distance des corps, proximité et distance temporelles.