Interdisciplinarité et échanges

Mercredi 11 décembre 2019, 14h00-18h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de la Table Ronde, Strasbourg

Nous proposons ici de penser l’interdisciplinarité et les échanges interdisciplinaires autour de deux axes : l’interdisciplinarité au cœur des réflexions et des paradigmes de la recherche, pour les sujets de thèses favorisants la transdisciplinarité, mais également les échanges interdisciplinaires dans le quotidien du jeune chercheur. Les doctorants travaillant à la croisée de différents champs disciplinaires pourront exposer leur sujet d’étude et les méthodologies qu’ils adoptent pour favoriser le dialogue entre des spécialités distinctes. Ceux qui désirent décloisonner le milieu de la recherche pourront retracer leur trajectoire personnelle et révéler des stratégies pour sortir des cantonnements disciplinaires.

Au regard des quatre communications exprimées lors de cette séance de séminaire, il apparaît que l’interdisciplinarité et la compréhension même de ce que ce terme recouvre varient profondément selon la discipline que l’on considère.

L’archéologie, par exemple, est interdisciplinaire par nature. Elle nécessite de travailler en collaboration avec différentes disciplines afin de mieux appréhender des données souvent difficiles à interpréter. L’archéologue a donc besoin de maîtriser différentes sciences (épigraphie, géomorphologie, anthropologie, informatique, etc.) afin de les faire interagir. Surtout, parmi les sciences de l’Homme, l’archéologie serait la plus à même de jeter un pont entre sciences humaines et sciences de la nature (ou « sciences dures »).

Il en va de même pour l’architecture qui emprunte aux autres disciplines ses techniques, mais qui n’a pas de méthodologie propre. Cela pose d’autres problèmes, plus politiques, sur la question de cette matière dans le champ de la recherche et oblige les architectes à réfléchir à une définition de la recherche en architecture.

En histoire, si l’École des Annales a largement mis en valeur les enjeux de l’échange interdisciplinaire, cet aspect semblerait moins évident. Chez les historiens, des sciences notamment, les questions de l’interdisciplinarité et de la constitution des champs disciplinaires se seraient davantage imposées comme un sujet d’étude. En fonction de la pratique et des champs dans lesquels chaque historien s’inscrit, il serait parfois difficile de valoriser l’usage d’autres réflexions et questionnements que ceux propres à la discipline.

Finalement, la notion d’interdisciplinarité regroupe à la fois l’interdisciplinarité de la recherche, la recherche de l’interdisciplinarité, mais aussi la recherche sur l’interdisciplinarité. L’interdisciplinarité est à l’origine des grands débats, contradictions et évolutions de la science, mais elle se coule néanmoins difficilement dans la structure universitaire française. Pourtant, l’interdisciplinarité serait aujourd’hui la solution pour échapper à l’impasse de la spécialisation du savoir qui s’est construite en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles. Cette architecture, édifiée à partir du modèle gréco-romain, pose de plus des questions de légitimité hors du champ occidental des sciences. Surtout, le grand partage entre sciences dures et sciences humaines doit être dépassé, car la science est interdisciplinaire par nature.


Émile Boistelle (Arche UR 3400, Unistra)

Comment appréhender l’Autriche-Hongrie ?

L’Autriche-Hongrie est un pays négligé analytiquement ou du moins c’est un pays dont la réalité a été détournée. En effet en France, il avait conservé cet aspect rétrograde et désuet. Comme le dénonce Pieter Judson dans son article des Annales. Histoire, Sciences Sociales de mars 2008, la double monarchie austro-hongroise est un pays dont l’analyse historique est en plein changement.

En effet, les historiens ont modifié leur approche de la bimonarchie. Le vieil adage historique de prisons des peuples a pris un virage à cent quatre-vingts degrés pour épouser celui d’émancipateur des minorités. Cette nouvelle approche nous fait avoir un pied dans la science politique frôlant même le domaine philosophique. Effectivement, ce pays au cœur de l’Europe dite Mitteleuropa était un pays au cœur de l’Europe. Il regroupait donc dans ses frontières une myriade de minorités ethniques dont le seul lien les unissant était la dynastie. La science politique se basant sur la Révolution française ne pouvait pas concevoir l’Autriche-Hongrie comme un État-nation. Dès lors, ce pays prenait l’aspect d’une hérésie étatique.

La France révolutionnaire avait pris comme allégorie la figure de Marianne dont Maurice Agulhon s’est fait le grand spécialiste. L’emblème républicain de la France prit l’apparence d’une femme dont l’une des deux poitrines est dévoilée. Elle est l’emblème de la liberté dont Vienne s’était toujours voulue être la pourfendeuse du message. La contre- Révolution avait ainsi pris l’apparence des Habsbourg. L’essence révolutionnaire de l’État- nation français trouvait son opposé au travers de Vienne. Napoléon III avait exposé sa trame idéologique dans son écrit intitulé Des Idées napoléoniennes. Il y expose le principe d’État-nation et sa volonté de poursuivre l’œuvre de son oncle (Napoléon). L’état habsbourgeois était donc l’anti-modèle car l’État-nation moderne promulgué par la Révolution militait pour une unité totale au sein d’un même pays.

Par conséquent en évoquant l’Autriche-Hongrie, l’interdisciplinarité est obligatoire. En même temps, les échanges idéologiques, artistique ou encore économique se voulait un impératif au sein de la monarchie duale. Pourtant, comme l’affirme Steven Beller dans son livre traitant l’Histoire de l’Autriche-Hongrie, c’est l’aspect arbitraire du pays habsbourgeois qui avait conduit à sa perte. L’Autriche-Hongrie est donc un pays riche par sa variété qui se traduit par son interdisciplinarité et par ses échanges liés à sa composition interne.

Comment faut-il dès lors appréhender un tel pays ? Une approche politique (dynastique, parlementaire, promotion identité locale) ; une approche ethnique (Slaves, Allemands, Latin) ; une approche intellectuelle (peinture, littéraire, musique).

Steven Beller, Histoire de l’Autriche, 2011.

Jean Berenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg : 1273-1918, 1995.

Paul Pasteur, Histoire de l’Autriche, de l’empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles), 2011.

Gilles Feyel, La presse en France des origines à 1944 : histoire politique et matérielle, 1999.


Monika Likov (Arche UR 3400, Unistra)

Le rôle des échanges entre peintres et scientifiques dans les expérimentations plastiques menées par les artistes Musicalistes (1919-1960).

Le mouvement Musicaliste, dont le premier Manifeste paraît en 1932 dans le journal Comoedia, a pour théoriciens majeurs les peintres Henry Valensi (1883-1960) et Charles Blanc-Gatti (1890-1966). Si les innovations techniques découlant des découvertes scientifiques de la Belle Epoque (la dynamogénie, la dimension « temps » et la relativité) ont en grande partie nourri les expérimentations plastiques de ces créateurs, il est important de souligner l’impact des travaux réalisés par Valensi et Blanc-Gatti en collaboration avec des chercheurs actifs dans l’Entre-Deux-Guerres et plus encore après la Seconde Guerre Mondiale sur les projets Musicalistes.

Comment définir le rôle joué par cette collaboration pluridisciplinaire dans leurs créations, tant plastiques que théoriques ?

Henry Valensi et Charles Blanc-Gatti sont chacun auteur d’une peinture animée réalisée à la fin des années 1930 puis perfectionnée après la Seconde Guerre Mondiale. La Symphonie Printanière de Valensi, qui a été exposée ces dernières années dans les collections permanentes du Musée National d’Art Moderne et Chromophonie pour Blanc-Gatti, conservée au Musée d’Art de Pully près de Lausanne. Néanmoins, les expérimentations visuelles de ces deux peintres sont loin de se résumer aux essais dans le domaine cinématographique. Les études approfondies qu’ils ont mené sur la portée psychologique de la couleur, définie par le néologisme de « résonance sentimentale » ainsi que sur l’incorporation du rythme et de l’espace-temps justifient le choix des formes et des couleurs réalisées au sein de chaque film. Le potentiel offert par l’électricité sur le rythme et la couleur (mise en mouvement, réglage de l’intensité), permettant de créer une « œuvre d’Art totale » capte également leur attention. Parallèlement aux recherches dans le domaine optique, Valensi et Blanc-Gatti s’intéressent aux capteurs hertziens et à la transmission colorée dans le cinéma et la télévision. Les travaux menés par Valensi, qui fut attaché de recherche au CNRS au sortir de la Seconde Guerre Mondiale et par Blanc-Gatti, titulaire d’un brevet pour « l’écran-orchestre chromophonique » met en valeur la richesse de la coopération entre les Musicalistes et le monde de la recherche universitaire. Les nombreux échanges menés entre ces deux artistes et des intellectuels, notamment physiciens (Louis Villard, spécialiste en acoustique ou Richard Anschutz) mais aussi ingénieurs (Gabriel Germinet), psychologues (Pierre Janet) ou sociologues (Adrien Ferrière, sociologue de l’éducation) sont présentés dans l’intervention; qu’ils soient sous la forme de correspondances, de citations ou d’articles scientifiques.

Raymond Bayer, Entretiens sur l’art abstrait, 1965.

Charles Blanc-Gatti, Des sons et des couleurs, 1934.

Henri Valensi,  Le musicalisme, 1936.

Henri Valensi, « Un mariage de l’Art et de l’Industrie : palette et caméra », Esthétique Industrielle, p. 122-131, 1952.

Henri Valensi, « Essai sur la résonance sentimentale des couleurs », La revue d’esthétique, Paris, tome 8, fascicule 4, p. 333-367, octobre-décembre 1955.


François Magar (CRESAT EA 3436, Université de Haute-Alsace/Archimède UMR 7044, Unistra)

L’archéologie de la métallurgie du fer dans le massif vosgien, à la croisée des sciences.

Le massif vosgien a connu une activité soutenue d’extraction minière et de métallurgie du fer autour de deux grands ensembles métallifères : la haute vallée de la Bruche et l’Alsace du Nord. Les gisements d’Alsace du Nord ont donné naissance à une grande dynastie industrielle, les De Dietrich, devenue depuis une grande entreprise à renommée mondiale. Mais nous touchons là les derniers siècles de cette activité. Les premières mentions remontent seulement au XIIIe siècle et les premières archives au début du XVIe siècle. Au cours du XVIe siècle, la documentation nous en apprend beaucoup sur la localisation des sites, parfois leur organisation, leurs zones d’approvisionnement en minerai et en combustible, la diffusion de leurs produits. De nombreuses zones d’ombre subsistent cependant. Nombreux sont les sites de forges où une unique mention nous rappelle leur existence, nombreux sont les sites où nous ne savons rien de leur organisation, de leur contexte. Nous touchons là aux limites de l’histoire. L’archéologie survient alors, avec la nécessité d’aller chercher l’information sur le terrain. Dans ces domaines, elle est vite contrainte par la difficulté de maitriser des disciplines variées. Les prospections géomagnétiques permettent alors de cerner les limites d’une forge du XVIe siècle dont on ignore presque tout. L’anthracologie éclaire les pratiques forestières pour alimenter les fourneaux. La géomorphologie enquête sur l’impact de sites miniers du haut Moyen Âge. Les analyses par le Carbone 14 reconstituent la chronologie d’une histoire préindustrielle. Le dialogue des disciplines éclaire alors ce qui semblait perdu pour l’histoire.

Marion Berranger, Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du VIIe au Ier siècle avant J.-C.,  2014.

Philippe-Frédéric De Dietrich, Description des gîtes de minerai, forges, salines, verreries, tréfileries, fabriques de fer-blanc, porcelaine, faïence, etc., de la Haute et Basse-Alsace, 1789.

Alexandre Disser, Production et circulation du fer en Lorraine (VIe s. av. J.-C. – XVe S. ap. J.-C., 2014, : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01224171

Cécile Le Carlier, Marc Leroy et Paul Merluzzo, Archéologie du fer en Lorraine, minette et production du fer en bas fourneaux dans l’Antiquité et au Moyen Âge, 2015.

Denis Leypold, Mines et métallurgie du fer dans le massif vosgien de l’Antiquité au XIXème siècle : l’exemple de la Vallée de la Bruche, 1996.

François Magar, La Bruche, ancienne vallée du Fer, Sidérurgie ancienne dans la vallée de la Bruche, des bas fourneaux aux premiers hauts fourneaux, 2017.


Corentin Voisin (Archimède UMR 7044, Unistra)

Nouvelle approche métrologique des temples paestans : autour de l’hypothèse pythagoricienne

Depuis les observations de R. Ross Holloway, puis N Nabers et S. Ford Wiltshire sut le temple d’Athéna à Poseidonia, l’hypothèse d’une architecture sacrée à la fin de l’époque archaïque dans la cité grecque a émergé. L’observation et l’interprétation de rapports spécifiques, mais aussi de mesures liées aux connaissances mathématiques grecques à la fin du VIe et au début du Ve siècle, invite à envisager que le plan d’ensemble de certains édifices sacrés ait été conçu en suivant les préceptes scientifiques et philosophico-religieux des pythagoriciens. Cette hypothèse réémerge régulièrement dans la littérature scientifique au sujet d’autres monuments, comme la tholos de Delphes ou le Phare d’Alexandrie. Néanmoins, la recherche se heurte toujours à des problèmes métrologiques qui provoquent le scepticisme de nombreux chercheurs.

Le développement d’un arsenal mathématique moderne pour résoudre ces difficultés n’empêche pas ces doutes d’émerger. Le cloisonnement des disciplines et le manque de formation en mathématiques des archéologues se font souvent sentir. Au mieux, ces derniers voient l’application de calculs théoriques et de statistiques comme un « tour de magie » impressionnant, au pire, ils n’y prêtent aucune attention. Une présentation claire du corpus des méthodes métrologiques applicables à l’architecture grecque est donc devenue indispensable.

Dans le cadre du programme doctoral « Interdisciplinarité et échanges », il apparaît possible de présenter ces méthodes en les appliquant à quelques édifices paestans. Le développement du codage informatique permet maintenant d’aboutir à des résultats satisfaisants et de comparer l’usage des méthodes. La discussion avec des ingénieurs, menée dans le cadre d’une première étude durant mes années de master, aboutit à la conception sur Mathlab et R de programmes statistiques cohérents (saut matriciel par antipharèse, cosquantogramme de Kendall, méthode des moindres carrés) qui doivent être repris et améliorés.

Dans le cadre de la communication, il sera donc proposé de faire un point sur les méthodes mathématiques et archéologiques qui permettent de mener des réflexions métrologiques. Quelques exemples tirés de mes travaux de mémoire seront aussi étudiés de manière à soumettre à la critique chaque méthode. Enfin, l’exploration de l’hypothèse pythagoricienne pour le temple d’Athéna au moyen d’outils arithmétiques et mathématiques fera l’objet d’un dernier grand axe de l’étude.

Jean Bousquet, 1993, « La tholos de Delphes et les mathématiques préeuclidiennes », BCH, 117, 1, p. 285-313.

Ruud De Zwarte, « Pythagoras’ Inheritance at Paestum in South Italy », BABesch, 79, p. 41-50, 2004.

Ruud De Zwarte, « Pythagorean harmony mathematics and building techniques: the second temple of Hera (‘Poseidon’) at Paestum », Talanta, 38-39, p. 71-96, 2007.

Daniel Gaignoux, Les Coordinations dimensionnelles dans l’architecture antique classique : VIe siècle av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C., 1999.

Isabelle Hairy, « Pharos, l’Égypte et Platon », dans Gilles Sauron, Françoise-Hélène Massa-Pairault (dir.), Images et modernités hellénistiques, appropriation et représentation du monde d’Alexandre à César, p. 61-89, 2007.

Ned Nabers, Susan Ford Wiltshire, « The Athena Temple at Paestum and Pythagorean Theory », GRBS, 21, p. 207-215, 1980.

Jari Pakkanen, « The Erechtheion and the length of the “Doric-Phaedonic” foot », Talanta, 38-39, p. 97-122, 2007.

Robert Ross Holloway, « Architettura sacra e matematica pitagorica a Paestum », Parola del Passato, 106, p. 60-64, 1966.