Les modèles dans la recherche

Jeudi 22 avril 2021, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique1. Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, les modèles dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages2. Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle … – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

[1] Chorley (R. J.), Haggett (P.) (éd.) Socio-economic models in geography : part I and III of models in geography, Londres, ed. Methuen & co, coll. « University paperbacks », 1967, p.249

[2] Thalheim (B.), Nissen (I.), Wissenschaft und Kunst der Modellierung (Science and Art of Modeling) – Kieler Zugang zur Definition, Nutzung und Zukunft, Berlin, ed. De Gruyter, 2015.


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Réélaborer un modèle d’étude du pythagorisme : l’air de famille pythagoricien

Dans son ouvrage consacré à l’historiographie du pythagorisme, G. Cornelli reprenait les propos de H. Kahn sur la nécessité de ne plus produire de nouveaux outils et modèles sur le pythagorisme, mais de suivre une approche rigoureuse de critique des sources. Cette critique portait surtout sur les reconstructions a priori qui avaient marqué les XIXe et XXe siècles en menant à des malentendus ou des erreurs d’interprétation. L’approche historiographique a cependant souligné les limites des différents paradigmes et dégagé l’idée que le pythagorisme n’a pas présenté d’unité doctrinale avant sa reformulation néo-pythagoricienne à la fin de l’époque hellénistique et durant l’époque impériale. Cette situation met le chercheur face à une grande quantité de notions précédemment développées qui ne peuvent s’appliquer à un système cohérent.

Il est donc nécessaire de trouver un nouveau modèle d’étude du pythagorisme afin de tester les concepts de la recherche antérieure. Il ne s’agit pas de développer une nouvelle théorie qui contredirait les arguments de Kahn, mais de travailler à partir des résultats déjà existants. En l’absence d’unité doctrinale, de rapports de maître à élève dans un système d’enseignement pythagoricien, d’ambition politique commune ou de mode de vie partagé par tous, il est possible de se tourner vers les outils de la philosophie du langage de Wittgenstein. Le concept d’air de famille, développé par le philosophe allemand, permet alors de comprendre comment s’est constituée l’idée d’un groupe pythagoricien sans caractéristique commune évidente. Ce nouveau modèle, s’appuyant sur des réseaux de ressemblance et de superposition, permet d’envisager plus sereinement l’étude du pythagorisme sans recourir à un système reconstitué a priori.

Il s’agira dans un premier temps de montrer la non-opérabilité des constructions doctrinales ou systématiques précédentes. Dans un second temps, l’introduction de l’air de famille wittgensteinien permettra de comprendre comment s’est construit le groupe pythagoricien sans critère de classification initial. Enfin, quelques exemples permettront de tester la pertinence de ce nouveau modèle.


Lizzie Scholtus (Archimède, UMR 7044)

Titre à venir.

Texte à venir.

Appel à communications – Les modèles dans la recherche

Le troisième et dernier séminaire 2020-2021 du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) se tiendra le jeudi 22 avril 2021 après-midi, en visioconférence. La thématique retenue suite au sondage dédié porte sur « Les modèles dans la recherche ». Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’appel à communications, pour lequel nous vous remercions de nous envoyer vos propositions avant le 9 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demi-page environ, pour des communications d’une durée entre 20 et 30 minutes suivies d’une demi-heure de discussion.

Appel à communications « Les modèles dans la recherche »

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique (Chroley, Haggett 1967). Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite aussi avoir avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, ils dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages (Thalheim, Nissen 2015). Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle… – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

Modèle idéalisé – Abbé Marc-Antoine Laugier, frontispice de la 2e édition de l’Essai sur l’architecture, 1755. © BnF, Paris. La petite cabane rustique que nous venons de décrire est le modèle sur lequel on a imaginé toutes les magnificences de l’Architecture, c’est en se rapprochant dans l’exécution de la simplicité de ce premier modèle, que l’on évite les défauts essentiels, que l’on saisit les perfections véritables.

Recueil de modèles – Anton Seder, Die Pflanze in Kunst und Gewerbe, Vienne, Gerlach & Schenk, 1886. Planche d’ornements inspirés de la faune et de la flore. Photo Musées de Strasbourg.

Ainsi, les modèles développés par la recherche jouent un rôle important dans la formulation et la communication des théories en tant que structures de la pensée. En tant que références, ils structurent aussi la création et la réalisation d’œuvres. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, interroger la manière dont les doctorants reconnaissent et s’approprient ces outils et les sujets de recherche liés.

Dans le contexte scientifique, comment insérer sa recherche dans le cadre d’un modèle existant ? Comment créer son propre modèle ? Comment le diffuser et le faire accepter par la communauté scientifique ? Dans le cadre de l’analyse typologique d’un corpus d’œuvres, comment déterminer l’origine d’un modèle, ses inspirations et ses évolutions ? Mais aussi quels en sont les usages et les significations ?

Les modalités de connexion au séminaire en visioconférence seront communiquées lors de l’envoi du programme de ce séminaire.