Préparer la soutenance de thèse

Lundi 20 juin 2022, 17h00-18h30

En visioconférence

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier du SIDSHA, et vous proposons un format très « pratique » sur la soutenance de thèse. Lizzie Scholtus, jeune docteure en archéologie (actuellement coordinatrice scientifique et technologique à la Christian-Albrechts-Universität zu Kiel), nous présentera l’organisation et la préparation de la soutenance de thèse et (surtout) répondra à toutes vos questions sur le sujet.

L’atelier sera accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-1zu-cis-nfq.

L’objectif de cet atelier est de favoriser la transmission d’expérience entre doctorant·es et jeunes docteur·es dans une ambiance peu formelle : n’hésitez pas à réfléchir en amont à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le sujet.

Histoire des animaux et communautés hybrides : apports historiographiques et pistes méthodologiques

Mardi 10 mai 2022, 15h00-17h00

En visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.
 
Présentation de Thomas Brignon (Framespa UMR 5136), Clément Birouste (Traces UMR 5608), Margot Constans (Framespa UMR 5136), Thomas Galoppin (PLH EA 4601) et Lucie Schneller Lorenzoni (Framespa UMR 5136) des activités du « Séminaire d’Histoire des Animaux : Recherche et Diffusion », qui s’est tenu à un rythme mensuel de février à juin 2021, et qui a montré que l’une des dynamiques qui parcourt l’histoire des animaux est l’articulation et la gradation qu’établissent les sociétés humaines avec des animaux proches et distants, à la fois vis-à-vis de l’espace, du corps et du temps.
 
Ils ont constaté que depuis le début des années 2000, l’histoire des animaux a évolué et a été enrichie par deux grandes approches méthodologiques : d’une part, une démarche centrée sur l’identification et la définition de communautés constituées d’animaux, prenant place dans des « collectifs » plus amples, intégrant des humains et d’autres animaux (voir notamment les travaux dirigés par Charles Stépanoff et Jean-Denis Vigne). De l’autre, une recherche visant à faire émerger des expériences individuelles animales (on peut signaler les travaux de Eric Baratay sur les « biographies animales ») ou des échanges inter-individuels entre humains et non-humains (cette démarche renvoie au travail de Dominique Lestel, L’animal singulier, 2004, et à sa définition de la communauté hybride).
 
Ils souhaitent interroger les dimensions du collectif et de l’individuel dans l’histoire des animaux et la relation de proximité et de distance entre animaux humains et/ou non-humains. Comment cette dialectique apparaît dans les restes, sources et documents à disposition des historiennes et des historiens des animaux ? Mais aussi, de quels outils heuristiques dispose-t-on afin d’interpréter ces données ? Ils souhaitent inviter historiens, historiennes, archéologues, anthropologues et littéraires à comparer, à travers des études de cas, des situations complexes depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Ils proposent d’entendre proximité et distance à trois niveaux, complémentaires et interdépendants, intéressant toutes les disciplines, bien que certains de ces enjeux aient été traités plus volontiers par l’une ou l’autre : proximité et distance spatiales, proximité et distance des corps, proximité et distance temporelles.

Base de données & Heurist (journée-atelier)

Jeudi 21 avril 2022, 10h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique

La prochaine formation aux humanités numériques se tiendra sur une journée entière (10h-17h), et sera consacrée à la construction d’une base de données sur Heurist. Cette journée-atelier animée par Régis Witz (ingénieur d’études, Plateforme PHUN) et Guillaume Porte (ingénieur d’études, Arche EA 3400), sera organisée à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) en salle informatique (1e étage, capacité 13 personnes). Organisé en présentiel, l’atelier proposera aux doctorantes et doctorants de toutes disciplines de construire une première base de données avec l’outil Heurist (gratuit et open source), ou de parfaire leur pratique à partir d’une base de données déjà existante.
Cette journée-atelier  permettra notamment de compléter la formation initialement prévue par la plateforme PHUN le mercredi 30 mars. Le support de cette formation est accessible librement en ligne, et permettra de préparer la séance du 21 avril :  https://uncoded.gitlab.io/BDD/.

Appel à communications. Les Vosges à l’heure des humanités environnementales

Les Vosges à l’heure des humanités environnementales

Espaces de montagne, perspectives et enjeux

Journée d’études

Appel à communications

Le massif des Vosges est un objet d’étude souvent sollicité tant par les chercheur·euses en sciences de la nature qu’en sciences humaines et sociales. Il a également stimulé les échanges inter- et transdisciplinaires, depuis l’étude de « géographie historique » menée par Pierre Boyé à la fin du xixe siècle, jusqu’aux travaux engagés par les géographes de l’UMR Live (Université de Strasbourg) depuis les années 2000 [1]. Plusieurs rencontres scientifiques témoignent régulièrement de la vivacité de l’objet « Vosges », à l’image du colloque « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge » de 2012, ou encore des journées d’étude qui se tiennent régulièrement autour de l’histoire locale du massif, à l’initiative des Rencontres transvosgiennes ou des Journées d’études vosgiennes [2]. Sans cesse questionnées sur leur caractère montagnard, marquées par une anthropisation plurimillénaire, les Vosges restent cependant, selon les mots de Georges Bischoff, un « objet historique mal identifié », inscrit dans le temps long de la recherche.

Plusieurs jeunes chercheur·euses lié·es aux équipes de recherche en sciences humaines et sociales des universités environnantes, à commencer par celles de Strasbourg, Nancy et Mulhouse, contribuent à mieux identifier cet objet historique. Leurs études questionnent les relations entre les êtres humains et cet espace, à partir des méthodes de l’histoire, l’archéologie, la géographie, l’anthropologie ou la sociologie, si bien que l’étude des Vosges et de leur(s) environnement(s) s’articule autour des paradigmes des « humanités environnementales ».

En donnant la parole aux jeunes chercheur·euses qui consacrent leurs travaux à cet espace, l’objectif de cette nouvelle journée d’étude n’est pas de faire table rase des recherches menées jusqu’à présent sur les Vosges, mais bien de mettre en lumière la vigueur de cet objet d’étude. La rencontre invitera ainsi au dialogue non seulement de manière diachronique, mais aussi sous l’angle des enjeux de l’interdisciplinarité.

D’abord construites en se démarquant de l’étude du « non-humain », réservée aux sciences de la nature, les sciences humaines et sociales n’ont abordé l’objet « environnement » que récemment. C’est à la suite des écologues, dans les années 1970, que l’étude de l’environnement se structure concrètement dans les milieux anglo-saxons de la recherche, pour s’imposer au cours des années 2000 dans le paysage académique français. Aujourd’hui bien ancrés, les paradigmes environnementalistes s’articulent autour de plusieurs grands thèmes de recherche, comme les risques et les pollutions, la protection de l’environnement, ou le renouvellement des mondes urbains et agricoles. Les jeunes chercheur·euses doivent aujourd’hui prendre position sur ces sujets et saisir ces recompositions épistémologiques [3].

Depuis trois ans, le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) rassemble les doctorant·e·s en sciences humaines et sociales des universités de Strasbourg et de Haute-Alsace. Ils organisent chaque année plusieurs rencontres et formations autour de la recherche et de ses enjeux. La journée d’étude consacrée au massif vosgien, qui se tiendra au printemps 2022, proposera pour la première fois de réunir ces acteur·rices du monde universitaire à l’extérieur des campus, au plus près des terrains d’étude vosgiens.

Les communications seront ouvertes en priorité aux jeunes chercheur·euses qui travaillent sur cet espace de montagne en master, doctorat et post-doctorat.

Date et lieu

11 juin 2022, col de la Schlucht, 88492 Le Valtin.

Comité d’organisation

  • Gaël Bohnert (doctorant contractuel UR 3436 CRESAT, Université de Haute-Alsace)
  • Claire Milon (doctorante contractuelle UR 3400 ARCHE, Université de Strasbourg)
  • Jean-Baptiste Ortlieb (doctorant contractuel UMR 7363 SAGE, Université de Strasbourg / Envirhus, Universiteit Antwerpen)
  • Benoit Vaillot (chercheur postdoctoral Labex SMS UMR 5136 Framespa, Université Toulouse – Jean Jaurès / associé UR 3400 ARCHE, Université de Strasbourg)

Comité scientifique

  • Sylvie Dallet (Professeure, EA 2448, CHCSC, Université Paris Saclay)
  • Stephan Fichtl (Professeur, UMR 7044 ARCHIMÈDE, Université de Strasbourg)
  • Stéphane Gal (Professeur, UMR 5190 LARHRA, Université Grenoble Alpes)
  • Xavier Rochel (Professeur, UR 7304 LOTERR, Université de Lorraine)
  • Dominique Schwartz (Professeur, UMR 7362 LIVE, Université de Strasbourg)
  • Josiane Stoessel-Ritz (Professeure, UMR 7363 SAGE, Université de Haute-Alsace)

Modalités de soumission

Les propositions de communication, attendues pour le 1er avril, sont à envoyer à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles comprendront les coordonnées institutionnelles, un intitulé et un résumé de la communication et une courte notice biographique de l’auteur·rice (entre 2000 et 3000 signes).

Partenaires

Cette journée d’étude est organisée par le Séminaire interdoctoral en sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA), en partenariat avec le Parc Naturel régional des Ballons des Vosges, l’Ecole doctorale des sciences humaines et sociales de l’université de Strasbourg (ED 519), les unités de recherches ARCHE (UR 3400), ARCHIMEDE (UMR 7044) SAGE (UMR 7363), CRESAT (UR 3436) et Framespa (UMR 5136).


[1] Boyé Pierre, Les Hautes-Chaumes des Vosges. Étude de Géographie et d’Economie historiques, Nancy. Schwartz Dominique, Thinon Michel, Goepp Stéphanie, Schmitt Christian, Casner Julien, Rosique Thierry, Wuscher Patrice, Alexandre Anne, Dambrine Etienne, Martin Charly, Guillet Bernard, « Premières datations directes de défrichements protohistoriques sur les chaumes secondaires des Vosges (Rossberg, Haut-Rhin). Approche pédoanthracologique », dans Comptes Rendus Géosciences, 337, 2005, p. 1250-1256.

[2] Kraemer Charles et Koch Jacky, (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque de Gérardmer/Munster (30 août – 1er septembre 2012), Presses universitaires de Lorraine, Nancy, 2017.

[3] Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf, (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017.

Rédiger un article scientifique

Jeudi 3 mars 2022, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Océanie, Strasbourg, et en visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.

Le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) réédite son nouveau format de « rencontre ». Conçu comme un espace de libre échange entre doctorantes et doctorants, il a vocation à partager l’expérience de chacune et chacun et à répondre aux questionnements qui peuvent être rencontrés au cours de la thèse.

La publication devient une injonction de plus en plus incontournable du travail de chercheur, dès le début de la carrière. A ce titre, les doctorantes et doctorants sont poussés à publier de plus en plus tôt, ce qui n’est pas sans poser une série de questions : quel temps consacrer à la thèse face à la rédaction d’articles ? Faut-il dès le départ réfléchir à une stratégie de publication, alors que la compréhension du fonctionnement académique est souvent encore imparfaite ?

Cette séance s’adresse autant aux doctorantes et doctorants ayant été confrontés à la rédaction d’un article scientifique et aux questions qu’elle pose pour partager leur expérience, qu’à celles et ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de publier ou souhaiteraient bénéficier des retours d’autres doctorants. Celles et ceux qui le souhaitent peuvent encore soumettre en amont de la séance un article en cours de rédaction ou un projet d’article, afin qu’il soit discuté.

Introduction aux bases de données

Vendredi 28 janvier 2022, 15h00-17h00

Atelier de formation aux humanités numériques en visioconférence

Cette première séance est pensée comme une introduction à la journée du 7 avril prochain, qui proposera un atelier en présentiel consacré à la construction d’une base de données avec le logiciel Heurist. Nous rappelons que l’ensemble des formations du séminaire interdoctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) peuvent être validées sur Amethis, et sont reconnues par de nombreuses écoles doctorales en France.

Compte tenu du contexte sanitaire, cette formation s’est tenue en visioconférence et a été accessible à partir de 14h55 via le lien suivant : https://bbb.unistra.fr/b/ort-fkg-brm-qqs

Sources et images en SHS

Lundi 6 décembre 2021, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie, Strasbourg, et en visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.

La question des sources est essentielle pour les chercheurs et chercheuses de toutes disciplines en sciences humaines et sociales. Leur nature est très variable, et différentes méthodologies amènent la recherche à s’intéresser aussi bien aux textes, qu’aux images, cartes, discours ou encore données statistiques. La mise en commun, entre plusieurs disciplines, de certaines sources et approches tend à se renforcer avec le développement de la trans- et de la pluridisciplinarité, encourageant le rapprochement entre traditions disciplinaires : géohistoire (Braudel, 1949 ; Jacob-Rousseau, 2009 ; Gramond, 2014), géo-légale (Garcier, 2009 ; Santoire et al., 2020), géographie sociale (Raffestin, 1983), ou socio-histoire (Noiriel, 2006 ; Offenstadt, 2010).

Alors que le débat sur la subjectivité et la neutralité de la recherche se fait de plus en plus présent (Louargant & Ghiotti, 2008 ; Pereira, 2018), il s’applique notamment au rapport aux sources, impliquant la nécessité de questionner leur origine : pourquoi ont-elles été produites, par et pour qui, par quel moyen, dans quel intérêt ? Finalement, il s’agit d’interroger le « point de vue » de celles et ceux qui ont produit les sources étudiées (Darré, 2018). En contrepoint, l’absence de sources n’est pas non plus anodine et le questionnement peut alors porter sur les raisons et significations de cette absence ou de cette disparition. Le corollaire à la question de l’objectivité des sources est celle de leur interprétation, nécessitant de prendre du recul sur les outils d’analyse mobilisés et sur le contexte même de la recherche menée (Duprat, 2007).

Pour les portraits, ils ne sont pas de ceux que l’on voit d’ordinaire dans d’autres livres ; ils n’ont pas été bâtis par le caprice d’un graveur qui les ait supposés pour amuser le caprice d’un ignorant ; ils sont si véritables et tirés sur de si bons originaux qu’afin que les plus incrédules les puissent justifier on y a marqué exprès les lieux d’où on les a pris.

(De Mézeray, François-Eudes, Histoire de France depuis Pharamond jusqu’au règne de Louis le Juste, 1685)

Sources et images sont liées par une dialectique réciproque. L’image est une source en soi, qui permet de collecter des données puis d’en proposer une interprétation. Alors qu’elle peut se revendiquer objective, notamment dans le cas de la photographie (Delage, 2006 ; Franchomme, 2008), elle peut aussi être un outil puissant pour diffuser des informations tronquées ou orientées, notamment par la carte (Besse & Tiberghien, 2017 ; Preci, 2020). Réciproquement, l’image est aussi une représentation du réel, volontaire ou involontaire « construction d’une figure imaginaire » (Duprat, 2010) que l’on peut comprendre dans sa dimension immatérielle (« image mentale », « vision du monde » et « modes d’identification »). L’image offre dès lors un moyen pour interroger notre rapport au monde, à l’espace, au temps, à la société. Il s’agit alors de mobiliser des sources pour comprendre l’image qu’un individu a du monde et ce qui l’influence : images véhiculées par son entourage et plus largement la société, intérêts personnels ou mécanismes de défense psychologique. « Car l’on ne figure que ce que l’on perçoit ou imagine, et l’on n’imagine et perçoit que ce que l’habitude nous a enseigné à découper dans la trame de nos rêveries et à discerner dans le flux des impressions sensibles. » (Descola, 2021) Parmi toutes les sources auxquelles chercheuses et chercheurs ont accès, « l’image est le seul moyen dont nous disposons pour voir ce que les autre voient […] – en d’autres lieux, en d’autres temps, selon d’autres codes figuratifs » (idem).

Comment accéder alors à ces représentations du monde ? Quelles sources mobiliser et comment les interpréter ? Quelles nouvelles problématiques émergent enfin autour du développement des outils numériques, dans la diffusion des sources et particulièrement des images sous des formes nouvelles – bibliothèques, collections iconographiques et fonds d’archives en ligne ? Quel impact sur la collecte et la transmission, le format et le statut des sources numérisées (Bonfait, Courtin, Klammt, 2021) ?

Dans leurs travaux, les jeunes chercheurs et les jeunes chercheuses sont amenés à se positionner très tôt sur leur rapport aux sources et à l’image. Le SIDSHA invite ainsi doctorantes et doctorants à présenter leur approche de ces objets et problématiques dans leurs travaux de recherche, autour par exemple :

  • des questions de méthodologie : choix des sources et images, accès, traitement, analyse ;
  • des réflexions sur les conditions de production de ces sources et images ;
  • des réflexions sur le rôle et les significations de l’image en tant que source.

Télécharger l’appel à communications

Bibliographie :

Besse, J.-M. et Tiberghien, G., dir. (2017), Opérations cartographiques, Actes Sud, Arles.

Bonfait, O., Courtin, A., Klammt, A. (dir.) (2021), « Humanités numériques. De nouveaux récits en histoire de l’art ? », Histoire de l’art, n° 87

Boucheron, P. (2015), Conjurer la peur : essai sur la force politique des images : Sienne, 1338, Points, Paris.

Braudel, F. (1949), La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, Paris.

Darré, J.-P. (2018). « La production de connaissance dans les groupes locaux d’agriculteurs », in J.-P. Chauveau, É. Mollard, & M.-C. Cormier Salem, éd., L’innovation en agriculture: Questions de méthodes et terrains dobservation (p. 93‑112). IRD Éditions. http://books.openedition.org/irdeditions/15726

Delage, C. (2006), La vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël.

Descola, P. (2021), Les Formes du visible. Une anthropologie de la figuration, Seuil, Paris, Les livres du nouveau monde.

Duprat, A. (2007), Images et histoire. Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin

Duprat, A. (2010) « Histoire et images », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.307-312

Dupuys, P. (2002), Histoire, images, imaginaire, Plus, Pise.

Franchomme, M. (2008). Du cadastre napoléonien à la trame verte, le devenir des petites zones humides périurbaines en région Nord-Pas-de-Calais [PhD Thesis]. Lille 1.

Garcier, R. (2009). « Le droit et la fabrique de l’espace. Aperçus méthodologiques sur l’usage des sources juridiques en géographie », in P. Forest éd., Géographie et Droit (p. 69‑90). Presses de l’Université Laval. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01277998

Gramond, D. (2014). Géohistoire environnementale: Contours sémantiques et conceptuels. Discussions sur les héritages et patrimoines reconnus aux zones humides fluviales. Développement durable et territoires, Vol. 5, n°3. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10585

Grataloup, C. (2011), Représenter le monde, Documentation photographique, Les dossiers, n°8084, La documentation française, Paris.

Jacob, C. (1992), L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, A. Michel, Paris.

Hansen, T., & Coenen, L. (2015). The geography of sustainability transitions: Review, synthesis and reflections on an emergent research field. Environmental Innovation and Societal Transitions, 17, 92‑109. https://doi.org/10.1016/j.eist.2014.11.001

Latour, B. (2015), Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte.

Louargant, S., & Ghiotti, S. (2008). Les démarches comparatives sur la montagne : Quelles connaissances ? 12.

Noiriel, G. (2006). Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Collection Repères.

Offenstadt, N. (2010), « Socio-histoire », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.618-624.

Pereira, I. (2018). « La neutralité « neutralisée » ? La recherche entre scientifique et politique. Entretien avec Irène Pereira », in Terrains/Théories, 9, Article 9. https://doi.org/10.4000/teth.1821

Preci, A. (2020). « Fixing the territory, a turning point: The paradoxes of the Wichí maps of the Argentine Chaco », The Canadian Geographer / Le Géographe Canadien, 64(1), 20‑31. https://doi.org/10.1111/cag.12595

Raffestin, C. (1983). Introduction à la géographie sociale des frontières. Espace Populations Sociétés, 1(1), 87‑88. https://doi.org/10.3406/espos.1983.907

Santoire, E., Desroche, J., & Garcier, R. (2020). « Quelles méthodes d’enquête pour les recherches géo-légales ? Retour d’expérience à partir de la mise en concurrence des concessions hydroélectriques en France », Annales de géographie, N°733-734(3), 228. https://doi.org/10.3917/ag.733.0228


Di Fan (Arche, UR 3400)

Le regard du corps disséqué dans le paysage naturel : le modèle d’André Vésale


Lucas La Barbera (Arche, UR 3400)

Le rapport à l’image dans l’histoire de l’architecture médiévale : le cas de l’architecture gothique en Bourgogne


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Parfums de myrrhe et serpents ailés en Etrurie : retour sur un sarcophage de Tarquinia

Programme 2021-2022

Pour l’année universitaire 2021-2022, c’est en tout 7 événements que nous vous proposons. Le programme des rencontres, séminaires, journées d’études et formations aux humanités numériques est à retrouver ci-dessous, ou en ligne via le carnet Hypotheses (sidsha.hypotheses.org) et la page Facebook du SIDSHA (facebook.com/groups/SIDSHA). Comme chaque année, nos rencontres sont intégrées à l’offre de formation de l’ED519 SHS-PE. Les séances du SIDSHA vous permettront ainsi de valider des crédits ECTS, par le biais d’un émargement que nous assurerons à chaque rencontre. Enfin, le retour au présentiel marquera le retour des instants de convivialité, autrement dit du traditionnel verre qui suit chacune de nos rencontres.

Genre et recherche

Mardi 9 novembre 2021, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie, Strasbourg

Le nouveau format des Rencontres du SIDSHA a vocation à engager un échange libre autour d’une thématique définie. Un lien de visioconférence permettra également aux doctorantes et doctorants qui le souhaitent de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail aux personnes en faisant la demande, par le biais de l’adresse suivante : seminaireinterdoctorants@gmail.com
 
En introduction, Mathias Valverde (SAGE UMR 7363 – CRH UMR 8558) proposera un regard historique sur la construction genrée des milieux de la recherche (XVIIIe-XIXe siècles) et Cécile Rivière (ARCHE UR 3400) une mise en perspective sur le milieu de l’enseignement et de la pratique de l’architecture (XIXe-XXe siècles).
 
Aujourd’hui en France, les femmes représentent seulement 28% des effectifs dans la recherche. Si elles sont majoritaires parmi les étudiant·es, dès le doctorat leur part diminue parmi les enseignant·es chercheur·euses au fur et à mesure que le niveau hiérarchique augmente pour, finalement, n’être qu’une minorité de présidentes d’université. Mais au-delà même de ces chiffres, des comportements (manterrupting, victimisation, décrédibilisation dans des débats et controverses scientifiques…) minent la légitimité et la crédibilité des chercheuses. Les membres du SIDSHA vous invitent à un atelier de réflexion autour de ces enjeux : mise en commun, partage d’expérience et discussions permettront, nous l’espérons, de proposer des solutions pour lutter contre ces discriminations, et rompront le sentiment d’isolement qui pèse encore trop souvent sur les (jeunes) chercheuses.

Pourquoi et comment rendre les SHS plus FAIR ?

Jeudi 3 juin 2021, 15h00-17h00

Atelier de formation aux humanités numériques en visioconférence

Est-ce que c’est bien, et facile de faire de la science ouverte ? Traiter mes données selon les principes FAIR (Findable – Accessible – Interoperable – Reusable), est-ce possible sans trop me prendre la tête ? Les humanités numériques, est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Les outils du numérique peuvent-ils m’aider à résoudre certains de mes problèmes, comment choisir le ou les outil(s) dont j’ai besoin et où les trouver ? Y a-t-il à Strasbourg ou ailleurs, des personnes qui peuvent m’aider à y voir plus clair dans tout ça, et peut-être à accélérer ma thèse ?

Les réponses à toutes ces questions sont : « oui », « oui », « oui », « oui » et « évidemment que oui ! ». Pour davantage de détails, Régis Witz, ingénieur de la Plateforme Humanités Numériques de la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace vous proposera un panorama de ces concepts FAIR, ainsi que des acteurs et des outils à votre disposition pour aider votre thèse à prendre au mieux le virage du numérique !

Cet atelier aura lieu à distance. Pour y assister, contactez le SIDSHA : seminaireinterdoctorants@gmail.com Pour plus d’informations sur la Plateforme des Humanités Numériques : donnees-et-savoirs@misha.fr

 

Les modèles dans la recherche

Jeudi 22 avril 2021, 15h00-17h00

Vous pourrez rejoindre la conférence sur la plateforme plateforme BigBlueButton en demandant le lien à seminaireinterdoctorants@gmail.com. La diffusion commencera à 14h55. Connectez-vous en écoute seule, vous pourrez poser des questions par la messagerie instantanée.

Pour ceux qui auraient besoin d’une attestation pour valider des heures de formations doctorales, merci de vous inscrire sur le document pour que nous puissions vous la faire parvenir : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TPsCebY0Wghk9WCwsTHlCiFwN_i40l5Wu1f0S61i4lc/edit?usp=sharing

Séminaire en visioconférence

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique1. Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, les modèles dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages2. Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle … – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

[1] Chorley (R. J.), Haggett (P.) (éd.) Socio-economic models in geography : part I and III of models in geography, Londres, ed. Methuen & co, coll. « University paperbacks », 1967, p.249

[2] Thalheim (B.), Nissen (I.), Wissenschaft und Kunst der Modellierung (Science and Art of Modeling) – Kieler Zugang zur Definition, Nutzung und Zukunft, Berlin, ed. De Gruyter, 2015.


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Réélaborer un modèle d’étude du pythagorisme : l’air de famille pythagoricien

Dans son ouvrage consacré à l’historiographie du pythagorisme, G. Cornelli reprenait les propos de H. Kahn sur la nécessité de ne plus produire de nouveaux outils et modèles sur le pythagorisme, mais de suivre une approche rigoureuse de critique des sources. Cette critique portait surtout sur les reconstructions a priori qui avaient marqué les XIXe et XXe siècles en menant à des malentendus ou des erreurs d’interprétation. L’approche historiographique a cependant souligné les limites des différents paradigmes et dégagé l’idée que le pythagorisme n’a pas présenté d’unité doctrinale avant sa reformulation néo-pythagoricienne à la fin de l’époque hellénistique et durant l’époque impériale. Cette situation met le chercheur face à une grande quantité de notions précédemment développées qui ne peuvent s’appliquer à un système cohérent.

Il est donc nécessaire de trouver un nouveau modèle d’étude du pythagorisme afin de tester les concepts de la recherche antérieure. Il ne s’agit pas de développer une nouvelle théorie qui contredirait les arguments de Kahn, mais de travailler à partir des résultats déjà existants. En l’absence d’unité doctrinale, de rapports de maître à élève dans un système d’enseignement pythagoricien, d’ambition politique commune ou de mode de vie partagé par tous, il est possible de se tourner vers les outils de la philosophie du langage de Wittgenstein. Le concept d’air de famille, développé par le philosophe allemand, permet alors de comprendre comment s’est constituée l’idée d’un groupe pythagoricien sans caractéristique commune évidente. Ce nouveau modèle, s’appuyant sur des réseaux de ressemblance et de superposition, permet d’envisager plus sereinement l’étude du pythagorisme sans recourir à un système reconstitué a priori.

Il s’agira dans un premier temps de montrer la non-opérabilité des constructions doctrinales ou systématiques précédentes. Dans un second temps, l’introduction de l’air de famille wittgensteinien permettra de comprendre comment s’est construit le groupe pythagoricien sans critère de classification initial. Enfin, quelques exemples permettront de tester la pertinence de ce nouveau modèle.


Lizzie Scholtus (Archimède, UMR 7044)

Appel à communications – Les modèles dans la recherche

Le troisième et dernier séminaire 2020-2021 du Séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) se tiendra le jeudi 22 avril 2021 après-midi, en visioconférence. La thématique retenue suite au sondage dédié porte sur « Les modèles dans la recherche ». Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’appel à communications, pour lequel nous vous remercions de nous envoyer vos propositions avant le 9 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demi-page environ, pour des communications d’une durée entre 20 et 30 minutes suivies d’une demi-heure de discussion.

Appel à communications « Les modèles dans la recherche »

Fruit d’une évolution des techniques et des sujets de recherche en sciences humaines et sociales tout au long du XXe siècle, les analyses fondées sur la modélisation et la mise en place de modèles se développent dans la recherche actuelle. La notion de modèle trouve son origine dans le modello italien, maquette ou étude préparatoire miniaturisée d’une œuvre bâtie ou peinte. L’acception du terme s’étend progressivement à celle, plus générale, d’objet, phénomène, comportement exemplaire et appelant l’imitation. Le XXe siècle voit se développer une nouvelle signification de ce mot polysémique, au gré de l’évolution des méthodologies de recherche. Un modèle y désigne alors une reproduction – une simplification – de la réalité utilisée pour répondre à un ensemble d’hypothèses défini. Il a pour but de rendre intelligible la complexité du réel afin de faciliter le raisonnement scientifique (Chroley, Haggett 1967). Les modèles possèdent de nombreuses applications : ils peuvent être utilisés pour décrire des données, les expliquer, les optimiser ou encore les représenter. En ce sens, ils servent à la réflexion et à la documentation. Ils peuvent ensuite aussi avoir avoir une visée prédictive. La dimension temporelle est alors importante dans ce type de modèles, associant approche rétrospective afin de comprendre les processus en jeu et approche prospective afin de les projeter dans le futur. Parce qu’ils sont utilisés pour répondre à un objectif précis, ils dépendent d’une communauté spécifique d’où ils tirent leurs méthodes, leurs développements et leurs usages (Thalheim, Nissen 2015). Au sein de cette même communauté, ils peuvent parfois être considéré comme des lois, c’est-à-dire des phénomènes ou des processus établis.

Le terme modèle trouve une seconde acception dans la recherche en sciences humaines et sociales, où il peut également représenter un objet de recherche, retrouvant sa signification ancienne. En histoire, en histoire de l’art ou encore en histoire de l’architecture, le « modèle » peut dans ce cas désigner l’exemple de référence, objet réel ou idéal figuré, à l’origine d’une (re-)production multipliée. Ces modèles sont parfois bien identifiés, grâce aux moules et moulages, recueils et catalogues qui en permettent la diffusion. Parfois moins explicites, ils peuvent aussi être mis en lumière à l’issue de l’analyse typologique – morphologique, technique, esthétique, matérielle, fonctionnelle… – d’une production à première vue disparate. Cette démarche peut viser à interroger les sources premières des idées et des formes : recréations imaginaires et idéalisées, telles la « cabane primitive », ou œuvres réelles ayant influencé des pans entiers de la production postérieure. L’objectif de retracer leur circulation au fil du temps et des lieux, au gré des publications ou des voyages, peut être couplé à l’analyse des milieux socio-culturels, politiques, économiques ou techniques afin de proposer une grille de compréhension informée de la production étudiée.

Modèle idéalisé – Abbé Marc-Antoine Laugier, frontispice de la 2e édition de l’Essai sur l’architecture, 1755. © BnF, Paris. La petite cabane rustique que nous venons de décrire est le modèle sur lequel on a imaginé toutes les magnificences de l’Architecture, c’est en se rapprochant dans l’exécution de la simplicité de ce premier modèle, que l’on évite les défauts essentiels, que l’on saisit les perfections véritables.

Recueil de modèles – Anton Seder, Die Pflanze in Kunst und Gewerbe, Vienne, Gerlach & Schenk, 1886. Planche d’ornements inspirés de la faune et de la flore. Photo Musées de Strasbourg.

Ainsi, les modèles développés par la recherche jouent un rôle important dans la formulation et la communication des théories en tant que structures de la pensée. En tant que références, ils structurent aussi la création et la réalisation d’œuvres. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, interroger la manière dont les doctorants reconnaissent et s’approprient ces outils et les sujets de recherche liés.

Dans le contexte scientifique, comment insérer sa recherche dans le cadre d’un modèle existant ? Comment créer son propre modèle ? Comment le diffuser et le faire accepter par la communauté scientifique ? Dans le cadre de l’analyse typologique d’un corpus d’œuvres, comment déterminer l’origine d’un modèle, ses inspirations et ses évolutions ? Mais aussi quels en sont les usages et les significations ?

Les modalités de connexion au séminaire en visioconférence seront communiquées lors de l’envoi du programme de ce séminaire.

Pratiques funéraires et identité(s)

Le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) a le plaisir de vous convier aux journées d’études organisées par Juliette Floquet, doctorante en archéologie orientale (Archimède, UMR 7044 ), Corentin Voisin, doctorant en histoire et archéologie grecque, (Archimède, UMR 7044 ), Laura Waldvogel, doctorante en préhistoire (Archimède, UMR 7044 ).

 20-21 avril  2021

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle de conférence, Strasbourg