Atelier numérique Zotero

Lundi 12 février 2024, 16h00-18h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie

Le SIDSHA reprend du service et suite aux réponses récoltées au cours du sondage envoyé début janvier, notre première manifestation sera un atelier numérique autour de Zotero. Il s’agit d’un logiciel bibliographique gratuit permettant de gérer vos références (organiser, annoter etc.) mais également de générer des notes de bas de page ainsi qu’une bibliographie complète selon les différentes normes bibliographiques existantes dans le monde de la recherche scientifique.

Cette formation sera assurée par Charlène Morel, Docteure en Archéologie et Géographie, le lundi 12 février 2024, de 16 à 18h en salle Asie à la MISHA (5 allée du Général Rouvillois 67083 Strasbourg) mais également en ligne via le logiciel BBB (merci de nous écrire à l’adresse seminaireinterdoctorants @ gmail.com si vous souhaitez recevoir le lien).

Afin que la formation soit la plus fluide possible, nous vous demandons de télécharger Zotero, l’extension zotero sur votre navigateur de référence ainsi que le plugin word connector (https://www.zotero.org/). Il vous faudra également préparer quelques références bibliographiques, en PDF ou papier, que vous pourrez ajouter à votre bibliothèque au cours de la formation.

Au plaisir de vous retrouver en cette nouvelle année !

Séminaire du SIDSHA : La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales


La prochaine rencontre du Séminaire interdoctoral en Sciences de l’Homme Alsace (SIDSHA) se tiendra le vendredi 12 mai 2023 de 17h à 19h
et portera sur : La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales.

L’atelier se déroule en salle Asie de la MISHA et sera aussi accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-bup-r7k-hqn


Nous recevrons deux doctorants qui partagerons leurs réflexions, travaux et recherches sur le sujet, et les discussions permettront d’échanger ensemble sur les interrogations et débats que la méthode peut susciter.

Lucas la Barbera est doctorant en hisrtoire de l’art au laboratoire ARCHE. Sa thèse porte sur : L’architecture gothique en Bourgogne (milieu XIIe – fin XIIIe siècles). Son travail réexaine le dossier de l’histoire de l’architecture gothique en France, non plus au prisme d’une soi-disant école gothique bourguignonne, mais à partir de l’analyse approfondie d’un corpus de monuments situés dans un espace géographique complexe, compte tenu de la fragmentation de ses territoires autour d’un duché en pleine expansion (à partir de la fin du XIIe siècle) et de la subdivision en six diocèses distincts.

Gaël Bonhert est doctorant en géographie à l’université de Haute-Alsace (CRESAT), ses recherches portent sur l’adaptation des filières agricoles et agroalimentaires face au changement climatique. Il s’intéresse à la région transfrontalière du Rhin Supérieur, comprenant l’Alsace, le Sud-Ouest de l’Allemagne et le Nord-Ouest de la Suisse.

Au plaisir de vous voir nombreux à cette séance du séminaire !

Les rencontres du SIDSHA : l’après-thèse

Jeudi 4 mai 2023 – 15h30-17h

En visioconférence

mmmm

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier du SIDSHA, et vous proposons un format très « pratique » sur l’après-thèse. Jawad Daheur, docteur en histoire de l’Université de Strasbourg et chargé de recherches au CNRS, nous présentera le calendrier, les pièges et les modalités de l’après-thèse et (surtout) répondra à toutes vos questions sur le sujet. La modération sera assurée par Claire Milon.

L’atelier sera accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-bup-r7k-hqn

L’objectif de cet atelier est de favoriser la transmission d’expérience entre doctorant·es et jeunes docteur·es dans une ambiance peu formelle : n’hésitez pas à réfléchir en amont à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le sujet.

Appel à communication – Rencontre du SIDSHA : La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales


Modalités de participations :

Sujet :
La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales.

Répondre l’appel à communication :
Avant le 23 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Longueur : une demi-page environ.

Date du séminaire :
vendredi 12 mai 2023 en après-midi.
Chaque communication durera entre 20 et 30 minutes.

 



Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’Appel à communications de la prochaine rencontre du Séminaire interdoctoral en Sciences de l’Homme Alsace (SIDSHA) 20222023, qui se tiendra le vendredi 12 mai 2023 en aprèsmidi.
Le séminaire portera sur le thème suivant :


La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales


La démarche comparative, entendue comme la mise en parallèle d’au moins deux phénomènes pour en dégager les similitudes et les divergences [Haupt, Kocka, 1996], s’enracine dans une longue tradition de sciences humaines et sociales. Le recours à la comparaison peut être d’une grande valeur heuristique : mettre en perspective plusieurs cas d’études permet à la fois de mieux expliquer les objets en en cernant leurs spécificités, de faire émerger de nouveaux objets de questionnement et de nouvelles pistes de recherche qui n’auraient sinon pas été envisagées et, peutêtre surtout, de dégager des régularités sociales en montant en généralité [de Verdalle, Vigour, Le Bianic, 2012]. Ce faisant, il n’est pas étonnant que le raisonnement comparatif soit revendiqué, à la fin du XIXème siècle, par les pères fondateurs de la sociologie (Tocqueville, Durkheim ou Weber) et par les historiens (Marc Bloch au premier chef), chacun lui imprimant un maniement propre, et qu’il occupe une place importante dans les travaux aux fondements des sciences sociales modernes [Julien, 2005]. Si la démarche comparative peut alors consister, dans sa  définition la plus restreinte, en une méthode systématique placée au cœur de l’analyse, on peut tout aussi bien y recourir plus modestement lors d’étapes du raisonnement, quoique qu’elle se révèle dans ce cas également un  soubassement ou un moteur essentiel à la réflexion pour la formulation de conclusions [Gourbet, 2018]. La comparaison forme alors un détour heuristique précieux pour la construction, la mise en perspective et, in fine, la compréhension fine d’un objet d’étude.

Pour intéressante qu’elle soit, au point d’être actuellement toujours davantage plébiscitée dans le monde de l’entreprise et du conseil à des fins d’optimisation gestionnaire, la démarche comparative a fait les frais de critiques qu’on pourrait grossièrement regrouper en deux catégories. La première s’attaque à la difficulté, pour une étude comparative, de dépasser le caractère statique et réifiant de l’opération de comparaison, en plaidant pour une meilleure prise en compte des dynamiques, des évolutions et des influences réciproques [Werner, Zimmermann, 2003]. La seconde remet en question le primat de l’échelle nationale dans l’exercice de comparaison. La charge présente deux flancs : elle plaide pour une réelle prise en compte des acteurs locaux et régionaux [Meyer, 2018], en particulier pour l’étude de  politiques publiques et d’aménagement du territoire, et contre une acceptation naïve de la catégorie, historiquement construite et ne recouvrant pas exactement les mêmes dimensions d’un pays à l’autre, d’EtatNation. Notons au passage que les choix d’échelle pour la comparaison sont largement liés aux évènements politiques et géopolitiques : si la comparaison francoallemande connait un large développement après la guerre de 1871 et la « crise allemande de la pensée française » [Digeon, 1959], puis dans le cadre de la réconciliation francoallemande, la revalorisation des pouvoirs locaux et régionaux en France à la suite des politiques de décentralisation des années 1980, la construction européenne et l’essor de la pensée postcoloniale invitent aujourd’hui à travailler davantage aux échelles locales, régionales et impériales [Lorin, Taraud, 2013 ; Singaravélou, 2013]. Le contexte de mondialisation explique, peutêtre, l’essor de démarches présentées comme alternatives ou concurrentes, approche croisée, approche transnationale, histoire globale, qui insistent sur les connections, les liens et les influences réciproques. Pour autant, nombre de travaux comparatifs actuels montrent la capacité à intégrer ces critiques et à y répondre de façon pertinente, en proposant une méthodologie adaptée et en adoptant une attitude réflexive visàvis de leur objet d’études.

Les nombreux dossiers et synthèses méthodologiques publiées en langue française ces vingt dernières années, répondant à l’appel vigoureux lancé par Cécile Vigour [Vigour, 2005], ont insisté sur la nécessité de poser des cadres méthodologiques clairs, sinon de formaliser les manières de comparer. La comparaison, en effet, suppose une intervention intellectuelle forte dans le rapprochement entre plusieurs phénomènes analogues ou, au contraire, très dissemblables : elle est une démarche exigeante qui lie questionnement théorique et maîtrise empirique d’au moins deux terrains, et qui nécessite une réflexion méthodologique. Deux invitations s’en dégagent. En premier lieu, ils invitent le chercheur et la chercheuse, dont le point de vue, toujours situé, rend complexe sinon illusoire une comparaison parfaitement équilibrée, à adopter une attitude réflexive sur leur démarche comparative, pour cerner au mieux les biais de leur analyse. Deuxièmement, l’invention souple d’une méthode adaptée aux terrains d’études est encouragée : mise à distance des catégories d’analyse utilisées, façonnement d’une grille de questionnement dans des allersretours avec les terrains, compréhension fonctionnelle des phénomènes, entre autres, y participent.

Ainsi, le recours à la comparaison joue un rôle important dans la construction d’objets d’études, la formulation de nouvelles pistes de recherche et la mise en évidence de modèles et de régularités. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, échanger sur la manière dont les doctorantes et doctorants reconnaissent et s’approprient ou non cette démarche dans les sujets de recherche. Quelle place joue le raisonnement comparatif dans la construction d’un sujet de recherche ? Qu’apportetelle à votre recherche ? Comment créer une méthode à la fois rigoureuse et souple, qui est susceptible d’être adaptée aux terrains étudiés ? Jusqu’où aller dans l’exigence de réflexivité sur sa démarche ? Quels points mettre en avant pour faire reconnaître la légitimité et la valeur de la comparaison par la communauté scientifique ? La comparaison souffretelle encore de la concurrence des approches croisées ? Quels domaines de recherche en sont actuellement l’apanage ?

Les propositions de communications sont à transmettre avant le 23 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demipage environ, pour des communications d’une durée de 20 à 30 minutes suivies d’une demiheure de discussion.

Le programme du SIDSHA est en ligne sur le carnet Hypothese sous ladresse sidsha.hypotheses.org. Les modalités de tenue de cette séance (présentiel, distanciel ou hybride) ne sont pas encore fixées : merci de nous faire savoir dans votre proposition à quel format va votre préférence.

Nous attendons avec intérêt vos propositions,

Bien cordialement,
L’équipe du SIDSHA


Bibliographie indicative :

  • Charle, Christophe. « Intellectuels, Bildungsburgertum et professions au XIXème siècle ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales 106, no 1 (1995): 8595. https://doi.org/10.3406/arss.1995.3138.
  • Haupt, HeinzGerhard, et Jürgen Kocka, éd. Geschichte und Vergleich: Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung. Frankfurt ; New York: Campus, 1996. https://opacplus.bsbmuenchen.de/search?isbn.
  • Jacquot, Sébastien. « Enjeux publics et privés du réinvestissement des espaces historiques centraux, une étude comparée de Gênes, Valparaiso et Liverpool ». Phdthesis, Université d’Angers, 2007.
    https://theses.hal.science/tel00259311
    .
  • Julien, Élise. « Le comparatisme en histoire. Rappels historiographiques et approches méthodologiques ». Hypothèses 8, no 1 (2005): 191201. https://doi.org/10.3917/hyp.041.0191.
  • Lorin, Amaury, et Christelle Taraud. « Introduction Pour une nouvelle histoire comparée des colonisations européennes aux XIXe et XXe siècles ». In Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXeXXe siècles), 112. Le Noeud Gordien. Paris cedex 14: Presses Universitaires de France, 2013. https://doi.org/10.3917/puf.lorin.2013.01.0001.
  • Meyer, Teva. « Une analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en Allemagne, en France et en Suède ». Trajectoires. Revue de la jeune recherche francoallemande, no 11 (20 février 2018).
    https://journals.openedition.org/trajectoires/2570.
  • Perrin, Coline. « Pour une comparaison internationale constructiviste : une recherche sur l’agriculture urbaine en Méditerranée ». Espaces et sociétés 163, no 4 (2015): 89105.
    https://doi.org/10.3917/esp.163.0089
    .
  • « Revue Histoire de l’art, n° 83. Violaine Gourbet : “Une comparaison féconde” « Le blog de l’APAHAU ». Consulté le 1 mars 2023.
    http://blog.apahau.org/revuehistoiredelartn83
    violainegourbetunecomparaisonfeconde/#_ednref4
    .
  • Singaravélou, Pierre. Les empires coloniaux, XIXeXXe siècle. Points 468. Paris: Ed. Points, 2013.
  • Verdalle, Laure de, Cécile Vigour, et Thomas Le Bianic. « S’inscrire dans une démarche comparative. Enjeux et controverses ». Terrains & travaux 21, no 2 (2012): 521.
    https://doi.org/10.3917/tt.021.0005
    .
  • Vigour, Cécile. La comparaison dans les sciences sociales: pratiques et méthodes. Guides Repères. Paris: La Découverte, 2005.
  • Werner, Michael, et Bénédicte Zimmermann. « Penser l’histoire Croisée : Entre Empirie et Réflexivité ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 58, no 1 (février 2003): 536.
    https://doi.org/10.1017/S0395264900002547
    .

Atelier Gephi – logiciel de visualisation de réseaux

Jeudi 23 février 2023, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique

m
La prochaine formation aux humanités numériques se tiendra sur une après-midi (15h-17h), et sera consacrée à un logiciel d’analyse et de visualisation de réseaux : Gephi . Cet atelier animée par Teva Meyer (maître de conférences en géopolitique et géographie, CRESAT), sera organisée à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) en salle informatique (1e étage). Organisé en présentiel, l’atelier proposera aux doctorantes et doctorants de toutes disciplines de découvrir Gephi (logiciel libre) ou de parfaire leur pratique à partir de données déjà existantes.
m
Venez nombreux et nombreuses !

Atelier formation au logiciel de base de données Heurist

Lundi 3 avril 2023, 9h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique

m
La prochaine formation aux humanités numériques se tiendra sur une journée entière (9h-17h), et sera consacrée à la construction d’une base de données sur Heurist. Cette journée-atelier animée par Régis Witz (ingénieur d’études, Plateforme PHUN) et Guillaume Porte (ingénieur d’études, Arche EA 3400), sera organisée à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) en salle informatique (1e étage). Organisé en présentiel, l’atelier proposera aux doctorantes et doctorants de toutes disciplines de construire une première base de données avec l’outil Heurist (gratuit et open source), ou de parfaire leur pratique à partir d’une base de données déjà existante.
m
Venez nombreux et nombreuses !

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… la campagne ATER

Mardi 13 décembre 2022 – 15h-16h30

En visioconférence

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier du SIDSHA, et vous proposons un format très « pratique » sur la campagne d’ATER. Claire Milon, doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg (ARCHE) et ATER à l’université Picardie-Jules Vernes, nous présentera le calendrier, les pièges et les modalités de la campagne de recrutement des ATER et (surtout) répondra à toutes vos questions sur le sujet.

L’atelier sera accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-bup-r7k-hqn

L’objectif de cet atelier est de favoriser la transmission d’expérience entre doctorant·es et jeunes docteur·es dans une ambiance peu formelle : n’hésitez pas à réfléchir en amont à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le sujet.

Préparer la soutenance de thèse

Lundi 20 juin 2022, 17h00-18h30

En visioconférence

Nous avons le plaisir de vous convier au prochain atelier du SIDSHA, et vous proposons un format très « pratique » sur la soutenance de thèse. Lizzie Scholtus, jeune docteure en archéologie (actuellement coordinatrice scientifique et technologique à la Christian-Albrechts-Universität zu Kiel), nous présentera l’organisation et la préparation de la soutenance de thèse et (surtout) répondra à toutes vos questions sur le sujet.

L’atelier sera accessible à distance via la plateforme BBB : https://bbb.unistra.fr/b/mil-1zu-cis-nfq.

L’objectif de cet atelier est de favoriser la transmission d’expérience entre doctorant·es et jeunes docteur·es dans une ambiance peu formelle : n’hésitez pas à réfléchir en amont à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le sujet.

Histoire des animaux et communautés hybrides : apports historiographiques et pistes méthodologiques

Mardi 10 mai 2022, 15h00-17h00

En visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.
 
Présentation de Thomas Brignon (Framespa UMR 5136), Clément Birouste (Traces UMR 5608), Margot Constans (Framespa UMR 5136), Thomas Galoppin (PLH EA 4601) et Lucie Schneller Lorenzoni (Framespa UMR 5136) des activités du « Séminaire d’Histoire des Animaux : Recherche et Diffusion », qui s’est tenu à un rythme mensuel de février à juin 2021, et qui a montré que l’une des dynamiques qui parcourt l’histoire des animaux est l’articulation et la gradation qu’établissent les sociétés humaines avec des animaux proches et distants, à la fois vis-à-vis de l’espace, du corps et du temps.
 
Ils ont constaté que depuis le début des années 2000, l’histoire des animaux a évolué et a été enrichie par deux grandes approches méthodologiques : d’une part, une démarche centrée sur l’identification et la définition de communautés constituées d’animaux, prenant place dans des « collectifs » plus amples, intégrant des humains et d’autres animaux (voir notamment les travaux dirigés par Charles Stépanoff et Jean-Denis Vigne). De l’autre, une recherche visant à faire émerger des expériences individuelles animales (on peut signaler les travaux de Eric Baratay sur les « biographies animales ») ou des échanges inter-individuels entre humains et non-humains (cette démarche renvoie au travail de Dominique Lestel, L’animal singulier, 2004, et à sa définition de la communauté hybride).
 
Ils souhaitent interroger les dimensions du collectif et de l’individuel dans l’histoire des animaux et la relation de proximité et de distance entre animaux humains et/ou non-humains. Comment cette dialectique apparaît dans les restes, sources et documents à disposition des historiennes et des historiens des animaux ? Mais aussi, de quels outils heuristiques dispose-t-on afin d’interpréter ces données ? Ils souhaitent inviter historiens, historiennes, archéologues, anthropologues et littéraires à comparer, à travers des études de cas, des situations complexes depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Ils proposent d’entendre proximité et distance à trois niveaux, complémentaires et interdépendants, intéressant toutes les disciplines, bien que certains de ces enjeux aient été traités plus volontiers par l’une ou l’autre : proximité et distance spatiales, proximité et distance des corps, proximité et distance temporelles.

Base de données & Heurist (journée-atelier)

Jeudi 21 avril 2022, 10h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle informatique

La prochaine formation aux humanités numériques se tiendra sur une journée entière (10h-17h), et sera consacrée à la construction d’une base de données sur Heurist. Cette journée-atelier animée par Régis Witz (ingénieur d’études, Plateforme PHUN) et Guillaume Porte (ingénieur d’études, Arche EA 3400), sera organisée à la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) en salle informatique (1e étage, capacité 13 personnes). Organisé en présentiel, l’atelier proposera aux doctorantes et doctorants de toutes disciplines de construire une première base de données avec l’outil Heurist (gratuit et open source), ou de parfaire leur pratique à partir d’une base de données déjà existante.
Cette journée-atelier  permettra notamment de compléter la formation initialement prévue par la plateforme PHUN le mercredi 30 mars. Le support de cette formation est accessible librement en ligne, et permettra de préparer la séance du 21 avril :  https://uncoded.gitlab.io/BDD/.

Appel à communications. Les Vosges à l’heure des humanités environnementales

Les Vosges à l’heure des humanités environnementales

Espaces de montagne, perspectives et enjeux

Journée d’études

Appel à communications

Le massif des Vosges est un objet d’étude souvent sollicité tant par les chercheur·euses en sciences de la nature qu’en sciences humaines et sociales. Il a également stimulé les échanges inter- et transdisciplinaires, depuis l’étude de « géographie historique » menée par Pierre Boyé à la fin du xixe siècle, jusqu’aux travaux engagés par les géographes de l’UMR Live (Université de Strasbourg) depuis les années 2000 [1]. Plusieurs rencontres scientifiques témoignent régulièrement de la vivacité de l’objet « Vosges », à l’image du colloque « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge » de 2012, ou encore des journées d’étude qui se tiennent régulièrement autour de l’histoire locale du massif, à l’initiative des Rencontres transvosgiennes ou des Journées d’études vosgiennes [2]. Sans cesse questionnées sur leur caractère montagnard, marquées par une anthropisation plurimillénaire, les Vosges restent cependant, selon les mots de Georges Bischoff, un « objet historique mal identifié », inscrit dans le temps long de la recherche.

Plusieurs jeunes chercheur·euses lié·es aux équipes de recherche en sciences humaines et sociales des universités environnantes, à commencer par celles de Strasbourg, Nancy et Mulhouse, contribuent à mieux identifier cet objet historique. Leurs études questionnent les relations entre les êtres humains et cet espace, à partir des méthodes de l’histoire, l’archéologie, la géographie, l’anthropologie ou la sociologie, si bien que l’étude des Vosges et de leur(s) environnement(s) s’articule autour des paradigmes des « humanités environnementales ».

En donnant la parole aux jeunes chercheur·euses qui consacrent leurs travaux à cet espace, l’objectif de cette nouvelle journée d’étude n’est pas de faire table rase des recherches menées jusqu’à présent sur les Vosges, mais bien de mettre en lumière la vigueur de cet objet d’étude. La rencontre invitera ainsi au dialogue non seulement de manière diachronique, mais aussi sous l’angle des enjeux de l’interdisciplinarité.

D’abord construites en se démarquant de l’étude du « non-humain », réservée aux sciences de la nature, les sciences humaines et sociales n’ont abordé l’objet « environnement » que récemment. C’est à la suite des écologues, dans les années 1970, que l’étude de l’environnement se structure concrètement dans les milieux anglo-saxons de la recherche, pour s’imposer au cours des années 2000 dans le paysage académique français. Aujourd’hui bien ancrés, les paradigmes environnementalistes s’articulent autour de plusieurs grands thèmes de recherche, comme les risques et les pollutions, la protection de l’environnement, ou le renouvellement des mondes urbains et agricoles. Les jeunes chercheur·euses doivent aujourd’hui prendre position sur ces sujets et saisir ces recompositions épistémologiques [3].

Depuis trois ans, le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) rassemble les doctorant·e·s en sciences humaines et sociales des universités de Strasbourg et de Haute-Alsace. Ils organisent chaque année plusieurs rencontres et formations autour de la recherche et de ses enjeux. La journée d’étude consacrée au massif vosgien, qui se tiendra au printemps 2022, proposera pour la première fois de réunir ces acteur·rices du monde universitaire à l’extérieur des campus, au plus près des terrains d’étude vosgiens.

Les communications seront ouvertes en priorité aux jeunes chercheur·euses qui travaillent sur cet espace de montagne en master, doctorat et post-doctorat.

Date et lieu

11 juin 2022, col de la Schlucht, 88492 Le Valtin.

Comité d’organisation

  • Gaël Bohnert (doctorant contractuel UR 3436 CRESAT, Université de Haute-Alsace)
  • Claire Milon (doctorante contractuelle UR 3400 ARCHE, Université de Strasbourg)
  • Jean-Baptiste Ortlieb (doctorant contractuel UMR 7363 SAGE, Université de Strasbourg / Envirhus, Universiteit Antwerpen)
  • Benoit Vaillot (chercheur postdoctoral Labex SMS UMR 5136 Framespa, Université Toulouse – Jean Jaurès / associé UR 3400 ARCHE, Université de Strasbourg)

Comité scientifique

  • Sylvie Dallet (Professeure, EA 2448, CHCSC, Université Paris Saclay)
  • Stephan Fichtl (Professeur, UMR 7044 ARCHIMÈDE, Université de Strasbourg)
  • Stéphane Gal (Professeur, UMR 5190 LARHRA, Université Grenoble Alpes)
  • Xavier Rochel (Professeur, UR 7304 LOTERR, Université de Lorraine)
  • Dominique Schwartz (Professeur, UMR 7362 LIVE, Université de Strasbourg)
  • Josiane Stoessel-Ritz (Professeure, UMR 7363 SAGE, Université de Haute-Alsace)

Modalités de soumission

Les propositions de communication, attendues pour le 1er avril, sont à envoyer à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles comprendront les coordonnées institutionnelles, un intitulé et un résumé de la communication et une courte notice biographique de l’auteur·rice (entre 2000 et 3000 signes).

Partenaires

Cette journée d’étude est organisée par le Séminaire interdoctoral en sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA), en partenariat avec le Parc Naturel régional des Ballons des Vosges, l’Ecole doctorale des sciences humaines et sociales de l’université de Strasbourg (ED 519), les unités de recherches ARCHE (UR 3400), ARCHIMEDE (UMR 7044) SAGE (UMR 7363), CRESAT (UR 3436) et Framespa (UMR 5136).


[1] Boyé Pierre, Les Hautes-Chaumes des Vosges. Étude de Géographie et d’Economie historiques, Nancy. Schwartz Dominique, Thinon Michel, Goepp Stéphanie, Schmitt Christian, Casner Julien, Rosique Thierry, Wuscher Patrice, Alexandre Anne, Dambrine Etienne, Martin Charly, Guillet Bernard, « Premières datations directes de défrichements protohistoriques sur les chaumes secondaires des Vosges (Rossberg, Haut-Rhin). Approche pédoanthracologique », dans Comptes Rendus Géosciences, 337, 2005, p. 1250-1256.

[2] Kraemer Charles et Koch Jacky, (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque de Gérardmer/Munster (30 août – 1er septembre 2012), Presses universitaires de Lorraine, Nancy, 2017.

[3] Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf, (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017.

Rédiger un article scientifique

Jeudi 3 mars 2022, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Océanie, Strasbourg, et en visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.

Le séminaire inter-doctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) réédite son nouveau format de « rencontre ». Conçu comme un espace de libre échange entre doctorantes et doctorants, il a vocation à partager l’expérience de chacune et chacun et à répondre aux questionnements qui peuvent être rencontrés au cours de la thèse.

La publication devient une injonction de plus en plus incontournable du travail de chercheur, dès le début de la carrière. A ce titre, les doctorantes et doctorants sont poussés à publier de plus en plus tôt, ce qui n’est pas sans poser une série de questions : quel temps consacrer à la thèse face à la rédaction d’articles ? Faut-il dès le départ réfléchir à une stratégie de publication, alors que la compréhension du fonctionnement académique est souvent encore imparfaite ?

Cette séance s’adresse autant aux doctorantes et doctorants ayant été confrontés à la rédaction d’un article scientifique et aux questions qu’elle pose pour partager leur expérience, qu’à celles et ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de publier ou souhaiteraient bénéficier des retours d’autres doctorants. Celles et ceux qui le souhaitent peuvent encore soumettre en amont de la séance un article en cours de rédaction ou un projet d’article, afin qu’il soit discuté.

Introduction aux bases de données

Vendredi 28 janvier 2022, 15h00-17h00

Atelier de formation aux humanités numériques en visioconférence

Cette première séance est pensée comme une introduction à la journée du 7 avril prochain, qui proposera un atelier en présentiel consacré à la construction d’une base de données avec le logiciel Heurist. Nous rappelons que l’ensemble des formations du séminaire interdoctoral en Sciences de l’Homme – Alsace (SIDSHA) peuvent être validées sur Amethis, et sont reconnues par de nombreuses écoles doctorales en France.

Compte tenu du contexte sanitaire, cette formation s’est tenue en visioconférence et a été accessible à partir de 14h55 via le lien suivant : https://bbb.unistra.fr/b/ort-fkg-brm-qqs

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search