Appel à communication – Rencontre du SIDSHA : La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales


Modalités de participations :

Sujet :
La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales.

Répondre l’appel à communication :
Avant le 23 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Longueur : une demi-page environ.

Date du séminaire :
vendredi 12 mai 2023 en après-midi.
Chaque communication durera entre 20 et 30 minutes.

 



Nous avons le plaisir de vous en transmettre l’Appel à communications de la prochaine rencontre du Séminaire interdoctoral en Sciences de l’Homme Alsace (SIDSHA) 20222023, qui se tiendra le vendredi 12 mai 2023 en aprèsmidi.
Le séminaire portera sur le thème suivant :


La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales


La démarche comparative, entendue comme la mise en parallèle d’au moins deux phénomènes pour en dégager les similitudes et les divergences [Haupt, Kocka, 1996], s’enracine dans une longue tradition de sciences humaines et sociales. Le recours à la comparaison peut être d’une grande valeur heuristique : mettre en perspective plusieurs cas d’études permet à la fois de mieux expliquer les objets en en cernant leurs spécificités, de faire émerger de nouveaux objets de questionnement et de nouvelles pistes de recherche qui n’auraient sinon pas été envisagées et, peutêtre surtout, de dégager des régularités sociales en montant en généralité [de Verdalle, Vigour, Le Bianic, 2012]. Ce faisant, il n’est pas étonnant que le raisonnement comparatif soit revendiqué, à la fin du XIXème siècle, par les pères fondateurs de la sociologie (Tocqueville, Durkheim ou Weber) et par les historiens (Marc Bloch au premier chef), chacun lui imprimant un maniement propre, et qu’il occupe une place importante dans les travaux aux fondements des sciences sociales modernes [Julien, 2005]. Si la démarche comparative peut alors consister, dans sa  définition la plus restreinte, en une méthode systématique placée au cœur de l’analyse, on peut tout aussi bien y recourir plus modestement lors d’étapes du raisonnement, quoique qu’elle se révèle dans ce cas également un  soubassement ou un moteur essentiel à la réflexion pour la formulation de conclusions [Gourbet, 2018]. La comparaison forme alors un détour heuristique précieux pour la construction, la mise en perspective et, in fine, la compréhension fine d’un objet d’étude.

Pour intéressante qu’elle soit, au point d’être actuellement toujours davantage plébiscitée dans le monde de l’entreprise et du conseil à des fins d’optimisation gestionnaire, la démarche comparative a fait les frais de critiques qu’on pourrait grossièrement regrouper en deux catégories. La première s’attaque à la difficulté, pour une étude comparative, de dépasser le caractère statique et réifiant de l’opération de comparaison, en plaidant pour une meilleure prise en compte des dynamiques, des évolutions et des influences réciproques [Werner, Zimmermann, 2003]. La seconde remet en question le primat de l’échelle nationale dans l’exercice de comparaison. La charge présente deux flancs : elle plaide pour une réelle prise en compte des acteurs locaux et régionaux [Meyer, 2018], en particulier pour l’étude de  politiques publiques et d’aménagement du territoire, et contre une acceptation naïve de la catégorie, historiquement construite et ne recouvrant pas exactement les mêmes dimensions d’un pays à l’autre, d’EtatNation. Notons au passage que les choix d’échelle pour la comparaison sont largement liés aux évènements politiques et géopolitiques : si la comparaison francoallemande connait un large développement après la guerre de 1871 et la « crise allemande de la pensée française » [Digeon, 1959], puis dans le cadre de la réconciliation francoallemande, la revalorisation des pouvoirs locaux et régionaux en France à la suite des politiques de décentralisation des années 1980, la construction européenne et l’essor de la pensée postcoloniale invitent aujourd’hui à travailler davantage aux échelles locales, régionales et impériales [Lorin, Taraud, 2013 ; Singaravélou, 2013]. Le contexte de mondialisation explique, peutêtre, l’essor de démarches présentées comme alternatives ou concurrentes, approche croisée, approche transnationale, histoire globale, qui insistent sur les connections, les liens et les influences réciproques. Pour autant, nombre de travaux comparatifs actuels montrent la capacité à intégrer ces critiques et à y répondre de façon pertinente, en proposant une méthodologie adaptée et en adoptant une attitude réflexive visàvis de leur objet d’études.

Les nombreux dossiers et synthèses méthodologiques publiées en langue française ces vingt dernières années, répondant à l’appel vigoureux lancé par Cécile Vigour [Vigour, 2005], ont insisté sur la nécessité de poser des cadres méthodologiques clairs, sinon de formaliser les manières de comparer. La comparaison, en effet, suppose une intervention intellectuelle forte dans le rapprochement entre plusieurs phénomènes analogues ou, au contraire, très dissemblables : elle est une démarche exigeante qui lie questionnement théorique et maîtrise empirique d’au moins deux terrains, et qui nécessite une réflexion méthodologique. Deux invitations s’en dégagent. En premier lieu, ils invitent le chercheur et la chercheuse, dont le point de vue, toujours situé, rend complexe sinon illusoire une comparaison parfaitement équilibrée, à adopter une attitude réflexive sur leur démarche comparative, pour cerner au mieux les biais de leur analyse. Deuxièmement, l’invention souple d’une méthode adaptée aux terrains d’études est encouragée : mise à distance des catégories d’analyse utilisées, façonnement d’une grille de questionnement dans des allersretours avec les terrains, compréhension fonctionnelle des phénomènes, entre autres, y participent.

Ainsi, le recours à la comparaison joue un rôle important dans la construction d’objets d’études, la formulation de nouvelles pistes de recherche et la mise en évidence de modèles et de régularités. Nous souhaitons, dans le cadre de ce séminaire, échanger sur la manière dont les doctorantes et doctorants reconnaissent et s’approprient ou non cette démarche dans les sujets de recherche. Quelle place joue le raisonnement comparatif dans la construction d’un sujet de recherche ? Qu’apportetelle à votre recherche ? Comment créer une méthode à la fois rigoureuse et souple, qui est susceptible d’être adaptée aux terrains étudiés ? Jusqu’où aller dans l’exigence de réflexivité sur sa démarche ? Quels points mettre en avant pour faire reconnaître la légitimité et la valeur de la comparaison par la communauté scientifique ? La comparaison souffretelle encore de la concurrence des approches croisées ? Quels domaines de recherche en sont actuellement l’apanage ?

Les propositions de communications sont à transmettre avant le 23 avril, à l’adresse seminaireinterdoctorants@gmail.com. Elles pourront être synthétiques, d’une demipage environ, pour des communications d’une durée de 20 à 30 minutes suivies d’une demiheure de discussion.

Le programme du SIDSHA est en ligne sur le carnet Hypothese sous ladresse sidsha.hypotheses.org. Les modalités de tenue de cette séance (présentiel, distanciel ou hybride) ne sont pas encore fixées : merci de nous faire savoir dans votre proposition à quel format va votre préférence.

Nous attendons avec intérêt vos propositions,

Bien cordialement,
L’équipe du SIDSHA


Bibliographie indicative :

  • Charle, Christophe. « Intellectuels, Bildungsburgertum et professions au XIXème siècle ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales 106, no 1 (1995): 8595. https://doi.org/10.3406/arss.1995.3138.
  • Haupt, HeinzGerhard, et Jürgen Kocka, éd. Geschichte und Vergleich: Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung. Frankfurt ; New York: Campus, 1996. https://opacplus.bsbmuenchen.de/search?isbn.
  • Jacquot, Sébastien. « Enjeux publics et privés du réinvestissement des espaces historiques centraux, une étude comparée de Gênes, Valparaiso et Liverpool ». Phdthesis, Université d’Angers, 2007.
    https://theses.hal.science/tel00259311
    .
  • Julien, Élise. « Le comparatisme en histoire. Rappels historiographiques et approches méthodologiques ». Hypothèses 8, no 1 (2005): 191201. https://doi.org/10.3917/hyp.041.0191.
  • Lorin, Amaury, et Christelle Taraud. « Introduction Pour une nouvelle histoire comparée des colonisations européennes aux XIXe et XXe siècles ». In Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXeXXe siècles), 112. Le Noeud Gordien. Paris cedex 14: Presses Universitaires de France, 2013. https://doi.org/10.3917/puf.lorin.2013.01.0001.
  • Meyer, Teva. « Une analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en Allemagne, en France et en Suède ». Trajectoires. Revue de la jeune recherche francoallemande, no 11 (20 février 2018).
    https://journals.openedition.org/trajectoires/2570.
  • Perrin, Coline. « Pour une comparaison internationale constructiviste : une recherche sur l’agriculture urbaine en Méditerranée ». Espaces et sociétés 163, no 4 (2015): 89105.
    https://doi.org/10.3917/esp.163.0089
    .
  • « Revue Histoire de l’art, n° 83. Violaine Gourbet : “Une comparaison féconde” « Le blog de l’APAHAU ». Consulté le 1 mars 2023.
    http://blog.apahau.org/revuehistoiredelartn83
    violainegourbetunecomparaisonfeconde/#_ednref4
    .
  • Singaravélou, Pierre. Les empires coloniaux, XIXeXXe siècle. Points 468. Paris: Ed. Points, 2013.
  • Verdalle, Laure de, Cécile Vigour, et Thomas Le Bianic. « S’inscrire dans une démarche comparative. Enjeux et controverses ». Terrains & travaux 21, no 2 (2012): 521.
    https://doi.org/10.3917/tt.021.0005
    .
  • Vigour, Cécile. La comparaison dans les sciences sociales: pratiques et méthodes. Guides Repères. Paris: La Découverte, 2005.
  • Werner, Michael, et Bénédicte Zimmermann. « Penser l’histoire Croisée : Entre Empirie et Réflexivité ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 58, no 1 (février 2003): 536.
    https://doi.org/10.1017/S0395264900002547
    .

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Milon (20 mars 2023). Appel à communication – Rencontre du SIDSHA : La démarche comparative dans les sciences humaines et sociales. Séminaire inter-doctoral en sciences de l'Homme – Alsace. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u63s


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search