Environnements naturels, environnements culturels

Jeudi 21 janvier 2021, 15h00-17h00

Séminaire en visioconférence

Le choix de ce thème lors de notre sondage, vient illustrer l’affirmation et l’importance prise par l’environnement au cœur des sujets d’étude en sciences humaines et sociales. « On assiste, depuis une trentaine d’années au moins, à l’émergence et à la multiplication de champs des sciences humaines et sociales qui non seulement affichent l’environnement ou l’écologie pour objet, mais revendiquent aussi de voir leur épistémologie transformée par cet objet » [1]. De nombreux champs s’imposent et sont aujourd’hui mis en avant dans le cadre de thèses en histoire environnementale, en sociologie et droit de l’environnement, en anthropologie de la nature, ou encore en économie écologique… Les humanités environnementales s’organisent désormais, autour de revues internationales (Environmental Humanities, créée en 2012), de cursus universitaires (environmental.humanities.ucla.edu), ou de portails interdisciplinaires (humanitesenvironnementales.fr).

À l’échelle internationale, les humanités environnementales proposent de remettre en question une série de frontières qui segmentent aujourd’hui le monde de la recherche. Les différents champs se réclamant de l’approche environnementaliste développent de nouvelles méthodologies et pratiques savantes, afin de repenser les fractures disciplinaires. Leur premier chantier revient ainsi sur la fracture fondamentale qui oppose, dans nos sociétés modernes, les sphères de la Nature et de la Culture. « Par-delà Nature et Culture » [2], c’est ainsi la rupture originelle entre sciences de l’Homme et sciences de la Nature (parfois appelées « sciences dures ») que ces nouveaux paradigmes proposent d’interroger. « Environnements naturels, environnements culturels », ce thème invite à mettre en lumière les approches que nous développons, en tant que doctorants, pour dépasser ces fractures au coeur de nos études et dans les choix de nos problématiques.

[1] Blanc Guillaume, Demeulenaere Élise et Feuerhahn Wolf (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017, p.7.

[2] Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Gallimard, Paris, 2005.


Claire Milon, doctorante en histoire contemporaine, (Arche, UR3400).

La randonnée, apparition d’un loisir et d’une pratique sociale dans l’Allemagne du Deuxième Empire (1871-1914)

La randonnée en tant qu’objet d’étude de l’historien n’est pas un sujet classique ou un champ de recherche structuré et unifié. Il est cependant possible de souligner le rôle central de l’Allemagne dans l’apparition de la marche de loisir à la fin du XIXème siècle, d’une part à travers le romantisme qui encourage une exploration de lieux jusque-là redoutés (la forêt, la montagne), et d’autre part grâce à la présence d’organisations collectives permettant l’émergence de cette pratique. Les perspectives portées par l’histoire environnementale sont encore relativement récentes dans le paysage académique français et permettent de renouveler le regard sur la randonnée et ses débuts, en l’envisageant comme une pratique structurant l’espace et participant pleinement de la redéfinition complexe des relations entre les hommes et leur environnement. Ainsi, les travaux d’histoire environnementale ont mis en lumière les dynamiques de co-construction entre les villes et leurs « hinterland » pour reprendre l’expression de William Cronon qui étudie le cas de Chicago, en analysant en particulier les circulations de matières premières. De la même manière, mais à plus petite échelle, certaines villes structurent des périphéries plus lointaines. Kenneth Pomeranz parle ainsi des « hectares fantômes » dont dispose Manchester en tirant parti des denrées importées des plantations américaines. Ces études tendent à remettre en cause l’opposition entre l’urbain et la « nature », en signalant leur imbrication non seulement économique mais aussi environnementale, tant en matière de pollution que de conflits d’usage ou de structuration de l’espace et des paysages. En se plaçant dans la lignée de ces travaux, il s’agit ici de compléter cette analyse par l’étude d’une pratique renversant la hiérarchie entre ces espaces : c’est bien l’urbain qui se trouve en position d’ « hinterland » pour les randonneurs, tant physiquement que symboliquement.

[3] Nous avons choisi de placer ce terme entre guillemets pour signaler le caractère construit, socialement et historiquement de cette notion. Nous évoquons cette question plus loin dans le texte.


Jean-Baptiste Ortlieb, doctorant en hisotire contemporraine (Sage, UMR7363 – Envirhus)

Présentation d’un chapitre d’ouvrage en cours de rédaction : « Les sommets des « Hautes Vosges » : communs, ressources et agrosystèmes sociaux (XIVe – XVIIIe siècle) »

La communication consistera en la présentation d’un chapitre d’ouvrage collectif en cours de rédaction, pour une publication consacrée aux « communaux » de montagne.  Les nouveaux paradigmes de l’histoire environnementale modifient la compréhension de certains phénomènes sociaux et des conditions d’émergence du monde moderne, en employant une méthode fondée sur un rapport transdisciplinaire aux sources. Au sein des problématiques de l’histoire environnementale, celles qui touchent aux « communs » font aujourd’hui l’objet d’un intérêt croissant en questionnant les rapports à la propriété des ressources naturelles. L’approche environnementaliste est l’occasion de décentrer le regard sur un objet historique ancien mais parfois mal identifié, la montagne. Une nouvelle étude consacrée au massif vosgien, en faisant du « sommet » un objet historique à part entière, a pour objectif de mettre en évidence les relations complexes qui lient les hommes à ces milieux particuliers, à partir d’une enquête menée sur le « temps long ». La période étudiée, s’étendant du bas Moyen Âge à la période révolutionnaire, est de plus marquée par l’émergence d’un nouveau rapport des sociétés occidentales à la nature, et aux espaces d’altitude.

Les historiens environnementalistes ont su développer de nombreux outils pour interroger le rapport entre les environnements et les sociétés anciennes. L’agrosystème social en est un. Développé par l’historien Erik Thoen, l’agrosystème social propose de déterminer les modes d’organisations sociales de la production agraire, sur un plan régional. Le but du chapitre en cours de rédaction est de tester l’efficacité de ce concept, avec l’objectif de mettre en évidence les dynamiques propres à l’émergence des communs sur les sommets des Hautes-Vosges. L’enjeu est de montrer que les sommets mettent en relation plusieurs réalités sociales différentes, selon les vallées et les acteurs qui exploitent les sommets – sous la forme ou non de communs. Ces agrosystèmes sociaux sont en réalité changeants, dans le temps comme dans l’espace. Le chapitre n’étant pas achevé, la communication aura pour objet d’exposer les premières réflexions autour de ce thème, et d’en obtenir des retours, en s’attachant aux problématiques portées par l’histoire environnementale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.