Sources et images en SHS

Lundi 6 décembre 2021, 15h00-17h00

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), salle Asie, Strasbourg, et en visioconférence

Un lien de visioconférence permettra de suivre les échanges à distance. Ce lien sera communiqué par mail à toute personne qui en fera la demande à seminaireinterdoctorants@gmail.com.

La question des sources est essentielle pour les chercheurs et chercheuses de toutes disciplines en sciences humaines et sociales. Leur nature est très variable, et différentes méthodologies amènent la recherche à s’intéresser aussi bien aux textes, qu’aux images, cartes, discours ou encore données statistiques. La mise en commun, entre plusieurs disciplines, de certaines sources et approches tend à se renforcer avec le développement de la trans- et de la pluridisciplinarité, encourageant le rapprochement entre traditions disciplinaires : géohistoire (Braudel, 1949 ; Jacob-Rousseau, 2009 ; Gramond, 2014), géo-légale (Garcier, 2009 ; Santoire et al., 2020), géographie sociale (Raffestin, 1983), ou socio-histoire (Noiriel, 2006 ; Offenstadt, 2010).

Alors que le débat sur la subjectivité et la neutralité de la recherche se fait de plus en plus présent (Louargant & Ghiotti, 2008 ; Pereira, 2018), il s’applique notamment au rapport aux sources, impliquant la nécessité de questionner leur origine : pourquoi ont-elles été produites, par et pour qui, par quel moyen, dans quel intérêt ? Finalement, il s’agit d’interroger le « point de vue » de celles et ceux qui ont produit les sources étudiées (Darré, 2018). En contrepoint, l’absence de sources n’est pas non plus anodine et le questionnement peut alors porter sur les raisons et significations de cette absence ou de cette disparition. Le corollaire à la question de l’objectivité des sources est celle de leur interprétation, nécessitant de prendre du recul sur les outils d’analyse mobilisés et sur le contexte même de la recherche menée (Duprat, 2007).

Pour les portraits, ils ne sont pas de ceux que l’on voit d’ordinaire dans d’autres livres ; ils n’ont pas été bâtis par le caprice d’un graveur qui les ait supposés pour amuser le caprice d’un ignorant ; ils sont si véritables et tirés sur de si bons originaux qu’afin que les plus incrédules les puissent justifier on y a marqué exprès les lieux d’où on les a pris.

(De Mézeray, François-Eudes, Histoire de France depuis Pharamond jusqu’au règne de Louis le Juste, 1685)

Sources et images sont liées par une dialectique réciproque. L’image est une source en soi, qui permet de collecter des données puis d’en proposer une interprétation. Alors qu’elle peut se revendiquer objective, notamment dans le cas de la photographie (Delage, 2006 ; Franchomme, 2008), elle peut aussi être un outil puissant pour diffuser des informations tronquées ou orientées, notamment par la carte (Besse & Tiberghien, 2017 ; Preci, 2020). Réciproquement, l’image est aussi une représentation du réel, volontaire ou involontaire « construction d’une figure imaginaire » (Duprat, 2010) que l’on peut comprendre dans sa dimension immatérielle (« image mentale », « vision du monde » et « modes d’identification »). L’image offre dès lors un moyen pour interroger notre rapport au monde, à l’espace, au temps, à la société. Il s’agit alors de mobiliser des sources pour comprendre l’image qu’un individu a du monde et ce qui l’influence : images véhiculées par son entourage et plus largement la société, intérêts personnels ou mécanismes de défense psychologique. « Car l’on ne figure que ce que l’on perçoit ou imagine, et l’on n’imagine et perçoit que ce que l’habitude nous a enseigné à découper dans la trame de nos rêveries et à discerner dans le flux des impressions sensibles. » (Descola, 2021) Parmi toutes les sources auxquelles chercheuses et chercheurs ont accès, « l’image est le seul moyen dont nous disposons pour voir ce que les autre voient […] – en d’autres lieux, en d’autres temps, selon d’autres codes figuratifs » (idem).

Comment accéder alors à ces représentations du monde ? Quelles sources mobiliser et comment les interpréter ? Quelles nouvelles problématiques émergent enfin autour du développement des outils numériques, dans la diffusion des sources et particulièrement des images sous des formes nouvelles – bibliothèques, collections iconographiques et fonds d’archives en ligne ? Quel impact sur la collecte et la transmission, le format et le statut des sources numérisées (Bonfait, Courtin, Klammt, 2021) ?

Dans leurs travaux, les jeunes chercheurs et les jeunes chercheuses sont amenés à se positionner très tôt sur leur rapport aux sources et à l’image. Le SIDSHA invite ainsi doctorantes et doctorants à présenter leur approche de ces objets et problématiques dans leurs travaux de recherche, autour par exemple :

  • des questions de méthodologie : choix des sources et images, accès, traitement, analyse ;
  • des réflexions sur les conditions de production de ces sources et images ;
  • des réflexions sur le rôle et les significations de l’image en tant que source.

Télécharger l’appel à communications

Bibliographie :

Besse, J.-M. et Tiberghien, G., dir. (2017), Opérations cartographiques, Actes Sud, Arles.

Bonfait, O., Courtin, A., Klammt, A. (dir.) (2021), « Humanités numériques. De nouveaux récits en histoire de l’art ? », Histoire de l’art, n° 87

Boucheron, P. (2015), Conjurer la peur : essai sur la force politique des images : Sienne, 1338, Points, Paris.

Braudel, F. (1949), La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Armand Colin, Paris.

Darré, J.-P. (2018). « La production de connaissance dans les groupes locaux d’agriculteurs », in J.-P. Chauveau, É. Mollard, & M.-C. Cormier Salem, éd., L’innovation en agriculture: Questions de méthodes et terrains dobservation (p. 93‑112). IRD Éditions. http://books.openedition.org/irdeditions/15726

Delage, C. (2006), La vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël.

Descola, P. (2021), Les Formes du visible. Une anthropologie de la figuration, Seuil, Paris, Les livres du nouveau monde.

Duprat, A. (2007), Images et histoire. Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin

Duprat, A. (2010) « Histoire et images », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.307-312

Dupuys, P. (2002), Histoire, images, imaginaire, Plus, Pise.

Franchomme, M. (2008). Du cadastre napoléonien à la trame verte, le devenir des petites zones humides périurbaines en région Nord-Pas-de-Calais [PhD Thesis]. Lille 1.

Garcier, R. (2009). « Le droit et la fabrique de l’espace. Aperçus méthodologiques sur l’usage des sources juridiques en géographie », in P. Forest éd., Géographie et Droit (p. 69‑90). Presses de l’Université Laval. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01277998

Gramond, D. (2014). Géohistoire environnementale: Contours sémantiques et conceptuels. Discussions sur les héritages et patrimoines reconnus aux zones humides fluviales. Développement durable et territoires, Vol. 5, n°3. https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10585

Grataloup, C. (2011), Représenter le monde, Documentation photographique, Les dossiers, n°8084, La documentation française, Paris.

Jacob, C. (1992), L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, A. Michel, Paris.

Hansen, T., & Coenen, L. (2015). The geography of sustainability transitions: Review, synthesis and reflections on an emergent research field. Environmental Innovation and Societal Transitions, 17, 92‑109. https://doi.org/10.1016/j.eist.2014.11.001

Latour, B. (2015), Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte.

Louargant, S., & Ghiotti, S. (2008). Les démarches comparatives sur la montagne : Quelles connaissances ? 12.

Noiriel, G. (2006). Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, Collection Repères.

Offenstadt, N. (2010), « Socio-histoire », in Delacroix (Christian), Dosse (François), Garcia (Patrick) et Offenstadt (Nicolas) dir., Historiographies, Concepts et débats I. Sources, domaines, méthodes, Paris, Gallimard, Collection Folio-Histoire, p.618-624.

Pereira, I. (2018). « La neutralité « neutralisée » ? La recherche entre scientifique et politique. Entretien avec Irène Pereira », in Terrains/Théories, 9, Article 9. https://doi.org/10.4000/teth.1821

Preci, A. (2020). « Fixing the territory, a turning point: The paradoxes of the Wichí maps of the Argentine Chaco », The Canadian Geographer / Le Géographe Canadien, 64(1), 20‑31. https://doi.org/10.1111/cag.12595

Raffestin, C. (1983). Introduction à la géographie sociale des frontières. Espace Populations Sociétés, 1(1), 87‑88. https://doi.org/10.3406/espos.1983.907

Santoire, E., Desroche, J., & Garcier, R. (2020). « Quelles méthodes d’enquête pour les recherches géo-légales ? Retour d’expérience à partir de la mise en concurrence des concessions hydroélectriques en France », Annales de géographie, N°733-734(3), 228. https://doi.org/10.3917/ag.733.0228


Di Fan (Arche, UR 3400)

Le regard du corps disséqué dans le paysage naturel : le modèle d’André Vésale


Lucas La Barbera (Arche, UR 3400)

Le rapport à l’image dans l’histoire de l’architecture médiévale : le cas de l’architecture gothique en Bourgogne


Corentin Voisin (Archimède, UMR 7044)

Parfums de myrrhe et serpents ailés en Etrurie : retour sur un sarcophage de Tarquinia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.