Organisateurs

MEMBRES ACTUELS


Gaël Bohnert (depuis 2020)

Doctorant en géographie à l’université de Haute-Alsace (CRESAT), ses recherches portent sur l’adaptation des filières agricoles et agroalimentaires face au changement climatique.

Il s’intéresse à la région transfrontalière du Rhin Supérieur, comprenant l’Alsace, le Sud-Ouest de l’Allemagne et le Nord-Ouest de la Suisse.


Claire Milon (depuis 2021)

Doctorante en histoire à l’Université de Strasbourg (UR 3400 Arche), ses recherches portent sur l’apparition de la randonnée en Allemagne au tournant du XXème siècle, en tant que nouveau loisir et nouvelle pratique sociale.

Ce sujet, atypique comme objet historique, lui permet de se situer à la croisée de nombreuses traditions historiographiques : histoire sociale, histoire des loisirs, histoire des mouvements de jeunesse ; mais aussi histoire environnementale et du genre, sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur. En parallèle, elle s’investit beaucoup dans ses activités d’enseignement et de démocratisation des savoirs scientifiques.


Jean-Baptiste Ortlieb (Membre fondateur)

Doctorant contractuel en histoire environnementale à l’Université de Strasbourg (SAGE UMR 7363) et à l’Université d’Anvers (Envirhus), il s’intéresse à l’évolution de la situation des sommets des Hautes-Vosges entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

Son inscription dans les paradigmes environnementalistes de l’histoire l’incitent à développer un dialogue transdisciplinaire, pour confronter les sources d’archives aux données produites par les études de terrain (archéologie, géomorphologie). Ces échanges sont largement facilités par le développement des humanités numériques, qu’il cherche à intégrer à ses projets de recherche.


Cécile Rivière (depuis 2020)

Doctorante en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg (UR 3400 Arche), elle s’intéresse à l’architecture religieuse du XXe siècle et plus spécifiquement aux lieux de culte catholiques et protestants construits et reconstruits en Alsace après la Seconde Guerre mondiale.

Sa recherche interroge leurs expressions architecturales au regard des problématiques de l’après-guerre et des évolutions techniques, urbaines, artistiques et liturgiques de la période.


Lizzie Scholtus (Membre fondateur)

Doctorante en archéologie protohistorique à l’Université de Strasbourg (Archimède UMR 7044), elle travaille sur la modélisation de groupe régionaux dans l’est de la Gaule entre le IIIe siècle avant J.-C. et le IVe siècle après J.-C. à travers l’étude du petit mobilier.

Son travail s’oriente principalement vers les humanités numériques et l’utilisation des outils informatiques au service de l’archéologie, et plus particulièrement sur la gestion de données et le logiciel R.


Benoit Vaillot (Membre fondateur)

Docteur de l’Institut Universitaire Européen (History and Civilization Department) et chercheur associé à l’Université de Strasbourg (UR 3400 Arche) et au Centre Marc Bloch, ses recherches portent sur la frontière franco-allemande entre 1871 et 1914, lorsque la frontière est déplacée après l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Empire allemand. Il aborde la construction de la souveraineté et des identités nationales par en bas, dans une perspective transnationale.

Il a enseigné l’histoire contemporaine en licence à l’Université de Lyon de 2013 à 2016, et l’histoire-géographie en lycée de 2014 à 2016.


Guillaume Porte (Coordinateur formations aux humanités numériques)

Ingénieur d’études (UR 3400 Arche) à l’Université de Strasbourg depuis 2019. Après un Master 2 en histoire médiévale en 2009, il s’est formé aux technologies du web puis a rallié les humanités numériques en participant notamment à divers projets de recherche portés par l’Equipex Biblissima (à l’IRHT, au CEST, etc.). Depuis, il s’attache à accompagner chercheurs et doctorants dans la structuration de leurs données en vue de leur traitement et de leur diffusion, en privilégiant des solutions et des formats ouverts.

 

ANCIENS MEMBRES


Ana Chatelier (Membre fondateur)

Doctorante en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg (UR 3400 Arche), ses recherches interrogent le rôle des enseignants latino-américains dans le renouvellement de l’enseignement de l’architecture en France au lendemain de mai 1968.

Au travers d’une socio-histoire de l’enseignement de l’architecture, son travail se focalise sur la circulation de modèles pédagogiques et de doctrines architecturales et tente de représenter les apports théoriques du « sud ».


Cyprienne Delgay (2020)

Doctorante en archéozoologie paléolithique à l’université de Strasbourg (Archimède UMR 7044), elle étudie des restes de faune datés du Paléolithique moyen en lien avec des occupations néandertaliennes dans la vallée du Rhin.

Son travail combine deux approches. La première, archéologique, vise à l’appréhension des comportements de subsistance de l’Homme de Néandertal ; la seconde, environnementaliste, cherche à reconstituer le milieu dans lequel ces Hommes évoluaient.